Retour de la limitation des tablées et des heures d'ouverture dans l'horeca, fermeture du monde de la nuit pour au moins 3 semaines, interdiction des fêtes privées et dès lors nouvelle réduction du travail des traiteurs, "les décisions du codeco de ce vendredi constituent encore un nouveau jour noir pour les indépendants ! Seule 'consolation', les commerces ne sont pas touchés à quelques jours des fêtes, l'une des périodes les plus importantes de l'année pour eux." Le SNI demandes de nouvelles aides pour tous ces secteurs touchés, notamment prolongation du chômage temporaire, retour de la TVA à 6% dans l'horeca.

Pour le SNI, les nouvelles restrictions imposées aujourd'hui vont à nouveau mettre en péril la difficile reprise de nombreux secteurs : le retour de la limitation des tablées et des heures d'ouverture dans l'horeca et sur les marchés de Noël ou l'interdiction des fêtes privées et dès lors nouvelle réduction du travail des traiteurs. "Et cela alors que l'on va pouvoir recevoir plusieurs dizaines de personnes chez soi sans aucune mesures sécuritaires et donc peut-être sans CST ou sans vaccination. Quelle est la logique ?"

"La fermeture du monde de la nuit pour au moins 3 semaines, c'est probablement le coup de grâce pour beaucoup qui ont été fermés 1 an et demi et n'ont pu rouvrir que deux mois. Tous ce secteurs ont toujours été de bons élèves qui ont suivi toutes les restrictions qui leur ont été imposées. Il suffit de penser au ticket CST, qui pourtant a entraîné une baisse de 30% de leur chiffre d'affaires, à l'installation d'un compteur de CO2 et, plus récemment, à la réintroduction des masques obligatoires ou des tests rapides. "Et les voilà à nouveau les victimes expiatoires".

Le SNI pointe le "football panique' du Codeco sur le télétravail. On change encore les règles une semaine à peine après en avoir fixé d'autres. Comment voulez-vous que les entreprises et surtout les PME s'organisent ?"

Seul très léger soulagement pour le SNI, les commerces ne sont pas touchés. "Réimposer le shopping seul par exemple aurait été catastrophique à quelques jours du mois de décembre, l'une des périodes les plus importantes de l'année pour les détaillants".

Retour de la limitation des tablées et des heures d'ouverture dans l'horeca, fermeture du monde de la nuit pour au moins 3 semaines, interdiction des fêtes privées et dès lors nouvelle réduction du travail des traiteurs, "les décisions du codeco de ce vendredi constituent encore un nouveau jour noir pour les indépendants ! Seule 'consolation', les commerces ne sont pas touchés à quelques jours des fêtes, l'une des périodes les plus importantes de l'année pour eux." Le SNI demandes de nouvelles aides pour tous ces secteurs touchés, notamment prolongation du chômage temporaire, retour de la TVA à 6% dans l'horeca. Pour le SNI, les nouvelles restrictions imposées aujourd'hui vont à nouveau mettre en péril la difficile reprise de nombreux secteurs : le retour de la limitation des tablées et des heures d'ouverture dans l'horeca et sur les marchés de Noël ou l'interdiction des fêtes privées et dès lors nouvelle réduction du travail des traiteurs. "Et cela alors que l'on va pouvoir recevoir plusieurs dizaines de personnes chez soi sans aucune mesures sécuritaires et donc peut-être sans CST ou sans vaccination. Quelle est la logique ?" "La fermeture du monde de la nuit pour au moins 3 semaines, c'est probablement le coup de grâce pour beaucoup qui ont été fermés 1 an et demi et n'ont pu rouvrir que deux mois. Tous ce secteurs ont toujours été de bons élèves qui ont suivi toutes les restrictions qui leur ont été imposées. Il suffit de penser au ticket CST, qui pourtant a entraîné une baisse de 30% de leur chiffre d'affaires, à l'installation d'un compteur de CO2 et, plus récemment, à la réintroduction des masques obligatoires ou des tests rapides. "Et les voilà à nouveau les victimes expiatoires".Le SNI pointe le "football panique' du Codeco sur le télétravail. On change encore les règles une semaine à peine après en avoir fixé d'autres. Comment voulez-vous que les entreprises et surtout les PME s'organisent ?"Seul très léger soulagement pour le SNI, les commerces ne sont pas touchés. "Réimposer le shopping seul par exemple aurait été catastrophique à quelques jours du mois de décembre, l'une des périodes les plus importantes de l'année pour les détaillants".