Les experts climat s'en rendent compte: le monde va devoir retirer beaucoup de CO2 de l'air pour atteindre la neutralité carbone en 2050, car la réduction des émissions de gaz à effet de serre ne suffira pas. Des machines existent aujourd'hui, mais trop chères. Alors le privé s'en mêle, sur le modèle de la recherche contre les vaccins ou du développement des premiers avions. "Quand on est une start-up, un prix d'un million ça fait beaucoup", raconte à l'AFP Axel Reinaud, PDG de NetZero, l'entreprise française propulsée mi-avril sur la scène internationale après avoir remporté l'un des 15 prix d'étape du "XPrize Carbon Removal" du milliardaire patron de Tesla. "Cela vous donne de l'air financier", ajoute-t-il. Le million financera un an de recherche et développement "ou deux tiers d'une usine".

Avec 100 millions de dollars en tout, le "plus grand prix incitatif de l'histoire" - vante son site - veut primer d'ici 2024 des solutions pour stocker à terme des milliards de tonnes de CO2 par an, à bas coût. Le lauréat est récompensé pour son modèle économique astucieux: il brûle des déchets agricoles, qui stockent naturellement du CO2, et les transforme en "biochar", une "poussière de charbon" qui nourrit les sols. La chaleur de la combustion génère de l'électricité renouvelable, qui est vendue. Au total, l'entreprise dit pouvoir éliminer une tonne de CO2 pour quelques dizaines d'euros, un prix imbattable.

Aux Etats-Unis, Stripe, Alphabet, Shopify, Meta et McKinsey ont garanti l'achat de 925 millions de dollars de "services d'élimination permanente du carbone entre 2022 et 2030", comme une assurance pour ceux qui hésitent à se lancer. Sur le même modèle, une cinquantaine d'entreprises de secteurs "difficiles à décarboner", la "First movers coalition", s'engagent à financer une telle technologie.

De l'air (financier)

Il y a peu de recherche sur l'élimination du carbone dans l'atmosphère, un processus "extrêmement difficile à maîtriser",explique à l'AFP l'historienne des sciences Amy Dahan. "L'idée de Musk, c'est de faire monter un champ de recherche à une certaine visibilité". Une méthode éprouvée: l'Orteig prize et ses 25.000 dollars promis au premier aviateur à faire New York-Paris sans escale avait dopé la recherche aéronautique jusqu'à ce que Charles Lindbergh le remporte en 1927. Plus récemment, les promesses de financement de Bill Gates au Forum économique mondial en 2010 ont largement contribué à accélérer la course aux vaccins. Mais 100 millions de dollars, "c'est inédit", affirme Mme Dahan.

Même son de cloche à la Climate Foundation, un lauréat américain qui élimine le carbone grâce à des macro-algues, puis le stocke en profondeur dans l'océan. "Nous n'aurions pas pu arriver là sans ces fonds", dit à l'AFP son fondateur Brian Von Herzen, qui avec d'autres financements veut créer son "premier hectare de permaculture marine". "De tels prix constituent une première étape importante, mais insuffisante pour construire un écosystème robuste de séquestration du carbone", nuance-t-il.

"Goutte d'eau"

Le but ultime, selon le consensus scientifique, est d'éliminer d'ici à 2050 plusieurs milliards de tonnes de CO2 par an. Puisque la capacité de séquestration actuelle est "microscopique", cela signifie bâtir "en 30 ans" quelque chose "d'aussi grand que l'industrie pétrolière", alerte M. Reinaud, insistant sur le fait qu'il faudrait "plusieurs dizaines de points de PIB" investis dès maintenant, au lieu de la "goutte d'eau" présente. Un constat partagé par Amy Dahan, pour qui ces milliardaires feraient mieux d'arrêter leur "greenwashing" et de "changer le modèle commercial de leurs entreprises" très émettrices. "Certes, on ne pourra pas se passer de leur participation à cet effort", tempère la chercheuse, mais une "politique d'État et des accords" contraignants sont nécessaires. Malgré les 3,5 milliards de dollars de financement annoncés par Washington pour le secteur, elle estime que "les États ne prennent pas le problème sérieusement en mains".

