Dans un communiqué, Airbus précise avoir "reçu l'aval" de son conseil d'administration pour "retirer la proposition de dividende 2019 de 1,80 euro par action qui représente une valeur totale d'environ 1,4 milliard d'euros". Il annonce également avoir obtenu une nouvelle ligne de crédit pour porter ses liquidités disponibles à 30 milliards d'euros contre 20 précédemment. "Notre priorité consiste à protéger les personnes tout en soutenant les efforts mondiaux visant à freiner la propagation du coronavirus. Nous sécurisons également nos activités afin de préserver l'avenir d'Airbus et de reprendre efficacement nos opérations après la crise", a déclaré Guillaume Faury, président exécutif d'Airbus, cité dans le texte.

Grâce à ces décisions, "l'entreprise dispose de liquidités suffisantes pour faire face aux besoins de trésorerie supplémentaires liés au Covid-19", précise Airbus en annonçant également la suspension du financement volontaire des retraites complémentaires. "Nous avons annulé nos prévisions 2020 en raison de la volatilité de la situation. Dans le même temps, nous nous engageons à garantir les liquidités de l'entreprise à tout moment, grâce à une politique de bilan prudente. Je suis convaincu qu'Airbus et l'ensemble du secteur aéronautique et spatial surmonteront cette période critique", a ajouté M. Faury.

L'assemblée générale de l'entreprise aura lieu le 16 mai à Amsterdam et Airbus invite ses actionnaires à ne pas s'y rendre physiquement. Airbus entend ainsi continuer à assurer ses activités, même "en cas de crise prolongée", "en maintenant la production, en gérant son carnet de commandes résilient, en soutenant ses clients et en garantissant la flexibilité financière de ses opérations", précise l'avionneur.

Airbus avait annoncé dimanche qu'il prévoyait la reprise partielle de sa production en France et en Espagne après avoir réalisé pendant quatre jours des contrôles de santé et de sécurité liées à la propagation du coronavirus. En 2019, le groupe, qui emploie environ 135.000 personnes dans le monde, a publié un chiffre d'affaires de 70 milliards d'euros.

Dans un communiqué, Airbus précise avoir "reçu l'aval" de son conseil d'administration pour "retirer la proposition de dividende 2019 de 1,80 euro par action qui représente une valeur totale d'environ 1,4 milliard d'euros". Il annonce également avoir obtenu une nouvelle ligne de crédit pour porter ses liquidités disponibles à 30 milliards d'euros contre 20 précédemment. "Notre priorité consiste à protéger les personnes tout en soutenant les efforts mondiaux visant à freiner la propagation du coronavirus. Nous sécurisons également nos activités afin de préserver l'avenir d'Airbus et de reprendre efficacement nos opérations après la crise", a déclaré Guillaume Faury, président exécutif d'Airbus, cité dans le texte.Grâce à ces décisions, "l'entreprise dispose de liquidités suffisantes pour faire face aux besoins de trésorerie supplémentaires liés au Covid-19", précise Airbus en annonçant également la suspension du financement volontaire des retraites complémentaires. "Nous avons annulé nos prévisions 2020 en raison de la volatilité de la situation. Dans le même temps, nous nous engageons à garantir les liquidités de l'entreprise à tout moment, grâce à une politique de bilan prudente. Je suis convaincu qu'Airbus et l'ensemble du secteur aéronautique et spatial surmonteront cette période critique", a ajouté M. Faury.L'assemblée générale de l'entreprise aura lieu le 16 mai à Amsterdam et Airbus invite ses actionnaires à ne pas s'y rendre physiquement. Airbus entend ainsi continuer à assurer ses activités, même "en cas de crise prolongée", "en maintenant la production, en gérant son carnet de commandes résilient, en soutenant ses clients et en garantissant la flexibilité financière de ses opérations", précise l'avionneur.Airbus avait annoncé dimanche qu'il prévoyait la reprise partielle de sa production en France et en Espagne après avoir réalisé pendant quatre jours des contrôles de santé et de sécurité liées à la propagation du coronavirus. En 2019, le groupe, qui emploie environ 135.000 personnes dans le monde, a publié un chiffre d'affaires de 70 milliards d'euros.