"C'est un record absolu pour l'aéroport", se réjouit le CEO de Brussels Airport, Arnaud Feist. "L'an passé, nous avions accueilli 24,8 millions de passagers. En 2018, j'attends 25,5 millions de vacanciers d'ici la fin de l'année. C'est une étape importante pour nous."

Dans le hall des départs, ce cap a été célébré avec les passagers qui se dirigeaient vers leur porte d'embarquement. Un orchestre et des danseurs ont ravi leurs yeux et oreilles tandis qu'ils pouvaient satisfaire leurs papilles gustatives avec des pop-cakes, une sorte de gâteau en forme de sucette. Ce vendredi, premier jour des vacances de Noël, l'aéroport attend 79.000 voyageurs au départ.

Potentiel et infrastructure

"Le potentiel est là", souligne M. Feist. "Nous continuons chaque année à étendre notre réseau, non seulement en Europe mais aussi pour des destinations intercontinentales. La demande pour celles-ci augmente. Nous offrons ainsi plus de vols vers l'Asie, et la Chine et le Japon sont particulièrement populaires", remarque le CEO.

"Nous prévoyons de construire une nouvelle jetée d'ici 2025. C'est vraiment nécessaire car avec la croissance que nous attendons, notre infrastructure va devenir trop petite", assure M. Feist.

"C'est un record absolu pour l'aéroport", se réjouit le CEO de Brussels Airport, Arnaud Feist. "L'an passé, nous avions accueilli 24,8 millions de passagers. En 2018, j'attends 25,5 millions de vacanciers d'ici la fin de l'année. C'est une étape importante pour nous." Dans le hall des départs, ce cap a été célébré avec les passagers qui se dirigeaient vers leur porte d'embarquement. Un orchestre et des danseurs ont ravi leurs yeux et oreilles tandis qu'ils pouvaient satisfaire leurs papilles gustatives avec des pop-cakes, une sorte de gâteau en forme de sucette. Ce vendredi, premier jour des vacances de Noël, l'aéroport attend 79.000 voyageurs au départ. "Le potentiel est là", souligne M. Feist. "Nous continuons chaque année à étendre notre réseau, non seulement en Europe mais aussi pour des destinations intercontinentales. La demande pour celles-ci augmente. Nous offrons ainsi plus de vols vers l'Asie, et la Chine et le Japon sont particulièrement populaires", remarque le CEO. "Nous prévoyons de construire une nouvelle jetée d'ici 2025. C'est vraiment nécessaire car avec la croissance que nous attendons, notre infrastructure va devenir trop petite", assure M. Feist.