Après un bénéfice net de 2,09 milliards d'euros en 2013, le résultat net a viré au rouge à hauteur de 3,16 milliards d'euros. Le groupe avait indiqué dès novembre que les comptes du quatrième trimestre seraient plombés par une dépréciation géante de 4,5 milliards d'euros, notamment sur son parc de centrales électriques, venant s'ajouter aux 700 millions d'euros déjà enregistrés entre janvier et septembre.

Les deux indicateurs privilégiés par EON, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) et le bénéfice net récurrent, c'est-à-dire toiletté des effets exceptionnels et concernant les seules activités appelées à rester dans son giron, ont reculé de 9% et 24% respectivement, à 8,34 milliards et 1,61 milliard d'euros, en ligne avec les attentes. EON propose un dividende de 0,50 euro par titre.

Le chiffre d'affaires 2014 a reculé de 7%, à 111,6 milliards d'euros.

L'année 2015 verra une nouvelle érosion des bénéfices, au moins au niveau de l'exploitation, avec un Ebitda prévu entre 7 et 7,6 milliards d'euros et un bénéfice net récurrent compris entre 1,4 et 1,8 milliard d'euros.

Après un bénéfice net de 2,09 milliards d'euros en 2013, le résultat net a viré au rouge à hauteur de 3,16 milliards d'euros. Le groupe avait indiqué dès novembre que les comptes du quatrième trimestre seraient plombés par une dépréciation géante de 4,5 milliards d'euros, notamment sur son parc de centrales électriques, venant s'ajouter aux 700 millions d'euros déjà enregistrés entre janvier et septembre.Les deux indicateurs privilégiés par EON, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) et le bénéfice net récurrent, c'est-à-dire toiletté des effets exceptionnels et concernant les seules activités appelées à rester dans son giron, ont reculé de 9% et 24% respectivement, à 8,34 milliards et 1,61 milliard d'euros, en ligne avec les attentes. EON propose un dividende de 0,50 euro par titre.Le chiffre d'affaires 2014 a reculé de 7%, à 111,6 milliards d'euros.L'année 2015 verra une nouvelle érosion des bénéfices, au moins au niveau de l'exploitation, avec un Ebitda prévu entre 7 et 7,6 milliards d'euros et un bénéfice net récurrent compris entre 1,4 et 1,8 milliard d'euros.