L'obligation du télétravail doit permettre de limiter les contacts entre les travailleurs et ainsi le risque de contamination au Covid-19. Jusqu'à présent, le télétravail est recommandé. Selon des informations parues dans la presse, le GEMS, groupe d'experts conseillant le gouvernement, a recommandé le télétravail jusqu'à la Noël.

L'information a d'ores et déjà fait réagir l'organisation patronale flamande Voka. Le patron de celle-ci, Hans Maertens, a jugé une telle obligation "hors de toute proportion".

"Les entreprises sont responsables de l'organisation du travail. Le comité de concertation doit rejeter mercredi la proposition du gouvernement fédéral", a-t-il dit sur Twitter.

Au cours de sa réunion, le gouvernement réuni comité restreint s'est également accordé sur les modalités de l'obligation vaccinale pour le personnel soignant. Une phase transitoire s'appliquera entre le 1er janvier et le 31 mars, avant une obligation pleine et entière à partir du 1er avril, a-t-on appris de source gouvernementale.

Entre le 1er janvier et le 31 mars, les membres du personnel soignant devront attester soit du vaccin contre le Covid-19, soit avoir passé un test PCR dans un délai de 72 heures à leurs frais. Ceux qui ne rentreraient pas dans ces conditions bénéficieront du chômage temporaire corona. Dès le 1er avril, l'obligation s'appliquera pleinement. Le personnel qui ne serait pas vacciné sera dès lors licencié de plein droit et bénéficiera du chômage classique avec maintien de l'ancienneté et des droits. Le texte doit passer au conseil des ministres vendredi et être soumis au Conseil d'État.

L'obligation du télétravail doit permettre de limiter les contacts entre les travailleurs et ainsi le risque de contamination au Covid-19. Jusqu'à présent, le télétravail est recommandé. Selon des informations parues dans la presse, le GEMS, groupe d'experts conseillant le gouvernement, a recommandé le télétravail jusqu'à la Noël. L'information a d'ores et déjà fait réagir l'organisation patronale flamande Voka. Le patron de celle-ci, Hans Maertens, a jugé une telle obligation "hors de toute proportion". "Les entreprises sont responsables de l'organisation du travail. Le comité de concertation doit rejeter mercredi la proposition du gouvernement fédéral", a-t-il dit sur Twitter. Au cours de sa réunion, le gouvernement réuni comité restreint s'est également accordé sur les modalités de l'obligation vaccinale pour le personnel soignant. Une phase transitoire s'appliquera entre le 1er janvier et le 31 mars, avant une obligation pleine et entière à partir du 1er avril, a-t-on appris de source gouvernementale. Entre le 1er janvier et le 31 mars, les membres du personnel soignant devront attester soit du vaccin contre le Covid-19, soit avoir passé un test PCR dans un délai de 72 heures à leurs frais. Ceux qui ne rentreraient pas dans ces conditions bénéficieront du chômage temporaire corona. Dès le 1er avril, l'obligation s'appliquera pleinement. Le personnel qui ne serait pas vacciné sera dès lors licencié de plein droit et bénéficiera du chômage classique avec maintien de l'ancienneté et des droits. Le texte doit passer au conseil des ministres vendredi et être soumis au Conseil d'État.