L'homme

Ingénieur civil diplômé de la KU Leuven, Chris Peeters (55 ans) a commencé sa carrière comme ingénieur du bâtiment indépendant. Il a dirigé l'aciérie Altro Steel pendant quatre ans et oeuvré en qualité de directeur technique et des ventes chez Hoogovens Aluminium pendant deux ans. Après 14 ans de partenariat avec le bureau de consultance McKinsey, il a été nommé directeur business consulting du sous-traitant du secteur pétrolier et gazeux Schlumberger en 2012. Il dirige depuis 2015 le gestionnaire de réseau haute tension Elia et le holding Elia Group qui englobe également l'Allemand 50Hertz.

"Enfant, je rêvais de devenir pompier ou architecte. L'ambition de devenir directeur général n'est venue que bien plus tard. Je voulais remettre les pendules à l'heure, changer les choses. C'est ainsi que je suis devenu entrepreneur. Ma passion pour l'énergie et les changements climatiques, la volonté d'oeuvrer à quelque chose de plus grand que l'entreprise, ont grandi assez vite."

"Ma famille est très importante à mes yeux, la santé aussi. A la tête d'Elia, j'apporte ma modeste contribution à la décarbonation et à l'instauration d'une société climatiquement neutre. Schlumberger s'inscrivait parfaitement dans ce scénario."

"Pour me détendre, je fais du sport - jogging, cyclisme, natation - et des casse-tête numériques. Comme mon esprit est constamment occupé, je privilégie les activités qui demandent un maximum de concentration. J'ai pris conscience pendant le confinement que je suis plus social que je ne le pensais. Je suis plutôt introverti, c'est vrai, mais j'apprécie aussi la chaleur et la dynamique du contact direct."

"Mon héritage ne me préoccupe pas vraiment. Je suis trop occupé à oeuvrer pour le futur et j'y prends énormément de plaisir. Le premier hackaton que nous avons organisé devait ouvrir des portes, sans plus. Le dynamisme et l'enthousiasme des jeunes étaient tels que j'ai déplacé mes rendez-vous pour y passer quasi trois jours entiers. Pas besoin d'améliorer le monde que nous léguerons à nos enfants, ils le font très bien eux-mêmes. Notre rôle se limite à les y aider."

Le manager

"Quand j'ai débuté, l'entreprise sortait d'une période de turbulences. J'ai commencé par identifier les collaborateurs les plus impactants et leur confier des projets importants. L'essentiel dans une organisation n'est pas de respecter la hiérarchie mais de repérer les acteurs susceptibles de faire la différence. C'est la seule façon de faire avancer les choses. Le savoir-faire technique n'a jamais manqué mais nous avons modifié le contexte pour obtenir de meilleurs résultats."

"Comme je l'ai précisé d'emblée dans notre mission, Elia Group travaille dans l'intérêt de la société. Ce qui implique le partage de nos connaissances et leur lisibilité pour qu'elles soient utilisables par les décideurs. Le niveau de nos comptes-rendus est aujourd'hui beaucoup plus élevé: ils doivent être irréprochables au niveau technique mais aussi compréhensibles. Un réel défi mais qu'il nous faut relever pour concrétiser la transition énergétique. L'importance du gestionnaire de réseau est souvent sous-estimée, or nous contribuons à la transition énergétique."

"L'entreprise n'a plus rien à voir avec celle d'il y a six ans. Toute la difficulté consiste à réunir des personnes compétentes et complémentaires et à créer une dynamique propice à l'émulation pour qu'elles se concentrent sur l'essentiel. C'est indispensable pour assurer notre croissance dans les années à venir. L'intégration des énergies renouvelables doit quadrupler, voire quintupler, en deux fois moins de temps que prévu. La numérisation doit être accélérée pour que le client puisse s'adapter aux besoins d'un réseau d'électricité renouvelable tout en conservant son niveau de confort. C'est extrêmement complexe."

"Je n'ai aucune difficulté à partager ma vision et à indiquer la direction. Je place la barre très haut mais c'est parfaitement faisable. Nous avons déjà réalisé pas mal de choses jugées impossibles au départ. Comme le MOG (réseau modulaire offshore, Ndlr), le hub électrique pour parcs éoliens que nous voulons construire en mer, ou la participation supplémentaire dans 50Hertz."

