Pour l'instant, Parcels&Logistics et Mail&Retail sont deux organisations séparées avec chacune son équipe de management. Selon des informations obtenues par Le Soir, il n'y aurait bientôt plus qu'une seule direction, une seule structure.

C'est une réponse à la problématique de la baisse continue du volume de courrier qui oscille entre 5 et 10 % par an (-31 % ces cinq dernières années), en partie compensée par la très forte croissance de l'activité colis (+ 56 % en 2020).

Ce rapprochement vise à recaser les travailleurs actifs dans le courrier mais aussi à améliorer l'efficacité de bpost et à dégager des synergies.

Bpost n'a pas souhaité confirmer ou infirmer les informations, se contentant de préciser que "l'entreprise ne veut pas être dépendante du courrier postal mais veut assurer son avenir de manière économiquement durable à long terme".

De leurs côtés, les syndicats, qui disent ne pas encore connaître en détail les plans de bpost, n'y sont à première vue pas opposés. "Une seule entité est toujours préférable", déclare notamment Paul Herregodts du SLFP.

Il existe déjà une intégration de facto, embraie Geert Cools, de la CGSP: "sur le plan purement pratique, les facteurs et les factrices distribuent déjà des lettres et des colis lors de leurs tournées", explique-t-il. Le syndicaliste attend maintenant les précisions avant de se prononcer sur ce dossier. "Nous savons qu'ils (bpost) veulent être rentables, mais il est important de soutenir les travailleurs sur le terrain", ponctue-t-il.

Pour l'instant, Parcels&Logistics et Mail&Retail sont deux organisations séparées avec chacune son équipe de management. Selon des informations obtenues par Le Soir, il n'y aurait bientôt plus qu'une seule direction, une seule structure. C'est une réponse à la problématique de la baisse continue du volume de courrier qui oscille entre 5 et 10 % par an (-31 % ces cinq dernières années), en partie compensée par la très forte croissance de l'activité colis (+ 56 % en 2020). Ce rapprochement vise à recaser les travailleurs actifs dans le courrier mais aussi à améliorer l'efficacité de bpost et à dégager des synergies. Bpost n'a pas souhaité confirmer ou infirmer les informations, se contentant de préciser que "l'entreprise ne veut pas être dépendante du courrier postal mais veut assurer son avenir de manière économiquement durable à long terme". De leurs côtés, les syndicats, qui disent ne pas encore connaître en détail les plans de bpost, n'y sont à première vue pas opposés. "Une seule entité est toujours préférable", déclare notamment Paul Herregodts du SLFP. Il existe déjà une intégration de facto, embraie Geert Cools, de la CGSP: "sur le plan purement pratique, les facteurs et les factrices distribuent déjà des lettres et des colis lors de leurs tournées", explique-t-il. Le syndicaliste attend maintenant les précisions avant de se prononcer sur ce dossier. "Nous savons qu'ils (bpost) veulent être rentables, mais il est important de soutenir les travailleurs sur le terrain", ponctue-t-il.