Le groupe américain prévoit de dégager un bénéfice par action ajusté de coûts de restructuration, référence des marchés américains, compris entre 11 et 12 dollars contre de 10,25 à 11,25 dollars auparavant.

Les marchés anticipent, eux, seulement 10,87 dollars. Cet optimisme repose sur une croissance continue de l'économie mondiale, qui se matérialise par un carnet de commandes solide, évalué à 17,7 milliards de dollars à fin juin, soit 2,9 milliards de plus comparé à la même période un an plus tôt.