Créée en 2018, Cupra commercialisait dans un premier temps simplement des modèles Seat "tunés" et relabelisés. Le Formentor est le premier produit à part entière de Cupra. Techniquement, il dérive du SUV Seat Ateca mais arbore une robe spécifique, dont les plis assurent l'originalité. L'habitacle est également très personnel et plutôt bien fini. La planche de bord gomme pratiquement tous les boutons de commande et il faut donc naviguer via l'écran tactile ou la commande vocale, ce qui demande un certain temps d'adaptation. Mais la connectivité est à jour. A l'arrière, l'habitabilité est généreuse et le coffre, correct. Les sièges sont un peu fermes, mais la suspension assure un bon compromis confort/tenue de route. On ne s'ennuie jamais au volant de ce SUV, posé plus près du sol que ses concurrents. Sous le capot, on trouve des classiques moteurs à essence (de 150 ch jusqu'à 390 ch pour le bloc Audi à cinq cylindres de la sportive VZ5) et diesel (150 ch). Mais il y a aussi deux propulseurs hybrides plug-in (204 et 245 ch). A leur volant, nous avons bouclé environ 50 km en mode électrique pur par temps clément. Ce sera un peu moins en hiver. La version 245 ch est performante et le générateur de son donne une tessiture hargneuse au moteur, mais les roues avant ont parfois du mal à faire passer toute la puissance. On regrette aussi que les variantes hybrides perdent 105 litres de coffre. Mais leur déductibilité de 100% fait baisser le montant final. Globalement, le Formentor coûte le prix d'un VW Tiguan, qui est moins original mais plus pratique (banquette coulissante) et qui profite d'une image de marque établie, alors que Cupra doit encore consolider la sienne.

Cupra Formentor

VZ 1.4 e-Hybrid 245

Quatre cylindres en ligne, essence, 1.395 cm3 + électrique; 245 ch (180 kW); 400 Nm ; batterie de 13 kWh bruts, temps de charge: de 3,5 et 6,5 heures selon la puissance de la prise; longueur: 4,45 m ; poids: 1.704 kg

Performances

Vitesse maxi: 210 km/h ; 0-100 km/h en 7,0 s ; consommation de l'essai: de 0 (mode électrique) à 6,6 l/100 km (batterie vide) ; rejets CO2: 31 g/km (WLTP)

Prix

47.240 euros, déductibilité fiscale: 100%

+

Design original tant dehors que dedans, finition de qualité, tenue de route efficace, large choix de moteurs

-

Ergonomie du tout à l'écran, tarif élevé pour une marque encore peu connue, coffre raboté pour les hybrides

Créée en 2018, Cupra commercialisait dans un premier temps simplement des modèles Seat "tunés" et relabelisés. Le Formentor est le premier produit à part entière de Cupra. Techniquement, il dérive du SUV Seat Ateca mais arbore une robe spécifique, dont les plis assurent l'originalité. L'habitacle est également très personnel et plutôt bien fini. La planche de bord gomme pratiquement tous les boutons de commande et il faut donc naviguer via l'écran tactile ou la commande vocale, ce qui demande un certain temps d'adaptation. Mais la connectivité est à jour. A l'arrière, l'habitabilité est généreuse et le coffre, correct. Les sièges sont un peu fermes, mais la suspension assure un bon compromis confort/tenue de route. On ne s'ennuie jamais au volant de ce SUV, posé plus près du sol que ses concurrents. Sous le capot, on trouve des classiques moteurs à essence (de 150 ch jusqu'à 390 ch pour le bloc Audi à cinq cylindres de la sportive VZ5) et diesel (150 ch). Mais il y a aussi deux propulseurs hybrides plug-in (204 et 245 ch). A leur volant, nous avons bouclé environ 50 km en mode électrique pur par temps clément. Ce sera un peu moins en hiver. La version 245 ch est performante et le générateur de son donne une tessiture hargneuse au moteur, mais les roues avant ont parfois du mal à faire passer toute la puissance. On regrette aussi que les variantes hybrides perdent 105 litres de coffre. Mais leur déductibilité de 100% fait baisser le montant final. Globalement, le Formentor coûte le prix d'un VW Tiguan, qui est moins original mais plus pratique (banquette coulissante) et qui profite d'une image de marque établie, alors que Cupra doit encore consolider la sienne.