Les experts climat s'en rendent compte: le monde va devoir retirer beaucoup de CO2 de l'air pour atteindre la neutralité carbone en 2050, car la réduction des émissions de gaz à effet de serre ne suffira pas. Des machines existent aujourd'hui, mais trop chères. Alors le privé s'en mêle, sur le modèle de la recherche contre les vaccins ou du développement des premiers avions. "Quand on est une start-up, un prix d'un million ça fait beaucoup", raconte à l'AFP Axel Reinaud, PDG de NetZero, l'entreprise française propulsée mi-avril sur la scène internationale après avoir remporté l'un des 15 prix d'étape du "XPrize Carbon Removal" du milliardaire patron de Tesla. "Cela vous donne de l'air financier", ajoute-t-il. Le million financera un an de recherche et développement "ou deux tiers d'une usine".Avec 100 millions de dollars en tout, le "plus grand prix incitatif de l'histoire" - vante son site - veut primer d'ici 2024 des solutions pour stocker à terme des milliards de tonnes de CO2 par an, à bas coût. Le lauréat est récompensé pour son modèle économique astucieux: il brûle des déchets agricoles, qui stockent naturellement du CO2, et les transforme en "biochar", une "poussière de charbon" qui nourrit les sols. La chaleur de la combustion génère de l'électricité renouvelable, qui est vendue. Au total, l'entreprise dit pouvoir éliminer une tonne de CO2 pour quelques dizaines d'euros, un prix imbattable.Aux Etats-Unis, Stripe, Alphabet, Shopify, Meta et McKinsey ont garanti l'achat de 925 millions de dollars de "services d'élimination permanente du carbone entre 2022 et 2030", comme une assurance pour ceux qui hésitent à se lancer. Sur le même modèle, une cinquantaine d'entreprises de secteurs "difficiles à décarboner", la "First movers coalition", s'engagent à financer une telle technologie.Il y a peu de recherche sur l'élimination du carbone dans l'atmosphère, un processus "extrêmement difficile à maîtriser",explique à l'AFP l'historienne des sciences Amy Dahan. "L'idée de Musk, c'est de faire monter un champ de recherche à une certaine visibilité". Une méthode éprouvée: l'Orteig prize et ses 25.000 dollars promis au premier aviateur à faire New York-Paris sans escale avait dopé la recherche aéronautique jusqu'à ce que Charles Lindbergh le remporte en 1927. Plus récemment, les promesses de financement de Bill Gates au Forum économique mondial en 2010 ont largement contribué à accélérer la course aux vaccins. Mais 100 millions de dollars, "c'est inédit", affirme Mme Dahan. Même son de cloche à la Climate Foundation, un lauréat américain qui élimine le carbone grâce à des macro-algues, puis le stocke en profondeur dans l'océan. "Nous n'aurions pas pu arriver là sans ces fonds", dit à l'AFP son fondateur Brian Von Herzen, qui avec d'autres financements veut créer son "premier hectare de permaculture marine". "De tels prix constituent une première étape importante, mais insuffisante pour construire un écosystème robuste de séquestration du carbone", nuance-t-il.Le but ultime, selon le consensus scientifique, est d'éliminer d'ici à 2050 plusieurs milliards de tonnes de CO2 par an. Puisque la capacité de séquestration actuelle est "microscopique", cela signifie bâtir "en 30 ans" quelque chose "d'aussi grand que l'industrie pétrolière", alerte M. Reinaud, insistant sur le fait qu'il faudrait "plusieurs dizaines de points de PIB" investis dès maintenant, au lieu de la "goutte d'eau" présente. Un constat partagé par Amy Dahan, pour qui ces milliardaires feraient mieux d'arrêter leur "greenwashing" et de "changer le modèle commercial de leurs entreprises" très émettrices. "Certes, on ne pourra pas se passer de leur participation à cet effort", tempère la chercheuse, mais une "politique d'État et des accords" contraignants sont nécessaires. Malgré les 3,5 milliards de dollars de financement annoncés par Washington pour le secteur, elle estime que "les États ne prennent pas le problème sérieusement en mains".