Christian Dumolin n'aime pas le réseautage, ni les tables de réunion. Il préfère s'asseoir confortablement, sa tablette et son smartphone à portée de main, dans le bureau épuré et décoré d'art moderne du siège de Koramic Holding. C'est le nom de la structure, qui chapeaute le large éventail de sociétés et de participations que Dumolin a constitué au cours des dernières décennies.

Il y a soixante ans, Christian Dumolin a quitté la maison de ses parents à l'âge de seize ans. Après une série de petits boulots, allant de pompiste à courtier en d'assurances, il a racheté l'entreprise de tuiles de son grand-père, à l'âge de 35 ans. Sous le nom de Koramic, il en a fait un groupe de construction international, qui a finalement été racheté par la société autrichienne Wienerberger.

M. Dumolin a vécu bien des aventures boursières avec Koramic et TrustCapital, et s'est révélé être l'un des plus gros investisseurs belges, avec des opérations couvrant un large éventail d'activités, et ce jusqu'en Chine. Il a également aidé de nombreuses entreprises en difficulté. Il a, par exemple, maintenu à flot le producteur de fils de cuivre et d'aluminium Lamifil, également actif en Russie.

Christian Dumolin n'est pas encore prêt à prendre sa retraite. Mais le décès de sa femme l'a amené à s'interroger sur l'avenir. "Avec l'âge et la mort de ma femme, je me suis adouci en tout. Comme un bon vieux vin."

Combien de temps allez-vous continuer ?

CHRISTIAN DUMOLIN. "J'ai toujours la passion de faire bouger les choses. Mon seul problème est que je sais que mon temps est limité et que je ne pourrai jamais tout faire ou tout voir. Mais j'ai de moins en moins de problèmes avec ça. Je dois juste accepter que la vie est courte.

Qu'est-ce qui vous motive encore ? Le plaisir de faire du profit ?

DUMOLIN. "Bien sûr, nous sommes ici pour faire du profit. Grâce à cela, nous pouvons continuer à investir et à soutenir des initiatives à caractère sociale. Mais ce qui me motive, c'est de travailler avec des gens, d'analyser des dossiers et des situations, et d'étudier des entreprises. Nous travaillons constamment sur les dossiers, et sur les presque 50 entreprises dans lesquelles nous investissons. Ils représentent un chiffre d'affaires de 700 millions d'euros et 5 000 à 6 000 employés. C'est comme marcher à contre-sens sur un tapis roulant dans un terminal d'aéroport : dès que vous vous arrêtez de marcher, vous reculez. C'est la même chose dans les affaires. Tu ne peux pas dire : "Je ne bouge pas."

Cette affaire se déroule-t-elle comme prévu ?

DUMOLIN. "Koramic" date de 1883. Nous sommes une entreprise très ancienne, qui veut devenir encore beaucoup plus ancienne. Mais le groupe a évolué. Nous avons cessé depuis longtemps d'être une entreprise ayant une seule activité industrielle. Nous devenons de plus en plus un "family office financier", qui investit dans une perspective à long terme. Je ne cherche pas à obtenir le meilleur rendement. Je veux de la stabilité, grâce à des revenus récurrents et à l'atténuation des risques. Nous répartissons nos investissements sur quatre activités. Koramic Holding contient nos participations stratégiques, des sociétés que nous contrôlons à 50 % ou plus. Nous sommes donc actifs dans six secteurs. Dans le domaine de l'immobilier, nous achetons et gérons des immeubles et réalisons des projets de développement en Belgique, en Pologne, en Roumanie et en Allemagne. Avec TrustCapital, nous sommes dans le private equity, avec des participations minoritaires dans des sociétés non cotées, par le biais de fonds, de co-investissements ou d'investissements directs. Enfin, la rubrique Finances comprend notre portefeuille boursier."

Vos enfants sont maintenant les propriétaires ?