"Mon management n'est pas de style hands-on mais je reste très proche de mes collaborateurs. Cette façon de fonctionner crée de nombreux leviers qui permettent d'anticiper de façon structurelle. Il est fondamental d'avoir une vision pour mobiliser ses troupes et leur permettre de définir la meilleure façon d'atteindre l'objectif poursuivi et de s'autogérer. Cela demande parfois un très gros effort d'expliquer sa vision mais dès qu'elle emporte l'adhésion de tous, mon rôle se limite à éliminer les obstacles en cours de route."

"Nos actionnaires sont des organismes publics, ce qui rend la gestion des stakeholders plus complexe mais pas moins intéressante pour autant. Notre conseil d'administration attache beaucoup d'importance au développement de l'entreprise, quelle que soit l'obédience politique des administrateurs. En Allemagne, pour 50Hertz, nous avons opté pour un partenaire public, la banque d'investissement allemande KfW. Les stakeholders ont une vision à long terme et n'hésitent pas à critiquer le moindre changement. Malgré cela, nous avons réussi à créer une valeur appréciable ces dernières années. Grâce essentiellement à la transparence de notre communication."

L'entreprise

Avec Elia et 50Hertz, le groupe Elia gère le réseau de transport d'électricité à haute tension en Belgique et dans l'ex-Allemagne de l'Est, y compris Berlin et Hambourg. L'entreprise doit en outre assurer l'équilibre entre l'offre et la demande ainsi que le bon fonctionnement du marché de l'électricité. L'actionnaire principal du groupe coté en Bourse est le holding communal Publi-T. En 2010, Elia a acquis une participation de 60% dans 50Hertz, majorée à 80% en 2018. Le groupe propose en outre des services de consultance aux gestionnaires de réseaux internationaux via Elia Grid International.

Elia Group ambitionne de révolutionner le monde de l'électricité. Le groupe peut se vanter d'une première mondiale avec la mise en service en 2020 du premier interconnecteur hybride entre l'Allemagne et le Danemark. La concrétisation du projet d'île énergétique en mer du Nord sera une autre grande première.

