Les télévisions locales reviennent de loin. Il y a quatre ans à peine, on les disait fatiguées, démodées et, surtout, financièrement exsangues. Bousculées par les nouveaux acteurs du paysage médiatique, les 12 chaînes de proximité de la Fédération Wallonie-Bruxelles tentaient vainement d'aborder le virage numérique. Peu d'observateurs misaient alors sur l'avenir de ce média local en plein questionnement, à l'heure où Netflix commençait à vampiriser " la télé de papa ". Le pari d'un éventuel sursaut semblait d'autant plus compromis que l'ambiance entre les 12 télévisions locales tenait davantage de la guerre des tranchées que d'une collaboration véritablement constructive. Et pour cause : certaines chaînes étaient purement et simplement menacées de disparition.
...