La chaîne belge de restauration rapide de qualité était allée de déconvenue en déconvenue au pays de l'Oncle Sam. Difficultés à retenir son personnel, problèmes avec ses fournisseurs, mauvaise anticipation des habitudes locales (dans un modèle de self-service, les Américains ont pour habitude d'emporter leur plat et ne sont, de ce fait, pas disposés à payer plus de 10 dollars), etc. Exki avait donc décidé de limite...

La chaîne belge de restauration rapide de qualité était allée de déconvenue en déconvenue au pays de l'Oncle Sam. Difficultés à retenir son personnel, problèmes avec ses fournisseurs, mauvaise anticipation des habitudes locales (dans un modèle de self-service, les Américains ont pour habitude d'emporter leur plat et ne sont, de ce fait, pas disposés à payer plus de 10 dollars), etc. Exki avait donc décidé de limiter la casse. En découvrant aujourd'hui les derniers résultats du groupe, on comprend mieux l'urgence de son repli stratégique. Si le chiffre d'affaires d'Exki a augmenté de 3,8 % pour s'établir à 57,9 millions d'euros, sa perte nette a, pour sa part, atteint 608.000 euros. Le résultat de son égarement américain mais pas seulement, à en croire nos confrères de L'Echo. En Europe et en dehors de notre pays, l'enseigne est également présente en France, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Italie. Mais cette expansion se révélerait plus ardue que prévu, la chaîne ayant du mal à accorder son offre aux besoins de ses clients étrangers, rebutés par les prix. La Belgique serait ainsi le seul pays bénéficiaire pour le groupe. Contacté, le cofondateur de la chaîne, Frédéric Rouvez, réfute cette présentation des choses. " En France, il est vrai que notre résultat net est négatif, mais c'est en raison de nos nombreux investissements, dit-il. Nos charges d'amortissement nous mettent en légère perte. Le cash-flow, lui, est positif. Sinon, nous ne serions pas en train d'investir et d'ouvrir plusieurs restaurants. " Exki vient en effet d'ouvrir deux nouveaux établissements à Paris et Lyon. Aux Pays-Bas, le franchisé avec lequel le groupe travaille va ouvrir un quatrième restaurant à Utrecht, et Exki s'apprête à poser le pied en Allemagne avec deux établissements franchisés à Cologne. " Nous nous adaptons toujours aux habitudes locales, insiste Frédéric Rouvez. En France, nous avons lancé une formule entrée-plat-dessert moins chère qu'en Belgique. Aux Pays-Bas, nous proposons du babeurre. "