Brussels Airlines continuera donc à opérer avec deux appareils long courrier et 21 avions court courrier.

L'entreprise entendait augmenter cette capacité à partir du mois d'août. Mais les discussions avec l'Etat belge sur une aide financière sont toujours en cours. "Elles sont très complexes et n'ont pas encore permis d'engranger de résultat", déplore le CEO Dieter Vranckx. "Vu que notre situation financière se dégrade, nous reportons l'extension de la capacité" programmée initialement.

Les besoins financiers précis n'ont pas été détaillés. Le CEO souligne que le management a travaillé dur pour permettre à la compagnie de traverser la crise "en gérant les réserves de liquidités et les contrats de manière active".

Un plan social a également été conclu avec les partenaires sociaux. Et la maison mère, l'allemande Lufthansa, a aussi réitéré sa confiance en Brussels Airlines comme une des quatre filiales confirmées. "Lufthansa nous a aussi répété vouloir nous soutenir financièrement (...). Le plus important pilier reste l'aide publique du gouvernement belge". Le CEO constate que toutes les autres entités du groupe (Lufthansa, Swiss et Austrian Airlines) ont chacune indiqué avoir reçu une aide de leurs autorités respectives.

Au cabinet du ministre compétent Alexander De Croo (Open Vld), on souligne mercredi que les autorités belges se sont constamment montrées raisonnables et engagées durant les discussions. "Nous avons collaboré à l'élaboration d'un business plan qui vise à assurer l'emploi, également à l'avenir, et à basculer vers une croissance bénéficiaire. Maintenant, il importe que l'actionnaire allemande apporte des garanties suffisantes quant à une application correcte de ce plan."

Le ministre De Croo devrait encore donner davantage d'explications sur le dossier ce mercredi à la Chambre.

Le report de l'extension du plan de vol impacte 7.000 passagers

Quelque 7.000 passagers sont touchés par le report de l'extension du plan de vols annoncé mercredi par Brussels Airlines, a indiqué la porte-parole Maaike Andries.

L'entreprise entendait augmenter sa capacité à partir du mois d'août. Mais les discussions avec l'État belge sur une aide financière sont toujours en cours.

Brussels Airlines devait augmenter le nombre de long courrier à cinq mais continuera donc à opérer avec deux appareils long courrier et 21 avions court courrier. Le report concerne les vols long courrier de la première semaine d'août. Ceux de la deuxième semaine sont pour l'instant toujours garantis, dans l'espoir qu'une solution soit trouvée d'ici là.

Quelque 7.000 personnes ont réservé leur place dans un de ces vols annulés. "Dans un premier temps, nous cherchons un vol alternatif. Le report du voyage ou un remboursement, si le passager le souhaite, figure également parmi les possibilités", a noté la porte-parole.

Dès lors, rien ne change sur le réseau court courrier pour l'instant. Toutefois, en raison du code rouge obtenu par certaines destinations européennes après la publication de nouveaux avis de voyage du SPF Affaires étrangères ces derniers jours, Brussels Airlines a remarqué une forte baisse des réservations pour ces régions. "Il n'est pas exclu que nous devions recomposer la fréquence de ces vols", a souligné la porte-parole. Il n'est toutefois pas question de supprimer complètement ces destinations.

Brussels Airlines continuera donc à opérer avec deux appareils long courrier et 21 avions court courrier.L'entreprise entendait augmenter cette capacité à partir du mois d'août. Mais les discussions avec l'Etat belge sur une aide financière sont toujours en cours. "Elles sont très complexes et n'ont pas encore permis d'engranger de résultat", déplore le CEO Dieter Vranckx. "Vu que notre situation financière se dégrade, nous reportons l'extension de la capacité" programmée initialement. Les besoins financiers précis n'ont pas été détaillés. Le CEO souligne que le management a travaillé dur pour permettre à la compagnie de traverser la crise "en gérant les réserves de liquidités et les contrats de manière active". Un plan social a également été conclu avec les partenaires sociaux. Et la maison mère, l'allemande Lufthansa, a aussi réitéré sa confiance en Brussels Airlines comme une des quatre filiales confirmées. "Lufthansa nous a aussi répété vouloir nous soutenir financièrement (...). Le plus important pilier reste l'aide publique du gouvernement belge". Le CEO constate que toutes les autres entités du groupe (Lufthansa, Swiss et Austrian Airlines) ont chacune indiqué avoir reçu une aide de leurs autorités respectives. Au cabinet du ministre compétent Alexander De Croo (Open Vld), on souligne mercredi que les autorités belges se sont constamment montrées raisonnables et engagées durant les discussions. "Nous avons collaboré à l'élaboration d'un business plan qui vise à assurer l'emploi, également à l'avenir, et à basculer vers une croissance bénéficiaire. Maintenant, il importe que l'actionnaire allemande apporte des garanties suffisantes quant à une application correcte de ce plan." Le ministre De Croo devrait encore donner davantage d'explications sur le dossier ce mercredi à la Chambre.