Les indépendants étaient donc 24.883 de plus l'an dernier (+2,29%). Composé de 723.206 hommes et 389.440 femmes au total, ils habitent en majorité en Flandre (environ 60%), un peu moins de 30% en Wallonie et 10% environ dans la Région de Bruxelles-Capitale.

Le secteur indépendant compte également de plus en plus de membres (indépendants et aidants indépendants) de nationalité étrangère, au nombre de 134.289, soit une augmentation de 11,9%. Les nationalités roumaine, néerlandaise et française restent les plus représentées.

Les professions libérales continuent leur forte expansion, de 329.264 à 341.936 (+3,85%). L'industrie a également connu une croissance, de 243.308 à 251.810 (+3,49%). Quant au secteur primaire, il affiche de nouveau une augmentation: le secteur de l'agriculture progresse de 5,35% (à 96.658) alors que le secteur de la pêche régresse de 0,88% (à 564). Enfin, le secteur des services a légèrement augmenté de +0,35% (à 81.539) tandis que le commerce a subi une petite diminution de 0,89% (à 327.090).

Depuis le 1er janvier 2017, les étudiants qui exercent une activité indépendante peuvent bénéficier d'un nouveau statut d'étudiant-indépendant. Au 31 décembre 2018, l'Inasti comptait ainsi 6.283 étudiants-indépendants (+25,46%), à nouveau majoritairement dans la catégorie des professions libérales (43,04%). On retrouve en deuxième position le commerce avec 1.817 unités (28,92%) et en troisième l'industrie avec 990 étudiants-indépendants (15,76%).

Le nombre de starters est également à nouveau en hausse: 119.000, contre 114.601 en 2017.

Le nombre de pensionnés continue aussi d'augmenter, passant de 541.634 au 1er janvier 2017 à 551.184 au 1er janvier 2018. La hausse concerne surtout les personnes qui bénéficient d'une pension de retraite comme isolé, révèle encore l'Inasti qui fêtait ses 50 ans l'an dernier.

Si tous les chiffres affichent une hausse continue, le revenu professionnel net moyen, qui sert de base au calcul des cotisations sociales, perd toutefois quelques plumes puisqu'il s'est élevé à 22.415,99 euros, contre 23.135,56 euros en 2017, soit une diminution de 3,11%. Les écarts entre secteurs restent importants. Les revenus de référence moyens les plus élevés sont ceux du secteur de la pêche (comprenant les compagnies d'armateurs): 35.696,60 euros. Le secteur des professions libérales arrive en seconde position avec un revenu de référence moyen de 31.234,84 euros.

Enfin, si le nombre de sociétés augmente (de 533.903 en 2017 à 551.179 en 2018), celui des faillites bondit aussi (de 6.622 en 2017 à 7.027 en 2018).

Il y a 50 ans, le statut social comptait environ 700.000 affiliés. À l'exception d'une diminution durant les années '70 et d'une stagnation au tournant du siècle, la population des indépendants s'est sans cesse agrandie ces cinq dernières décennies.

Les indépendants étaient donc 24.883 de plus l'an dernier (+2,29%). Composé de 723.206 hommes et 389.440 femmes au total, ils habitent en majorité en Flandre (environ 60%), un peu moins de 30% en Wallonie et 10% environ dans la Région de Bruxelles-Capitale. Le secteur indépendant compte également de plus en plus de membres (indépendants et aidants indépendants) de nationalité étrangère, au nombre de 134.289, soit une augmentation de 11,9%. Les nationalités roumaine, néerlandaise et française restent les plus représentées. Les professions libérales continuent leur forte expansion, de 329.264 à 341.936 (+3,85%). L'industrie a également connu une croissance, de 243.308 à 251.810 (+3,49%). Quant au secteur primaire, il affiche de nouveau une augmentation: le secteur de l'agriculture progresse de 5,35% (à 96.658) alors que le secteur de la pêche régresse de 0,88% (à 564). Enfin, le secteur des services a légèrement augmenté de +0,35% (à 81.539) tandis que le commerce a subi une petite diminution de 0,89% (à 327.090). Depuis le 1er janvier 2017, les étudiants qui exercent une activité indépendante peuvent bénéficier d'un nouveau statut d'étudiant-indépendant. Au 31 décembre 2018, l'Inasti comptait ainsi 6.283 étudiants-indépendants (+25,46%), à nouveau majoritairement dans la catégorie des professions libérales (43,04%). On retrouve en deuxième position le commerce avec 1.817 unités (28,92%) et en troisième l'industrie avec 990 étudiants-indépendants (15,76%). Le nombre de starters est également à nouveau en hausse: 119.000, contre 114.601 en 2017. Le nombre de pensionnés continue aussi d'augmenter, passant de 541.634 au 1er janvier 2017 à 551.184 au 1er janvier 2018. La hausse concerne surtout les personnes qui bénéficient d'une pension de retraite comme isolé, révèle encore l'Inasti qui fêtait ses 50 ans l'an dernier. Si tous les chiffres affichent une hausse continue, le revenu professionnel net moyen, qui sert de base au calcul des cotisations sociales, perd toutefois quelques plumes puisqu'il s'est élevé à 22.415,99 euros, contre 23.135,56 euros en 2017, soit une diminution de 3,11%. Les écarts entre secteurs restent importants. Les revenus de référence moyens les plus élevés sont ceux du secteur de la pêche (comprenant les compagnies d'armateurs): 35.696,60 euros. Le secteur des professions libérales arrive en seconde position avec un revenu de référence moyen de 31.234,84 euros. Enfin, si le nombre de sociétés augmente (de 533.903 en 2017 à 551.179 en 2018), celui des faillites bondit aussi (de 6.622 en 2017 à 7.027 en 2018). Il y a 50 ans, le statut social comptait environ 700.000 affiliés. À l'exception d'une diminution durant les années '70 et d'une stagnation au tournant du siècle, la population des indépendants s'est sans cesse agrandie ces cinq dernières décennies.