DUMOLIN. "Nous sommes en train de structurer tout cela. Il n'y a pas d'urgence. Je suis propriétaire à 100 %. J'ai racheté les parts de tous les autres actionnaires et je nous ai sortis de la bourse. J'ai deux enfants (un fils Bruno, 38 ans, actif dans l'industrie alimentaire chez Abramo et Vanafish, et une fille Nina-Marie, 27 ans, nvdr), je n'ai donc pas à m'occuper d'une famille de vingt ou trente personnes. J'ai la chance d'avoir des enfants très équilibrés qui s'entendent très bien, y compris les beaux-enfants.

"Mon fils Bruno a ses propres affaires et veut faire ses preuves. Il suit Koramic à distance et se porte également très bien. Ma belle-fille fait partie de l'équipe de direction de la société mère. Notre fille Nina-Marie était haut placée chez AB InBev et voulait se lancer dans les affaires. Mais elle a beaucoup souffert du décès de sa mère. Ma femme était très sociable. Sa devise était : "Vous gagnez de l'argent et moi je dépense de l'argent pour aider les gens" (rires). Ma fille est comme cela aussi. Elle étudie, aide les gens et gère la collection d'art de Koramic. Elle se marie l'année prochaine. Mon futur gendre est actif dans notre entreprise immobilière. Mais ils doivent suivre leur propre chemin."

THOMAS SWEERTVAEGHER
© THOMAS SWEERTVAEGHER

Koramic reste familial ?

DUMOLIN. "Oui, mais cela peut très bien être différent dans une prochaine génération. L'ancrage des actionnaires est important, mais mes enfants ont une grande responsabilité envers les employés du groupe. Ils en sont très conscients. Ils doivent voir quelles personnes sont les mieux placées pour faire avancer l'entreprise. D'ailleurs, nous avons déjà des PDG pour chaque partie du groupe."

Vous regardez toujours tous les dossiers ?

DUMOLIN. "Oui. Toutes les décisions importantes sont discutées avec moi et je regarde les chiffres de toutes les entreprises. Mais je ne suis plus impliqué dans la gestion quotidienne."

Avez-vous appris par essais et erreurs ?

DUMOLIN. "Il y a des investissements que je n'aurais pas dû faire. Il y a des cas avec lesquels j'ai eu de vrais problèmes. Mais si vous êtes un entrepreneur, vous savez que vous ferez des expériences positives mais aussi des négatives. Quiconque affirme ne jamais faire de mauvais investissements est soit très chanceux, soit ne dit pas la vérité. Heureusement, j'ai fait plus de bons investissements que de mauvais. Même les mauvais n'ont pas été faits au hasard. Quand on est actif dans autant de secteurs et dans autant de pays, il est parfois difficile de tout comprendre correctement."

Allez-vous continuer à investir en Chine ?

DUMOLIN. "Oui, je le ferai. Nous y fabriquons des plastiques et pouvons y faire beaucoup d'autres choses. Nous y réfléchissons."

Une de vos entreprises, Lamifil, produit en Russie.

DUMOLIN. "Nous avons fermé l'usine. J'ai dit à tout le personnel de rester à la maison, mais qu'ils continueront à être payés. Nous gardons assez d'argent pour qu'ils puissent continuer ainsi à être payés pendant des mois. Ces personnes n'ont pas choisi que M. Poutine envahisse l'Ukraine. Sur le plan économique, c'est un désastre, mais la Russie continuera d'exister et donc d'être un marché. Nous y resterons actifs. Vous ne pouvez pas considérer la Russie comme un no-man's-land. Sur le plan humain, vous pouvez vous demander comment vous pouvez encore traiter avec M. Poutine, mais il est incontournable. La guerre ne pourra se terminer que lorsque M. Poutine aura gagné. Personne ne peut imaginer qu'il jette l'éponge."

Ne craignez-vous pas que votre usine soit nationalisée ?

DUMOLIN. "Non. Si nous devions nous retirer complètement, cela se produirait probablement. Mais ce n'est pas l'intention. Cette usine n'est pas sans importance pour nous. Elle fabrique des produits qui complètent la gamme que nous fabriquons en Belgique".

