Poussé par l'importance croissante de l'e-commerce, le marché des colis prend toujours plus de place au sein du marché postal.

Ainsi, le segment des colis et des envois express est devenu pour la première fois en 2017 plus important en termes de revenus que le segment des envois de correspondance. "Il s'agit d'un basculement historique", selon l'IBPT.

En 2017, le segment des colis et de l'express a enregistré une croissance de 19,2%, pour atteindre 205 millions d'articles (172 millions d'articles en 2016). Entre 2010 et 2017, le nombre d'envois a ainsi plus que doublé.

On expédie désormais, en moyenne, un colis par habitant tous les 20 jours, contre 24 jours en 2016 et 45 jours en 2010.

Entre 2016 et 2017, les revenus dans ce segment ont augmenté de 13,7% pour atteindre un total de 1,294 milliard d'euros.

A l'inverse, entre 2016 et 2017, le volume d'envois de correspondance par habitant a encore diminué de 6,5%, pour atteindre 143 articles par habitant sur une base annuelle, contre 153 l'année précédente. Les revenus des envois de correspondance ont dès lors diminué: ceux-ci s'élevaient à 1,144 milliard d'euros en 2017, contre 1,194 milliard d'euros en 2016, soit une diminution de 4,2%.

Dans le segment du courrier, deux opérateurs (TBC-Post et l'entreprise limbourgeoise Glejor) sont actifs à côté de bpost.

Dans le segment des services express et des colis, le marché est bien plus concurrentiel. UPS/UPS Access Point, bpost et DHL (Express et Parcel) représentent ensemble environ 65 % de ce marché en termes de chiffre d'affaires. En outre, trois autres opérateurs, DPD, FedEx et GLS, avec chacun plus de 5 % de part de marché, avaient ensemble environ 25 % de part de marché. Les autres opérateurs représentaient les 10% restants.

L'IBPT ajoute que, mi-2019, les chiffres ont encore évolué. Le rapport concernant les chiffres de l'année 2018 est en cours l'élaboration.

Poussé par l'importance croissante de l'e-commerce, le marché des colis prend toujours plus de place au sein du marché postal. Ainsi, le segment des colis et des envois express est devenu pour la première fois en 2017 plus important en termes de revenus que le segment des envois de correspondance. "Il s'agit d'un basculement historique", selon l'IBPT. En 2017, le segment des colis et de l'express a enregistré une croissance de 19,2%, pour atteindre 205 millions d'articles (172 millions d'articles en 2016). Entre 2010 et 2017, le nombre d'envois a ainsi plus que doublé. On expédie désormais, en moyenne, un colis par habitant tous les 20 jours, contre 24 jours en 2016 et 45 jours en 2010. Entre 2016 et 2017, les revenus dans ce segment ont augmenté de 13,7% pour atteindre un total de 1,294 milliard d'euros. A l'inverse, entre 2016 et 2017, le volume d'envois de correspondance par habitant a encore diminué de 6,5%, pour atteindre 143 articles par habitant sur une base annuelle, contre 153 l'année précédente. Les revenus des envois de correspondance ont dès lors diminué: ceux-ci s'élevaient à 1,144 milliard d'euros en 2017, contre 1,194 milliard d'euros en 2016, soit une diminution de 4,2%. Dans le segment du courrier, deux opérateurs (TBC-Post et l'entreprise limbourgeoise Glejor) sont actifs à côté de bpost. Dans le segment des services express et des colis, le marché est bien plus concurrentiel. UPS/UPS Access Point, bpost et DHL (Express et Parcel) représentent ensemble environ 65 % de ce marché en termes de chiffre d'affaires. En outre, trois autres opérateurs, DPD, FedEx et GLS, avec chacun plus de 5 % de part de marché, avaient ensemble environ 25 % de part de marché. Les autres opérateurs représentaient les 10% restants. L'IBPT ajoute que, mi-2019, les chiffres ont encore évolué. Le rapport concernant les chiffres de l'année 2018 est en cours l'élaboration.