D'après de nombreuses compagnies aériennes, environ 50% des passagers ne se sont pas présentés au départ de leur vol, ce qu'on appelle un 'no-show'. Un important transporteur aérien, non identifié dans la communication de l'Iata, signale, de son côté, une baisse de 108% du nombre de réservations vers l'Italie. Celles-ci tendent à devenir nulles tandis que les demandes de remboursement explosent.

Face à des réservations futures en berne, les entreprises du secteur sont forcées de réagir et de s'adapter, en prenant des mesures telles que mettre en congé une partie de leur personnel sans les rémunérer, mettre en place un chômage économique, geler les augmentations de salaire ou clouer au sol davantage d'avions. En raison de l'impact du Covid-19, l'Iata contacte par ailleurs les régulateurs de l'aviation à travers le monde pour demander que les règles régissant l'utilisation des créneaux aéroportuaires soient suspendues immédiatement pour la saison 2020. Environ 43% de tous les passagers partent de plus de 200 aéroports coordonnés dans le monde.

À l'heure actuelle, les règles d'attribution des créneaux impliquent que, dans des circonstances normales, les compagnies aériennes doivent exploiter au moins 80% de ces créneaux. Le non-respect de cette règle entraîne la perte de la plage horaire lors de la prochaine saison aéronautique équivalente. Dans des circonstances exceptionnelles, les régulateurs peuvent cependant assouplir cette exigence.

Vu l'urgence de santé publique, l'association internationale du transport aérien estime que l'application de cette mesure au cours de la prochaine saison (jusqu'en octobre) serait "inappropriée". Elle appelle dès lors à davantage de flexibilité afin que les compagnies aériennes puissent répondre aux conditions du marché avec des niveaux de capacité appropriés, évitant ainsi la nécessité de faire voler des avions presque à vide afin de maintenir le droit aux créneaux horaires. De la sorte, les avions pourront être réaffectés à d'autres routes ou stationnés et les équipages pourront avoir une certitude sur leurs horaires.

D'après de nombreuses compagnies aériennes, environ 50% des passagers ne se sont pas présentés au départ de leur vol, ce qu'on appelle un 'no-show'. Un important transporteur aérien, non identifié dans la communication de l'Iata, signale, de son côté, une baisse de 108% du nombre de réservations vers l'Italie. Celles-ci tendent à devenir nulles tandis que les demandes de remboursement explosent. Face à des réservations futures en berne, les entreprises du secteur sont forcées de réagir et de s'adapter, en prenant des mesures telles que mettre en congé une partie de leur personnel sans les rémunérer, mettre en place un chômage économique, geler les augmentations de salaire ou clouer au sol davantage d'avions. En raison de l'impact du Covid-19, l'Iata contacte par ailleurs les régulateurs de l'aviation à travers le monde pour demander que les règles régissant l'utilisation des créneaux aéroportuaires soient suspendues immédiatement pour la saison 2020. Environ 43% de tous les passagers partent de plus de 200 aéroports coordonnés dans le monde. À l'heure actuelle, les règles d'attribution des créneaux impliquent que, dans des circonstances normales, les compagnies aériennes doivent exploiter au moins 80% de ces créneaux. Le non-respect de cette règle entraîne la perte de la plage horaire lors de la prochaine saison aéronautique équivalente. Dans des circonstances exceptionnelles, les régulateurs peuvent cependant assouplir cette exigence. Vu l'urgence de santé publique, l'association internationale du transport aérien estime que l'application de cette mesure au cours de la prochaine saison (jusqu'en octobre) serait "inappropriée". Elle appelle dès lors à davantage de flexibilité afin que les compagnies aériennes puissent répondre aux conditions du marché avec des niveaux de capacité appropriés, évitant ainsi la nécessité de faire voler des avions presque à vide afin de maintenir le droit aux créneaux horaires. De la sorte, les avions pourront être réaffectés à d'autres routes ou stationnés et les équipages pourront avoir une certitude sur leurs horaires.