Êtes-vous actif en Ukraine ?

DUMOLIN. "Non, mais nous avons eu une activité là-bas. Nous l'avons arrêté, car l'Ukraine est l'un des pays où la corruption est la plus forte. Malheureusement, ils ne sont pas tous des saints là-bas" (rires).

Votre nom est apparu dans le cadre des "Pandora Papers", car un proche de Poutine était temporairement un actionnaire indirect de la branche russe de Lamifil.

DUMOLIN. "Je mène toujours mes affaires de manière correcte. J'ai répondu en détail à cela. Nous faisons très attention avec qui nous travaillons. Lorsque cet homme est devenu actionnaire, nous nous sommes informés du mieux que nous pouvions et tout le monde a pensé que c'était la personne parfaite. Mais même moi, je ne sais pas comment certains de ces hommes d'affaires russes opèrent."

Avec IPG, leader du marché des centres d'appels, vous avez également été un acteur clé du suivi de contacts pendant la crise sanitaire.

DUMOLIN. "Nous étions en tête dans ce domaine en Flandre. Beaucoup de choses ont été dites à ce sujet mais qui ne sont pas vraies. Le IPG a été choisi par la cellule de crise. Nous avons formé un consortium. Cela a été difficile. Une entreprise du consortium a, apparemment, été victime d'une fraude, ce que je ne comprends ni n'accepte. C'est regrettable pour l'image du secteur. Nous avons travaillé correctement et gagné de l'argent de manière honnête. C'était un travail énorme."

Quel a été l'impact de la crise du covid ?

DUMOLIN. "J'ai vécu Lehman Brothers et le désastre de Fortis. Quand la crise a éclaté, j'ai eu peur. Nous avons dû injecter de l'argent dans un certain nombre de sociétés, principalement des sociétés d'événements. Mais il est très surprenant que le covid nous ait laissé si peu de cicatrices. Les banques centrales ont joué un rôle extrêmement important. Ils ont clairement appris de Lehman Brothers. Maintenant, je suis plus inquiet, en raison de l'inflation élevée. Les augmentations de salaires sont énormes. La Belgique se positionne très mal vis-à-vis des pays étrangers."

Êtes-vous souvent contacté en tant qu'investisseur ?

DUMOLIN. "Nous examinons constamment les dossiers, mais nous n'allons pas faire de grandes choses pour le moment. Nous voulons d'abord tout consolider. Nous nous dirigeons de plus en plus vers des participations minoritaires, parce qu'alors vous n'avez pas à gérer. Nous sommes très actifs dans le domaine de l'immobilier mais c'est un domaine que je ne connais pas bien.

La Flandre occidentale accueille effectivement des investisseurs plus fortunés.

DUMOLIN. "Des personnes comme Filip Balcaen, Marc Coucke, Joris Ide et bien d'autres continuent à réinvestir dans la région. Cette dynamique est importante. Il est important pour notre économie qu'ils soient soutenus et que nous ayons de nombreux entrepreneurs qui réussissent. Dans le passé, quand quelqu'un vendait sa société, il faisait ses valises et partait pour les Alpes ou le Luxembourg."

Vous vous voyez régulièrement ?

DUMOLIN. "Ils se voient peut-être, mais je vis un peu en reclus. Je regarde avec beaucoup de respect toutes ces personnes qui s'en sortent très bien. Je le fais à mon niveau. Quand j'étais enfant, à l'école, il y avait des gars avec de grosses billes. J'avais et j'ai toujours les petites billes" (rires).

Comment avez-vous fait face à la mort de votre femme ?

DUMOLIN. "Nous étions très complémentaires. Elle était le centre de la famille. Lorsque j'ai appris qu'elle était atteinte de cette maladie, j'ai passé un an à cheminer avec elle, tranquillement et sereinement, vers la mort. Ce fut une année difficile mais belle. Je n'ai jamais été aussi proche de ma femme qu'à ce moment-là. Elle pensait qu'elle vivrait longtemps. Elle a été malchanceuse. La santé est la plus grande inégalité de la vie. On naît avec de bons ou de mauvais gènes. Je semble avoir de bons gènes jusqu'à présent. Mais soudain, j'étais seul, et la pandémie est arrivée. J'étais souvent à la maison, mais je continuais à fonctionner. Quand vous n'avez plus rien à faire, cela doit être beaucoup plus difficile."

