La date est symbolique. Alors que la société Easi, spécialiste des logiciels pour entreprises, fête ses 20 ans, son emblématique fondateur-CEO, Salvatore Curaba, cède sa place. Deux des membres de son comité de direction prendront sa place. Il s'agit de Thomas Van Eeckhout et Jean-François Herremans, le premier prenant en charge le marché flamand, le second le marché francophone.

Salvatore Curaba, qui s'est engagé depuis plusieurs années dans un processus de cession progressive de ses parts de l'entreprise à l'avantage de ses salariés, prépare sa succession depuis déjà plus de deux ans. Il a laissé, ces derniers temps, énormément de liberté à ses équipes et à son comité de direction qui pouvait prendre l'ensemble des décisions importantes, y compris des acquisitions, sans lui.

Le choix de ses successeurs s'est fait naturellement. Tous les deux sont dans l'entreprise depuis plus de 15 ans et en maîtrisent toutes les arcanes et "incarnent ses valeurs" commente le fondateur.

Les deux nouveaux CEO arrivent, par ailleurs, à la tête d'Easi à un moment important. La firme bien connue dans son secteur en Belgique, ne cesse de croître : l'an passé elle a encore recruté 45 personnes. Et la firme située à Nivelles nourrit une importante ambition : elle envisage de doubler d'ici 5 ans pour passer à 500 collaborateurs. L'international fait partie intégrante de cette stratégie : alors qu'Easi a multiplié sa présence en Flandre ces dernières années, elle a ouvert sa première filiale internationale aux Pays-Bas et s'apprête à annoncer deux acquisitions hors de nos frontières.