Au total on a bu 238,7 millions d'hectolitres de vin, soit 2,5 millions hl de moins (1%) qu'en 2012, consommés pour moitié entre les Etats-Unis (29 millions hl), la France (28 millions hl), l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, a précisé Jean-Marie Auraud, directeur général de l'OIV qui présentait mardi à Paris les grandes tendances de ce marché mondial qui représente 73 milliards d'euros.

Et si en volume les échanges mondiaux ont baissé de 2,2 % (98 millions hl) en valeur, ils ont gagné 1,5% à 73 milliards d'euros: "le marché s'est globalisé: 25% de la production mondiale étaient exportés il y a 10 ans, c'est 10 points de plus désormais".

Au passage, les Etats-Unis sont devenus les premiers consommateurs, dépassant pour la première fois le marché français. Car si la consommation américaine est restée quasiment stable (+0,5% tout de même) celle de l'Hexagone a fortement baissé (-7%).

Au total on a bu 238,7 millions d'hectolitres de vin, soit 2,5 millions hl de moins (1%) qu'en 2012, consommés pour moitié entre les Etats-Unis (29 millions hl), la France (28 millions hl), l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, a précisé Jean-Marie Auraud, directeur général de l'OIV qui présentait mardi à Paris les grandes tendances de ce marché mondial qui représente 73 milliards d'euros. Et si en volume les échanges mondiaux ont baissé de 2,2 % (98 millions hl) en valeur, ils ont gagné 1,5% à 73 milliards d'euros: "le marché s'est globalisé: 25% de la production mondiale étaient exportés il y a 10 ans, c'est 10 points de plus désormais". Au passage, les Etats-Unis sont devenus les premiers consommateurs, dépassant pour la première fois le marché français. Car si la consommation américaine est restée quasiment stable (+0,5% tout de même) celle de l'Hexagone a fortement baissé (-7%).