Travaillerez-vous encore autant si votre femme n'était pas décédée ?

DUMOLIN. "Non. Bien je n'aurais jamais arrêté mais je voyagerais probablement un peu plus, je prendrais plus de temps libre. Mais le travail est important pour moi. Mon travail n'est pas une échappatoire. Je ne suis pas vraiment une personne sociable. Je ne sors pas beaucoup et je suis discret. Le fait que je sois entouré de jeunes dans mon environnement de travail est important. Cela me permet de rester jeune de coeur et de continuer à avancer.

Qu'est-ce que vous aimeriez encore faire ?

DUMOLIN. "Surtout, vivez de façon normale. En particulier avec l'âge, il est crucial de maintenir l'équilibre, tant physiquement que mentalement. Vous devez gérer votre vie, suivre certaines règles et avoir une certaine volonté. Par exemple, je bois très peu d'alcool. Je suis un amateur de vin, mais je ne bois qu'un verre de vin rouge de temps en temps. Et je fume aussi un cigare de temps en temps. Mais je ne me couche jamais trop tard et je suis toujours réveillé vers 5 heures. Je lis ensuite le journal, j'essaie d'aller à la salle de sport et j'arrive généralement au bureau vers 7h30. J'habite à proximité. J'ai appris à connaître ma maison pendant la pandémie. Je ne savais pas ce qu'il y avait dans la plupart des placards. Ma femme a tout arrangé. J'ai également découvert les environs, car j'ai beaucoup marché et fait du vélo. J'ai appris à apprécier les petites choses. Je n'ai pas besoin de prendre l'avion pour Rome, je peux aussi voir de belles choses ici. Voyager est toujours plus amusant quand on a quelqu'un avec qui partager ce voyage. C'est une autre raison pour laquelle ma femme me manque. Si vous êtes seul, vous partagez moins et je pense que le partage est important.

"En guise d'adieu à ma carrière, je veux construire un nouveau siège social. L'actuelle est devenue trop exiguë. Le seul point positif de covid est que nous travaillons désormais plus efficacement, grâce à Teams ou Zoom. Avant, j'allais souvent à Bruxelles ou à Anvers pour une réunion d'une heure ou deux. Nous avons également appris à garder plus de distance. Dans le passé, vous aviez beaucoup de bureaux ouverts. Dans le nouveau bâtiment, il y aura plus d'espaces fermés et de bureaux, et plus de distance entre les personnes."

Et avec plus de place pour l'art ?

DUMOLIN. "En effet. J'achète encore régulièrement des oeuvres d'art. Je suis constamment occupé par les chiffres et les affaires. L'art est donc important. Cela donne une autre dimension à ma vie. Je n'ai que peu de temps pour la littérature et la musique. L'art me permet de penser à autre chose pendant quelques minutes. Je ne considère pas non plus la peinture comme un investissement. Bien que ce soit toujours agréable quand quelque chose double de valeur. Mais je ne vends rien. C'est l'amour de l'art."

Quoi d'autre ? La course ?

DUMOLIN. "Je fais en effet des courses de vieilles voitures. Je suis récemment monté sur le podium, en Italie. J'ai une vieille Ferrari et une Ford Mustang, entre autres. J'ai aussi une Harley-Davidson, mais je ne la conduis plus. C'est devenu trop dangereux.

Vous regrettez quelque chose ?

DUMOLIN. "Tout d'abord, je regrette que ma femme soit morte. Et je regrette d'avoir cet âge (rires). Mais je ne regrette rien d'autre. Pourquoi le ferais-je ? Il y a peu de gens qui ont cette chance : avoir une bonne santé et les bonnes personnes dans l'entreprise. Les gens qui se plaignent sans raison, je les trouve abominables."

