" Ce n'est pas une bonne nouvelle, c'est une excellente nouvelle!" Voilà comment Christophe Samyn, président du collectif RestartMice créé pour défendre le secteur de l'événementiel durant la pandémie, salue le passage de la Belgique en code jaune. Cela signifie la levée de la plupart des restrictions liées au Covid-19 et en particulier la fin des jauges et de l'obligation du port du masque dans les lieux publics.

Cette excellente nouvelle, Christophe Samyn invite toutefois à la fêter de manière mesurée. "Nous sortons de deux ans de coma, on ne peut pas reprendre le boulot à fond du jour au lendemain, résume-t-il. Nous pouvons maintenant remplir les carnets de commandes mais il y aura une certaine période de latence avant les rentrées de trésorerie." Il suggère donc le maintien du chômage corona pendant encore un trimestre, le temps que les entreprises commencent à reconstituer leur trésorerie. Parallèlement, il invite à mener des actions visant à mettre en valeur la diversité des métiers de l'événementiel (du sport à la culture, en passant par le B to B) car le secteur aura besoin de bras. Pendant ces deux ans à l'arrêt ou presque, beaucoup de collaborateurs ont en effet réorienté leur carrière pour des raisons financières et tous ne feront pas demi-tour.

Enfin, Christophe Samyn entend aussi des virologues évoquer l'éventualité d'un nouveau variant à l'automne prochain. "Nous avons six mois pour nous préparer, pour déterminer avec les experts et le monde politique ce qui serait possible et sous quelles conditions, en cas de retour de l'épidémie, conclut-il. Nous ne pouvons plus être dans l'improvisation comme ce fut le cas ces derniers mois. Relancer la machine et puis voir tout s'effondrer à l'automne faute d'anticipation, ce serait le pire des scénarios pour nous." Et si on réalise en fin d'année qu'aucun variant agressif n'apparaît et qu'on a préparé tout cela pour rien, personne ne s'en plaindra.

" Ce n'est pas une bonne nouvelle, c'est une excellente nouvelle!" Voilà comment Christophe Samyn, président du collectif RestartMice créé pour défendre le secteur de l'événementiel durant la pandémie, salue le passage de la Belgique en code jaune. Cela signifie la levée de la plupart des restrictions liées au Covid-19 et en particulier la fin des jauges et de l'obligation du port du masque dans les lieux publics. Cette excellente nouvelle, Christophe Samyn invite toutefois à la fêter de manière mesurée. "Nous sortons de deux ans de coma, on ne peut pas reprendre le boulot à fond du jour au lendemain, résume-t-il. Nous pouvons maintenant remplir les carnets de commandes mais il y aura une certaine période de latence avant les rentrées de trésorerie." Il suggère donc le maintien du chômage corona pendant encore un trimestre, le temps que les entreprises commencent à reconstituer leur trésorerie. Parallèlement, il invite à mener des actions visant à mettre en valeur la diversité des métiers de l'événementiel (du sport à la culture, en passant par le B to B) car le secteur aura besoin de bras. Pendant ces deux ans à l'arrêt ou presque, beaucoup de collaborateurs ont en effet réorienté leur carrière pour des raisons financières et tous ne feront pas demi-tour. Enfin, Christophe Samyn entend aussi des virologues évoquer l'éventualité d'un nouveau variant à l'automne prochain. "Nous avons six mois pour nous préparer, pour déterminer avec les experts et le monde politique ce qui serait possible et sous quelles conditions, en cas de retour de l'épidémie, conclut-il. Nous ne pouvons plus être dans l'improvisation comme ce fut le cas ces derniers mois. Relancer la machine et puis voir tout s'effondrer à l'automne faute d'anticipation, ce serait le pire des scénarios pour nous." Et si on réalise en fin d'année qu'aucun variant agressif n'apparaît et qu'on a préparé tout cela pour rien, personne ne s'en plaindra.