Le chiffre d'affaires pour les mois d'avril, mai et juin s'est élevé à près de 6,9 milliards d'euros, soit 13 % de plus qu'en 2021 ou 9,1 % de croissance organique. En outre, Randstad a enregistré un bénéfice net de 196 millions d'euros, soit une hausse de 11 % par rapport à l'année dernière. En Belgique/Luxembourg, le chiffre d'affaires a augmenté de 4 % au deuxième trimestre. Avec 4,6 %, la marge bénéficiaire y est légèrement inférieure à celle de l'année dernière (5,5 %).

"Le marché mondial du travail reste dynamique, combinant forte demande et rareté des talents", analyse Sander van 't Noordende, cadre supérieur. L'augmentation de la demande de services de dotation en personnel, de recrutement et de détachement a également permis à Randstad d'accroître sa marge bénéficiaire globale. L'entreprise a également bénéficié de la force du dollar, qui a renforcé le chiffre d'affaires en Amérique du Nord, la plus grande division de Randstad.

Cependant, l'entreprise reste prudente dans ses prévisions en raison de l'évolution incertaine de la situation économique. L'inflation galopante et une aggravation de la crise du gaz due à la guerre entre la Russie et l'Ukraine pourrait notamment entraîner une récession.

Le chiffre d'affaires pour les mois d'avril, mai et juin s'est élevé à près de 6,9 milliards d'euros, soit 13 % de plus qu'en 2021 ou 9,1 % de croissance organique. En outre, Randstad a enregistré un bénéfice net de 196 millions d'euros, soit une hausse de 11 % par rapport à l'année dernière. En Belgique/Luxembourg, le chiffre d'affaires a augmenté de 4 % au deuxième trimestre. Avec 4,6 %, la marge bénéficiaire y est légèrement inférieure à celle de l'année dernière (5,5 %). "Le marché mondial du travail reste dynamique, combinant forte demande et rareté des talents", analyse Sander van 't Noordende, cadre supérieur. L'augmentation de la demande de services de dotation en personnel, de recrutement et de détachement a également permis à Randstad d'accroître sa marge bénéficiaire globale. L'entreprise a également bénéficié de la force du dollar, qui a renforcé le chiffre d'affaires en Amérique du Nord, la plus grande division de Randstad. Cependant, l'entreprise reste prudente dans ses prévisions en raison de l'évolution incertaine de la situation économique. L'inflation galopante et une aggravation de la crise du gaz due à la guerre entre la Russie et l'Ukraine pourrait notamment entraîner une récession.