Christian Dumolin n'aime pas le réseautage, ni les tables de réunion. Il préfère s'asseoir confortablement, sa tablette et son smartphone à portée de main, dans le bureau épuré et décoré d'art moderne du siège de Koramic Holding. C'est le nom de la structure, qui chapeaute le large éventail de sociétés et de participations que Dumolin a constitué au cours des dernières décennies.Il y a soixante ans, Christian Dumolin a quitté la maison de ses parents à l'âge de seize ans. Après une série de petits boulots, allant de pompiste à courtier en d'assurances, il a racheté l'entreprise de tuiles de son grand-père, à l'âge de 35 ans. Sous le nom de Koramic, il en a fait un groupe de construction international, qui a finalement été racheté par la société autrichienne Wienerberger. M. Dumolin a vécu bien des aventures boursières avec Koramic et TrustCapital, et s'est révélé être l'un des plus gros investisseurs belges, avec des opérations couvrant un large éventail d'activités, et ce jusqu'en Chine. Il a également aidé de nombreuses entreprises en difficulté. Il a, par exemple, maintenu à flot le producteur de fils de cuivre et d'aluminium Lamifil, également actif en Russie.Christian Dumolin n'est pas encore prêt à prendre sa retraite. Mais le décès de sa femme l'a amené à s'interroger sur l'avenir. "Avec l'âge et la mort de ma femme, je me suis adouci en tout. Comme un bon vieux vin."Combien de temps allez-vous continuer ?CHRISTIAN DUMOLIN. "J'ai toujours la passion de faire bouger les choses. Mon seul problème est que je sais que mon temps est limité et que je ne pourrai jamais tout faire ou tout voir. Mais j'ai de moins en moins de problèmes avec ça. Je dois juste accepter que la vie est courte.Qu'est-ce qui vous motive encore ? Le plaisir de faire du profit ?DUMOLIN. "Bien sûr, nous sommes ici pour faire du profit. Grâce à cela, nous pouvons continuer à investir et à soutenir des initiatives à caractère sociale. Mais ce qui me motive, c'est de travailler avec des gens, d'analyser des dossiers et des situations, et d'étudier des entreprises. Nous travaillons constamment sur les dossiers, et sur les presque 50 entreprises dans lesquelles nous investissons. Ils représentent un chiffre d'affaires de 700 millions d'euros et 5 000 à 6 000 employés. C'est comme marcher à contre-sens sur un tapis roulant dans un terminal d'aéroport : dès que vous vous arrêtez de marcher, vous reculez. C'est la même chose dans les affaires. Tu ne peux pas dire : "Je ne bouge pas."Cette affaire se déroule-t-elle comme prévu ?DUMOLIN. "Koramic" date de 1883. Nous sommes une entreprise très ancienne, qui veut devenir encore beaucoup plus ancienne. Mais le groupe a évolué. Nous avons cessé depuis longtemps d'être une entreprise ayant une seule activité industrielle. Nous devenons de plus en plus un "family office financier", qui investit dans une perspective à long terme. Je ne cherche pas à obtenir le meilleur rendement. Je veux de la stabilité, grâce à des revenus récurrents et à l'atténuation des risques. Nous répartissons nos investissements sur quatre activités. Koramic Holding contient nos participations stratégiques, des sociétés que nous contrôlons à 50 % ou plus. Nous sommes donc actifs dans six secteurs. Dans le domaine de l'immobilier, nous achetons et gérons des immeubles et réalisons des projets de développement en Belgique, en Pologne, en Roumanie et en Allemagne. Avec TrustCapital, nous sommes dans le private equity, avec des participations minoritaires dans des sociétés non cotées, par le biais de fonds, de co-investissements ou d'investissements directs. Enfin, la rubrique Finances comprend notre portefeuille boursier."Vos enfants sont maintenant les propriétaires ?DUMOLIN. "Nous sommes en train de