Selon l'analyse, un éventuel succès des objectifs de l'accord de Paris empêcherait de nombreux projets pétroliers de produire les rendements attendus par leurs investisseurs.
...

Selon l'analyse, un éventuel succès des objectifs de l'accord de Paris empêcherait de nombreux projets pétroliers de produire les rendements attendus par leurs investisseurs.Le rapport de Carbon Tracker, un groupe de réflexion basé à Londres qui analyse la transition mondiale vers des énergies plus propres, aborde cinq projets qui dépendent particulièrement de l'échec de l'action climatique. Et ce ne sont que cinq gouttes dans un océan d'exemples, affirme Mike Coffin, géologue et l'un des auteurs du rapport.Les projets repris sont l'extension des projets pétroliers de Lower Fars au Koweït, le champ Bosi de Shell et d'ExxonMobil au Nigeria, le projet Tupi de Petrobras et les projets Bacalhau et Ichalkil Full au Brésil et au Mexique respectivement d'Equinor et d'ExxonMobil.Quatre des cinq projets sont des projets offshore (champs pétroliers en mer proches de la côte) : ils sont généralement de plus grande envergure, et donc plus coûteux et plus longs à construire. Tous projets auront besoin d'un prix du pétrole d'au moins 50 dollars le baril pour être rentables.Chute de la demande en vue"Les entreprises considèrent les prix élevés comme le signe qu'il faut investir dans une offre plus importante", explique Axel Dalman, analyste pétrolier et gazier et principal auteur du rapport. "Mais cela pourrait se transformer en cauchemar s'ils mettent en oeuvre des projets qui fournissent du pétrole au moment où la demande commence à diminuer. Si les prix baissent, les actionnaires peuvent être confrontés à une destruction de valeur catastrophique."Le rapport prévoit que la demande de pétrole et le prix élevé actuel d'environ 90 USD par baril ne dureront pas longtemps, principalement en raison de la transition mondiale vers les énergies propres, notamment pour les véhicules.Dans un scénario de réchauffement de 1,8 degré Celsius, la demande de pétrole atteindra un pic, puis chutera rapidement. Pour maximiser leurs profits, les entreprises de combustibles fossiles n'auraient qu'à répondre à la demande croissante par des projets à court terme, qui offrent des rendements plus rapides, indique Carbon Tracker dans son rapport.50 dollars le barilPour correspondre à l'objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris -- 1,5 degré -- nous ne pourrons accepter de production de pétrole et de gaz supplémentaire (y compris le gaz et le pétrole de schiste), affirme l'Agence internationale de l'énergie.Mais selon M. Coffin, même si la demande mondiale de pétrole baisse et que les projets commencent à décevoir leurs investisseurs, de nombreuses entreprises continueront coûte que coûte. En effet, leur idée est qu'avec les sommes énormes déjà dépensées, les coûts restants seront couverts par les recettes.Parmi les cinq projets, le projet Lower Fars de l'entreprise Koweït Petroleum Corporation est le plus cher, avec un coût de 7,5 milliards USD. Le projet fait partie de l'énorme champ terrestre de Ratqa, dans le nord du Koweït.Afin d'obtenir un retour sur investissement de 10 %, le taux standard de l'institut de recherche sur l'énergie Rystad, le projet compte sur un prix du pétrole de 50 dollars le baril, sans baisse considérable sur le long terme. Et cela signifie une demande énorme de pétrole, ce qui est incompatible avec la réalisation des objectifs climatiques mondiaux.Aucun espoir pour le climat"Des projets comme celui-ci spéculent sur un monde désespéré où le pétrole peut continuer à être négocié à des prix plus élevés, alors que les espoirs d'enrayer le changement climatique s'évanouissent", déclare Glada Lahn, analyste de la région du Golfe au groupe de réflexion britannique Chatham House. "Aucun investisseur sensé ne devrait compter sur un avenir basé sur le pétrole lourd."Selon Glada Lahn, le projet koweïtien est "épouvantable" d'un point de vue écologique et économique, car il nécessite une énorme quantité d'énergie et d'eau pour extraire le pétrole du sol et le transformer en un liquide pouvant être transporté.Le Koweït est membre du club des pays producteurs de pétrole de l'OPEP, qui prévoit que la demande de pétrole ne culminera qu'à la fin des années 2030. "C'est la raison pour laquelle la production de pétrole continue de se développer", explique Aisha Al-Sarihi, chargée de recherche à l'université nationale de Singapour, qui a travaillé sur la politique climatique dans plusieurs États du Golfe. L'émirat a pour objectif de produire quatre millions de barils de pétrole brut par jour d'ici 2040, contre 2,4 millions en 2020.Le Koweït disposerait du premier fonds souverain au monde, qui investit les revenus du pétrole dans une série de secteurs afin de "permettre aux générations futures d'affronter les incertitudes à venir avec plus de confiance".Investir dans la transition énergétique"Le pays doit investir de toute urgence dans une transition interne", déclare Glada Lahn. "Ces 7,5 milliards de dollars pourraient être bien mieux dépensés en faveur de l'efficacité et de la résilience climatique".Le Koweït est de plus en plus confronté à des vagues de chaleur, à des sécheresses, à des tempêtes de poussière et de sable et à la montée du niveau de la mer. Selon le dernier plan climatique du gouvernement, ces problèmes sont tous exacerbés par le changement climatique.Aisha Al-Sarihi estime que le Koweït devrait donc utiliser ses revenus pétroliers pour investir dans la diversification économique, les sources d'énergie renouvelables et l'hydrogène. Si les revenus du projet Lower Fars sont insuffisants, les citoyens koweïtiens en souffriront, car le gouvernement aura moins de revenus pétroliers à dépenser.Pertes d'emploisPourtant, il n'est pas non plus judicieux pour les entreprises fossiles de se retirer précipitamment de ces projets, estime le professeur nigérian Chukwumerije Okereke.Bien que vulnérable au changement climatique, le Nigeria dépend du pétrole sur le plan économique. Le pays affiche un taux de pauvreté de 40 %, soit quatre fois la moyenne mondiale. Et le pétrole et le gaz fournissent la grande majorité des revenus du gouvernement.Shell et ExxonMobil ont annoncé qu'ils allaient développer le champ pétrolier offshore de Bosi. Carbon Tracker annonce maintenant que le projet nécessitera 6,7 milliards de dollars de dépenses d'investissement, qu'il ne commencera pas à pomper du pétrole avant 2029 et qu'il compte sur un prix du pétrole élevé de 50 dollars le baril pour être rentable.Shell a promis de réduire sa production de pétrole de 1 à 2 % par an et de privilégier la qualité à la quantité, et il est donc plus prudent d'investir dans des projets coûteux ou controversés. Si Shell se retire de ce projet, les contribuables et les travailleurs nigérians en pâtiront.Chukwumerije Okereke : L'extraction pétrolière est une source majeure de pollution climatique au Nigeria, mais elle reste pour l'instant le moteur de l'économie du pays. C'est inquiétant. Le Nigeria doit choisir entre deux catastrophes, à savoir la baisse des rendements et le changement climatique".Outre la transition énergétique mondiale, des facteurs locaux tels que l'insécurité et la dégradation de l'environnement ont également conduit les compagnies pétrolières à reconsidérer leur engagement en faveur du forage pétrolier au Nigeria, indique Chukwumerije Okereke.Il est triste de constater que les pauvres sont les plus touchés par la perte d'emplois résultant de cette transition énergétique non planifiée au Nigeria."