"On rentre dans l'année de manière prudente mais optimiste", a déclaré mercredi lors d'une conférence téléphonique Sophie Palliez-Capian, directrice des relations institutionnelles de Bic, à l'occasion des résultats annuels.

L'an dernier, le groupe a subi une baisse de 16,5% de son chiffre d'affaires, à 1,63 milliard d'euros. Son bénéfice net a quasiment été divisé par deux à 93,7 millions d'euros.

"Dans l'ensemble, les résultats du groupe ont été fortement affectés par la Covid-19", résume Bic dans un communiqué, notant que les tendances sont "restées faibles" dans toutes ses grandes activités.

Bic signait déjà des performances moroses avant la crise du virus, mais celle-ci a empiré les choses à cause des multiples épisodes de confinement à travers le monde.

Ainsi, les fermetures d'écoles ont plombé sa branche papeterie, qui comprend notamment les stylos, même si le groupe se félicite d'un regain d'intérêt pour ses produits de coloriage.

Les rasoirs, eux, ont pâti de la généralisation du télétravail: coincés chez eux, les hommes se sont moins rasés.

Face à ces revenus en baisse, le groupe a insisté sur le fait que le déclin était général sur ces principaux marchés et fait remarquer qu'il avait bien défendu ses positions par rapport à ses concurrents.

"Dans des situations comme le Covid, l'important pour une entreprise, c'est de garder le contrôle des choses qu'on peut contrôler (...) en maintenant voir en accroissant son poids sur le marché", a assuré Mme Palliez-Capian. "C'est ce qui s'est passé."

Désormais, le groupe, qui a annoncé fin 2020 un plan stratégique prévoyant de réduire ses coûts de fonctionnement mais de multiplier les acquisitions ciblées, compte redresser ses revenus.

Mais ils n'effaceront pas en 2021 la crise. Bic compte faire rebondir son chiffre d'affaires de 5% à 7% - à taux de changes constants -, ce qui le placera sous son niveau de 2019 et même d'avant.

Bic, qui prévoit de profiter du lancement de nouveaux produits, veut aussi insister sur le commerce en ligne.

Avec la crise, "on a eu une très très forte progression de notre chiffre d'affaires internet", s'est félicitée Mme Palliez-Capian.

"On rentre dans l'année de manière prudente mais optimiste", a déclaré mercredi lors d'une conférence téléphonique Sophie Palliez-Capian, directrice des relations institutionnelles de Bic, à l'occasion des résultats annuels. L'an dernier, le groupe a subi une baisse de 16,5% de son chiffre d'affaires, à 1,63 milliard d'euros. Son bénéfice net a quasiment été divisé par deux à 93,7 millions d'euros. "Dans l'ensemble, les résultats du groupe ont été fortement affectés par la Covid-19", résume Bic dans un communiqué, notant que les tendances sont "restées faibles" dans toutes ses grandes activités. Bic signait déjà des performances moroses avant la crise du virus, mais celle-ci a empiré les choses à cause des multiples épisodes de confinement à travers le monde. Ainsi, les fermetures d'écoles ont plombé sa branche papeterie, qui comprend notamment les stylos, même si le groupe se félicite d'un regain d'intérêt pour ses produits de coloriage. Les rasoirs, eux, ont pâti de la généralisation du télétravail: coincés chez eux, les hommes se sont moins rasés. Face à ces revenus en baisse, le groupe a insisté sur le fait que le déclin était général sur ces principaux marchés et fait remarquer qu'il avait bien défendu ses positions par rapport à ses concurrents. "Dans des situations comme le Covid, l'important pour une entreprise, c'est de garder le contrôle des choses qu'on peut contrôler (...) en maintenant voir en accroissant son poids sur le marché", a assuré Mme Palliez-Capian. "C'est ce qui s'est passé." Désormais, le groupe, qui a annoncé fin 2020 un plan stratégique prévoyant de réduire ses coûts de fonctionnement mais de multiplier les acquisitions ciblées, compte redresser ses revenus. Mais ils n'effaceront pas en 2021 la crise. Bic compte faire rebondir son chiffre d'affaires de 5% à 7% - à taux de changes constants -, ce qui le placera sous son niveau de 2019 et même d'avant. Bic, qui prévoit de profiter du lancement de nouveaux produits, veut aussi insister sur le commerce en ligne. Avec la crise, "on a eu une très très forte progression de notre chiffre d'affaires internet", s'est félicitée Mme Palliez-Capian.