structurer tout cela. Il n'y a pas d'urgence. Je suis propriétaire à 100 %. J'ai racheté les parts de tous les autres actionnaires et je nous ai sortis de la bourse. J'ai deux enfants (un fils Bruno, 38 ans, actif dans l'industrie alimentaire chez Abramo et Vanafish, et une fille Nina-Marie, 27 ans, nvdr), je n'ai donc pas à m'occuper d'une famille de vingt ou trente personnes. J'ai la chance d'avoir des enfants très équilibrés qui s'entendent très bien, y compris les beaux-enfants."Mon fils Bruno a ses propres affaires et veut faire ses preuves. Il suit Koramic à distance et se porte également très bien. Ma belle-fille fait partie de l'équipe de direction de la société mère. Notre fille Nina-Marie était haut placée chez AB InBev et voulait se lancer dans les affaires. Mais elle a beaucoup souffert du décès de sa mère. Ma femme était très sociable. Sa devise était : "Vous gagnez de l'argent et moi je dépense de l'argent pour aider les gens" (rires). Ma fille est comme cela aussi. Elle étudie, aide les gens et gère la collection d'art de Koramic. Elle se marie l'année prochaine. Mon futur gendre est actif dans notre entreprise immobilière. Mais ils doivent suivre leur propre chemin."Koramic reste familial ?DUMOLIN. "Oui, mais cela peut très bien être différent dans une prochaine génération. L'ancrage des actionnaires est important, mais mes enfants ont une grande responsabilité envers les employés du groupe. Ils en sont très conscients. Ils doivent voir quelles personnes sont les mieux placées pour faire avancer l'entreprise. D'ailleurs, nous avons déjà des PDG pour chaque partie du groupe."Vous regardez toujours tous les dossiers ?DUMOLIN. "Oui. Toutes les décisions importantes sont discutées avec moi et je regarde les chiffres de toutes les entreprises. Mais je ne suis plus impliqué dans la gestion quotidienne."Avez-vous appris par essais et erreurs ?DUMOLIN. "Il y a des investissements que je n'aurais pas dû faire. Il y a des cas avec lesquels j'ai eu de vrais problèmes. Mais si vous êtes un entrepreneur, vous savez que vous ferez des expériences positives mais aussi des négatives. Quiconque affirme ne jamais faire de mauvais investissements est soit très chanceux, soit ne dit pas la vérité. Heureusement, j'ai fait plus de bons investissements que de mauvais. Même les mauvais n'ont pas été faits au hasard. Quand on est actif dans autant de secteurs et dans autant de pays, il est parfois difficile de tout comprendre correctement."Allez-vous continuer à investir en Chine ?DUMOLIN. "Oui, je le ferai. Nous y fabriquons des plastiques et pouvons y faire beaucoup d'autres choses. Nous y réfléchissons."Une de vos entreprises, Lamifil, produit en Russie.DUMOLIN. "Nous avons fermé l'usine. J'ai dit à tout le personnel de rester à la maison, mais qu'ils continueront à être payés. Nous gardons assez d'argent pour qu'ils puissent continuer ainsi à être payés pendant des mois. Ces personnes n'ont pas choisi que M. Poutine envahisse l'Ukraine. Sur le plan économique, c'est un désastre, mais la Russie continuera d'exister et donc d'être un marché. Nous y resterons actifs. Vous ne pouvez pas considérer la Russie comme un no-man's-land. Sur le plan humain, vous pouvez vous demander comment vous pouvez encore traiter avec M. Poutine, mais il est incontournable. La guerre ne pourra se terminer que lorsque M. Poutine aura gagné. Personne ne peut imaginer qu'il jette l'éponge."Ne craignez-vous pas que votre usine soit nationalisée ?DUMOLIN. "Non. Si nous devions nous retirer complètement, cela se produirait probablement. Mais ce n'est pas l'intention. Cette usine n'est pas sans importance pour nous. Elle fabrique des produits qui complètent la gamme que nous fabriquons en Belgique".