"De cette façon, le vendeur peut se concentrer pleinement sur la vente et le traitement, sans devoir se soucier de la livraison ou d'affecter du personnel à un point d'enlèvement. Les bureaux de poste locaux deviennent donc un espace de stockage et un point d'enlèvement local pour les PME", explique Bpost dans un communiqué.

Concrètement, le vendeur prépare les colis avec les marchandises vendues. Il crée les étiquettes sur un site ad hoc (www.bpost.be/enlevement-pres-de-chez-vous) et les colle sur les paquets. Il apporte ensuite ses colis prêts à être expédiés dans un bureau de poste de son choix.

Dès que le colis est disponible, l'acheteur reçoit un e-mail lui indiquant l'adresse du bureau de poste où il pourra aller le récupérer à un moment qui lui convient, durant les heures d'ouverture. Bpost offre ce service dans les quelque 650 bureaux de poste en Belgique. Le coût pour le vendeur s'élève à un euro par colis. Les paquets restent disponibles durant 14 jours au bureau de poste.

Lire aussi:Bpost face à une situation historique : "Tout le monde est sur le pied de guerre"

"Cette initiative s'inscrit dans le développement accru du commerce électronique et permet simultanément une approche très efficace et vraiment locale de l'expérience", salue la ministre des Entreprises publiques, Petra De Sutter, citée dans un communiqué.

"Les bureaux de poste déchargent les commerçants locaux du casse-tête de la mise en pratique de leur vente numérique. En outre, cela facilite la vie des consommateurs pour leurs achats locaux malgré le confinement." Bpost est confrontée à une vague sans précédent de colis à livrer sur fond de mesures de confinement et à l'approche des fêtes de fin d'année. L'entreprise a engagé 3.000 personnes supplémentaires et n'exclut pas d'en engager encore si nécessaire.

"De cette façon, le vendeur peut se concentrer pleinement sur la vente et le traitement, sans devoir se soucier de la livraison ou d'affecter du personnel à un point d'enlèvement. Les bureaux de poste locaux deviennent donc un espace de stockage et un point d'enlèvement local pour les PME", explique Bpost dans un communiqué. Concrètement, le vendeur prépare les colis avec les marchandises vendues. Il crée les étiquettes sur un site ad hoc (www.bpost.be/enlevement-pres-de-chez-vous) et les colle sur les paquets. Il apporte ensuite ses colis prêts à être expédiés dans un bureau de poste de son choix. Dès que le colis est disponible, l'acheteur reçoit un e-mail lui indiquant l'adresse du bureau de poste où il pourra aller le récupérer à un moment qui lui convient, durant les heures d'ouverture. Bpost offre ce service dans les quelque 650 bureaux de poste en Belgique. Le coût pour le vendeur s'élève à un euro par colis. Les paquets restent disponibles durant 14 jours au bureau de poste. Lire aussi:Bpost face à une situation historique : "Tout le monde est sur le pied de guerre""Cette initiative s'inscrit dans le développement accru du commerce électronique et permet simultanément une approche très efficace et vraiment locale de l'expérience", salue la ministre des Entreprises publiques, Petra De Sutter, citée dans un communiqué. "Les bureaux de poste déchargent les commerçants locaux du casse-tête de la mise en pratique de leur vente numérique. En outre, cela facilite la vie des consommateurs pour leurs achats locaux malgré le confinement." Bpost est confrontée à une vague sans précédent de colis à livrer sur fond de mesures de confinement et à l'approche des fêtes de fin d'année. L'entreprise a engagé 3.000 personnes supplémentaires et n'exclut pas d'en engager encore si nécessaire.