"Si vous cherchez un nouveau téléviseur avec une barre de son, vous voulez d'abord le voir et l'écouter", illustre Pieter Zwart, l'un des fondateurs de Coolblue. "Ici, ils peuvent également découvrir le format de télévision idéal pour leur salon. Ceux qui veulent de nouveaux casques veulent d'abord entendre le son des basses. Ou voir comment cela leur tombe sur la tête, car c'est aussi un élément de mode. Dans ce nouveau magasin, on peut tout faire."

Les clients peuvent également s'y rendre pour récupérer des produits commandés en ligne, faire réparer leur smartphone, renvoyer des achats et pour le service après-vente.

La société néerlandaise compte désormais 11 magasins physiques, dont trois en Belgique. Coolblue en ouvrira une version XXL à Bruxelles l'année prochaine, annonce Pieter Zwart. "Je pense qu'il nous a fallu deux ans pour y trouver un bon emplacement. Il sera en plein centre de Bruxelles. Nous constatons que, là où nous ouvrons des magasins physiques, nous attirons également plus de clients en ligne."

Selon le patron de l'enseigne, les ventes dans les magasins physiques représentent "environ 20%" du total des ventes. "Mais pour des téléviseurs, ce chiffre est naturellement plus élevé que pour des machines à laver. Je ne suis pas favorable à une définition trop étroite du caractère en ligne et hors ligne. Nous ne sommes pas un détaillant en ligne. En ce qui concerne le commerce électronique, les Belges sont de toute façon plus traditionnels que les Néerlandais."

L'an dernier, Coolblue a réalisé un chiffre d'affaires de 1,35 milliard d'euros en Belgique et aux Pays-Bas.