Êtes-vous actif en Ukraine ?DUMOLIN. "Non, mais nous avons eu une activité là-bas. Nous l'avons arrêté, car l'Ukraine est l'un des pays où la corruption est la plus forte. Malheureusement, ils ne sont pas tous des saints là-bas" (rires).Votre nom est apparu dans le cadre des "Pandora Papers", car un proche de Poutine était temporairement un actionnaire indirect de la branche russe de Lamifil.DUMOLIN. "Je mène toujours mes affaires de manière correcte. J'ai répondu en détail à cela. Nous faisons très attention avec qui nous travaillons. Lorsque cet homme est devenu actionnaire, nous nous sommes informés du mieux que nous pouvions et tout le monde a pensé que c'était la personne parfaite. Mais même moi, je ne sais pas comment certains de ces hommes d'affaires russes opèrent."Avec IPG, leader du marché des centres d'appels, vous avez également été un acteur clé du suivi de contacts pendant la crise sanitaire.DUMOLIN. "Nous étions en tête dans ce domaine en Flandre. Beaucoup de choses ont été dites à ce sujet mais qui ne sont pas vraies. Le IPG a été choisi par la cellule de crise. Nous avons formé un consortium. Cela a été difficile. Une entreprise du consortium a, apparemment, été victime d'une fraude, ce que je ne comprends ni n'accepte. C'est regrettable pour l'image du secteur. Nous avons travaillé correctement et gagné de l'argent de manière honnête. C'était un travail énorme."Quel a été l'impact de la crise du covid ?DUMOLIN. "J'ai vécu Lehman Brothers et le désastre de Fortis. Quand la crise a éclaté, j'ai eu peur. Nous avons dû injecter de l'argent dans un certain nombre de sociétés, principalement des sociétés d'événements. Mais il est très surprenant que le covid nous ait laissé si peu de cicatrices. Les banques centrales ont joué un rôle extrêmement important. Ils ont clairement appris de Lehman Brothers. Maintenant, je suis plus inquiet, en raison de l'inflation élevée. Les augmentations de salaires sont énormes. La Belgique se positionne très mal vis-à-vis des pays étrangers."Êtes-vous souvent contacté en tant qu'investisseur ?DUMOLIN. "Nous examinons constamment les dossiers, mais nous n'allons pas faire de grandes choses pour le moment. Nous voulons d'abord tout consolider. Nous nous dirigeons de plus en plus vers des participations minoritaires, parce qu'alors vous n'avez pas à gérer. Nous sommes très actifs dans le domaine de l'immobilier mais c'est un domaine que je ne connais pas bien.La Flandre occidentale accueille effectivement des investisseurs plus fortunés.DUMOLIN. "Des personnes comme Filip Balcaen, Marc Coucke, Joris Ide et bien d'autres continuent à réinvestir dans la région. Cette dynamique est importante. Il est important pour notre économie qu'ils soient soutenus et que nous ayons de nombreux entrepreneurs qui réussissent. Dans le passé, quand quelqu'un vendait sa société, il faisait ses valises et partait pour les Alpes ou le Luxembourg."Vous vous voyez régulièrement ?DUMOLIN. "Ils se voient peut-être, mais je vis un peu en reclus. Je regarde avec beaucoup de respect toutes ces personnes qui s'en sortent très bien. Je le fais à mon niveau. Quand j'étais enfant, à l'école, il y avait des gars avec de grosses billes. J'avais et j'ai toujours les petites billes" (rires).Comment avez-vous fait face à la mort de votre femme ?DUMOLIN. "Nous étions très complémentaires. Elle était le centre de la famille. Lorsque j'ai appris qu'elle était atteinte de cette maladie, j'ai passé un an à cheminer avec elle, tranquillement et sereinement, vers la mort. Ce fut une année difficile mais belle. Je n'ai jamais été aussi proche de ma femme qu'à ce moment-là. Elle pensait qu'elle vivrait longtemps. Elle a été malchanceuse. La santé est la plus grande inégalité de la vie. On naît avec