L'hommeIngénieur civil diplômé de la KU Leuven, Chris Peeters (55 ans) a commencé sa carrière comme ingénieur du bâtiment indépendant. Il a dirigé l'aciérie Altro Steel pendant quatre ans et oeuvré en qualité de directeur technique et des ventes chez Hoogovens Aluminium pendant deux ans. Après 14 ans de partenariat avec le bureau de consultance McKinsey, il a été nommé directeur business consulting du sous-traitant du secteur pétrolier et gazeux Schlumberger en 2012. Il dirige depuis 2015 le gestionnaire de réseau haute tension Elia et le holding Elia Group qui englobe également l'Allemand 50Hertz."Enfant, je rêvais de devenir pompier ou architecte. L'ambition de devenir directeur général n'est venue que bien plus tard. Je voulais remettre les pendules à l'heure, changer les choses. C'est ainsi que je suis devenu entrepreneur. Ma passion pour l'énergie et les changements climatiques, la volonté d'oeuvrer à quelque chose de plus grand que l'entreprise, ont grandi assez vite.""Ma famille est très importante à mes yeux, la santé aussi. A la tête d'Elia, j'apporte ma modeste contribution à la décarbonation et à l'instauration d'une société climatiquement neutre. Schlumberger s'inscrivait parfaitement dans ce scénario.""Pour me détendre, je fais du sport - jogging, cyclisme, natation - et des casse-tête numériques. Comme mon esprit est constamment occupé, je privilégie les activités qui demandent un maximum de concentration. J'ai pris conscience pendant le confinement que je suis plus social que je ne le pensais. Je suis plutôt introverti, c'est vrai, mais j'apprécie aussi la chaleur et la dynamique du contact direct.""Mon héritage ne me préoccupe pas vraiment. Je suis trop occupé à oeuvrer pour le futur et j'y prends énormément de plaisir. Le premier hackaton que nous avons organisé devait ouvrir des portes, sans plus. Le dynamisme et l'enthousiasme des jeunes étaient tels que j'ai déplacé mes rendez-vous pour y passer quasi trois jours entiers. Pas besoin d'améliorer le monde que nous léguerons à nos enfants, ils le font très bien eux-mêmes. Notre rôle se limite à les y aider."Le manager"Quand j'ai débuté, l'entreprise sortait d'une période de turbulences. J'ai commencé par identifier les collaborateurs les plus impactants et leur confier des projets importants. L'essentiel dans une organisation n'est pas de respecter la hiérarchie mais de repérer les acteurs susceptibles de faire la différence. C'est la seule façon de faire avancer les choses. Le savoir-faire technique n'a jamais manqué mais nous avons modifié le contexte pour obtenir de meilleurs résultats.""Comme je l'ai précisé d'emblée dans notre mission, Elia Group travaille dans l'intérêt de la société. Ce qui implique le partage de nos connaissances et leur lisibilité pour qu'elles soient utilisables par les décideurs. Le niveau de nos comptes-rendus est aujourd'hui beaucoup plus élevé: ils doivent être irréprochables au niveau technique mais aussi compréhensibles. Un réel défi mais qu'il nous faut relever pour concrétiser la transition énergétique. L'importance du gestionnaire de réseau est souvent sous-estimée, or nous contribuons à la transition énergétique.""L'entreprise n'a plus rien à voir avec celle d'il y a six ans. Toute la difficulté consiste à réunir des personnes compétentes et complémentaires et à créer une dynamique propice à l'émulation pour qu'elles se concentrent sur l'essentiel. C'est indispensable pour assurer notre croissance dans les années à venir. L'intégration des énergies renouvelables doit quadrupler, voire quintupler, en deux fois moins de temps que prévu. La numérisation doit être accélérée pour que le client puisse s'adapter aux besoins d'un réseau d'électricité renouvelable tout en conservant son niveau de confort. C'est extrêmement complexe.""Je n'ai aucune difficulté à partager ma vision et à indiquer la direction. Je place la barre très haut mais c'est parfaitement faisable. Nous avons déjà réalisé pas mal de choses jugées impossibles au départ. Comme le MOG (réseau modulaire offshore, Ndlr), le hub électrique pour parcs éoliens que nous voulons construire en mer, ou la participation supplémentaire dans 50Hertz.""Mon management n'est pas de style hands-on mais je reste très proche de mes collaborateurs. Cette façon de fonctionner crée de nombreux leviers qui permettent d'anticiper de façon structurelle. Il est fondamental d'avoir une vision pour mobiliser ses troupes et leur permettre de définir la meilleure façon d'atteindre l'objectif poursuivi et de s'autogérer. Cela demande parfois un très gros effort d'expliquer sa vision mais dès qu'elle emporte l'adhésion de tous, mon rôle se limite à éliminer les obstacles en cours de route.""Nos actionnaires sont des organismes publics, ce qui rend la gestion des stakeholders plus complexe mais pas moins intéressante pour autant. Notre conseil d'administration attache beaucoup d'importance au développement de l'entreprise, quelle que soit l'obédience politique des administrateurs. En Allemagne, pour 50Hertz, nous avons opté pour un partenaire public, la banque d'investissement allemande KfW. Les stakeholders ont une vision à long terme et n'hésitent pas à critiquer le moindre changement. Malgré cela, nous avons réussi à créer une valeur appréciable ces dernières années. Grâce essentiellement à la transparence de notre communication."L'entrepriseAvec Elia et 50Hertz, le groupe Elia gère le réseau de transport d'électricité à haute tension en Belgique et dans l'ex-Allemagne de l'Est, y compris Berlin et Hambourg. L'entreprise doit en outre assurer l'équilibre entre l'offre et la demande ainsi que le bon fonctionnement du marché de l'électricité. L'actionnaire principal du groupe coté en Bourse est le holding communal Publi-T. En 2010, Elia a acquis une participation de 60% dans 50Hertz, majorée à 80% en 2018. Le groupe propose en outre des services de consultance aux gestionnaires de réseaux internationaux via Elia Grid International.Elia Group ambitionne de révolutionner le monde de l'électricité. Le groupe peut se vanter d'une première mondiale avec la mise en service en 2020 du premier interconnecteur hybride entre l'Allemagne et le Danemark. La concrétisation du projet d'île énergétique en mer du Nord sera une autre grande première.