Les joueurs auront sans doute une chance de se refaire une fois la crise passée, les milliers d'employés de ces établissements, eux, craignent de perdre la mise.

Mais des cas de Covid-19 ont commencé à être diagnostiqués parmi les employés des casinos, un premier décès lié au coronavirus a été annoncé lundi et la plupart des touristes étrangers sont de toutes façons maintenus à distance.

Dans ces conditions, de grands opérateurs du "Strip" de Las Vegas, boulevard qui concentre la plupart des casinos mondialement connus, ont décidé de suspendre leurs activités.

Ce sera le cas, "jusqu'à nouvel ordre", de MGM Resorts, qui exploite notamment le Bellagio (où le film "Ocean's Eleven" a été tourné), le MGM Grand, le Mandala Bay, le Mirage et le Luxor.

"Malgré nos efforts" pour renforcer le nettoyage, "il apparaît désormais que cette crise de santé publique nécessite des actions collectives fortes si nous voulons ralentir sa progression", écrit dans un communiqué Jim Murren, pdg de MGM Resorts.

"C'est pourquoi nous allons fermer tous nos sites de Las Vegas à compter du mardi 17 mars pour le bien de nos employés, de nos hôtes et de la population", explique-t-il.

Outre les casinos, MGM Resorts gère un tiers de la trentaine d'hôtels qui parsèment le "Strip". Lundi matin, les casinos habituellement animés à toute heure du jour ou de la nuit y étaient presque à l'arrêt.

- Des milliers d'employés touchés -

Wynn Resort, autre groupe hôtelier qui possède les casinos Wynn et Encore, a lui aussi décidé de suspendre ses activités pour deux semaines, éventuellement renouvelables.

D'après des médias locaux, les opérateurs du Venetian (groupe Sands) et du Caesars Palace ont en revanche décidé de garder leurs portes ouvertes à ce stade, avec quelques aménagements.

Comme dans de nombreux autres Etats américains, le gouverneur du Nevada Steve Sisolak a décrété la fermeture de tous les établissements scolaires et de nombreux lieux publics sont également clos à Las Vegas, où de grands événement à venir (festival CinemaCon, sélections de la fédération de football américain, etc.) ont été annulés.

Des shows prestigieux comme celui du magicien David Copperfield et le spectacle du Cirque du Soleil ont également baissé le rideau.

Les dizaines de milliers d'employés du secteur, dont beaucoup se retrouvent au chômage, en sont réduits à serrer les dents en espérant que la situation revienne à la normale au plus vite.

Un syndicat hôtelier local, Culinary Union, qui revendique 60.000 adhérents, a indiqué à l'AFP qu'il était en pleines négociations avec le patronat pour que "tous les travailleurs, y compris à temps partiel, soient payés pendant la fermeture des établissements".

Dans une lettre adressée aux employés de MGM et publiée par le journal Las Vegas Review, Jim Murren a annoncé que les salariés qui seraient mis en chômage ou licenciés recevraient deux semaines de paye et conserveraient leur assurance santé jusqu'au 30 juin.

"Je sors à l'instant du travail, et j'ai l'impression que je ne reviendrai jamais", se lamente dans une vidéo sur Instagram Marie Rhodes, qui se présente comme une employée d'un des casinos du "Strip" depuis 21 ans et au chômage "jusqu'à nouvel ordre".

"J'ai discuté avec des collègues qui n'ont aucune économie... et nous ne savons pas combien de temps tout ça va durer. Ca me crève le coeur", lâche-t-elle.

L'industrie du jeu est menacée dans l'ensemble des Etats-Unis par les consignes de lutte contre l'épidémie.

D'après les chiffres de la profession, elle emploie environ 1,8 million de personnes dans le pays pour un chiffre d'affaires de plus de 260 milliards de dollars.

Les joueurs auront sans doute une chance de se refaire une fois la crise passée, les milliers d'employés de ces établissements, eux, craignent de perdre la mise.Mais des cas de Covid-19 ont commencé à être diagnostiqués parmi les employés des casinos, un premier décès lié au coronavirus a été annoncé lundi et la plupart des touristes étrangers sont de toutes façons maintenus à distance.Dans ces conditions, de grands opérateurs du "Strip" de Las Vegas, boulevard qui concentre la plupart des casinos mondialement connus, ont décidé de suspendre leurs activités.Ce sera le cas, "jusqu'à nouvel ordre", de MGM Resorts, qui exploite notamment le Bellagio (où le film "Ocean's Eleven" a été tourné), le MGM Grand, le Mandala Bay, le Mirage et le Luxor."Malgré nos efforts" pour renforcer le nettoyage, "il apparaît désormais que cette crise de santé publique nécessite des actions collectives fortes si nous voulons ralentir sa progression", écrit dans un communiqué Jim Murren, pdg de MGM Resorts."C'est pourquoi nous allons fermer tous nos sites de Las Vegas à compter du mardi 17 mars pour le bien de nos employés, de nos hôtes et de la population", explique-t-il.Outre les casinos, MGM Resorts gère un tiers de la trentaine d'hôtels qui parsèment le "Strip". Lundi matin, les casinos habituellement animés à toute heure du jour ou de la nuit y étaient presque à l'arrêt.- Des milliers d'employés touchés -Wynn Resort, autre groupe hôtelier qui possède les casinos Wynn et Encore, a lui aussi décidé de suspendre ses activités pour deux semaines, éventuellement renouvelables.D'après des médias locaux, les opérateurs du Venetian (groupe Sands) et du Caesars Palace ont en revanche décidé de garder leurs portes ouvertes à ce stade, avec quelques aménagements.Comme dans de nombreux autres Etats américains, le gouverneur du Nevada Steve Sisolak a décrété la fermeture de tous les établissements scolaires et de nombreux lieux publics sont également clos à Las Vegas, où de grands événement à venir (festival CinemaCon, sélections de la fédération de football américain, etc.) ont été annulés.Des shows prestigieux comme celui du magicien David Copperfield et le spectacle du Cirque du Soleil ont également baissé le rideau.Les dizaines de milliers d'employés du secteur, dont beaucoup se retrouvent au chômage, en sont réduits à serrer les dents en espérant que la situation revienne à la normale au plus vite.Un syndicat hôtelier local, Culinary Union, qui revendique 60.000 adhérents, a indiqué à l'AFP qu'il était en pleines négociations avec le patronat pour que "tous les travailleurs, y compris à temps partiel, soient payés pendant la fermeture des établissements".Dans une lettre adressée aux employés de MGM et publiée par le journal Las Vegas Review, Jim Murren a annoncé que les salariés qui seraient mis en chômage ou licenciés recevraient deux semaines de paye et conserveraient leur assurance santé jusqu'au 30 juin."Je sors à l'instant du travail, et j'ai l'impression que je ne reviendrai jamais", se lamente dans une vidéo sur Instagram Marie Rhodes, qui se présente comme une employée d'un des casinos du "Strip" depuis 21 ans et au chômage "jusqu'à nouvel ordre"."J'ai discuté avec des collègues qui n'ont aucune économie... et nous ne savons pas combien de temps tout ça va durer. Ca me crève le coeur", lâche-t-elle.L'industrie du jeu est menacée dans l'ensemble des Etats-Unis par les consignes de lutte contre l'épidémie.D'après les chiffres de la profession, elle emploie environ 1,8 million de personnes dans le pays pour un chiffre d'affaires de plus de 260 milliards de dollars.