de bons ou de mauvais gènes. Je semble avoir de bons gènes jusqu'à présent. Mais soudain, j'étais seul, et la pandémie est arrivée. J'étais souvent à la maison, mais je continuais à fonctionner. Quand vous n'avez plus rien à faire, cela doit être beaucoup plus difficile."Travaillerez-vous encore autant si votre femme n'était pas décédée ?DUMOLIN. "Non. Bien je n'aurais jamais arrêté mais je voyagerais probablement un peu plus, je prendrais plus de temps libre. Mais le travail est important pour moi. Mon travail n'est pas une échappatoire. Je ne suis pas vraiment une personne sociable. Je ne sors pas beaucoup et je suis discret. Le fait que je sois entouré de jeunes dans mon environnement de travail est important. Cela me permet de rester jeune de coeur et de continuer à avancer.Qu'est-ce que vous aimeriez encore faire ?DUMOLIN. "Surtout, vivez de façon normale. En particulier avec l'âge, il est crucial de maintenir l'équilibre, tant physiquement que mentalement. Vous devez gérer votre vie, suivre certaines règles et avoir une certaine volonté. Par exemple, je bois très peu d'alcool. Je suis un amateur de vin, mais je ne bois qu'un verre de vin rouge de temps en temps. Et je fume aussi un cigare de temps en temps. Mais je ne me couche jamais trop tard et je suis toujours réveillé vers 5 heures. Je lis ensuite le journal, j'essaie d'aller à la salle de sport et j'arrive généralement au bureau vers 7h30. J'habite à proximité. J'ai appris à connaître ma maison pendant la pandémie. Je ne savais pas ce qu'il y avait dans la plupart des placards. Ma femme a tout arrangé. J'ai également découvert les environs, car j'ai beaucoup marché et fait du vélo. J'ai appris à apprécier les petites choses. Je n'ai pas besoin de prendre l'avion pour Rome, je peux aussi voir de belles choses ici. Voyager est toujours plus amusant quand on a quelqu'un avec qui partager ce voyage. C'est une autre raison pour laquelle ma femme me manque. Si vous êtes seul, vous partagez moins et je pense que le partage est important."En guise d'adieu à ma carrière, je veux construire un nouveau siège social. L'actuelle est devenue trop exiguë. Le seul point positif de covid est que nous travaillons désormais plus efficacement, grâce à Teams ou Zoom. Avant, j'allais souvent à Bruxelles ou à Anvers pour une réunion d'une heure ou deux. Nous avons également appris à garder plus de distance. Dans le passé, vous aviez beaucoup de bureaux ouverts. Dans le nouveau bâtiment, il y aura plus d'espaces fermés et de bureaux, et plus de distance entre les personnes."Et avec plus de place pour l'art ?DUMOLIN. "En effet. J'achète encore régulièrement des oeuvres d'art. Je suis constamment occupé par les chiffres et les affaires. L'art est donc important. Cela donne une autre dimension à ma vie. Je n'ai que peu de temps pour la littérature et la musique. L'art me permet de penser à autre chose pendant quelques minutes. Je ne considère pas non plus la peinture comme un investissement. Bien que ce soit toujours agréable quand quelque chose double de valeur. Mais je ne vends rien. C'est l'amour de l'art."Quoi d'autre ? La course ?DUMOLIN. "Je fais en effet des courses de vieilles voitures. Je suis récemment monté sur le podium, en Italie. J'ai une vieille Ferrari et une Ford Mustang, entre autres. J'ai aussi une Harley-Davidson, mais je ne la conduis plus. C'est devenu trop dangereux.Vous regrettez quelque chose ?DUMOLIN. "Tout d'abord, je regrette que ma femme soit morte. Et je regrette d'avoir cet âge (rires). Mais je ne regrette rien d'autre. Pourquoi le ferais-je ? Il y a peu de gens qui ont cette chance : avoir une bonne santé et les bonnes personnes dans l'entreprise. Les gens qui se plaignent sans raison, je les trouve abominables."