L'avionneur américain reste dans le rouge pour la quatrième année consécutive, avec une perte nette de 4,9 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) en 2022 malgré une augmentation de son chiffre d'affaires de 7% à 66,6 milliards de dollars.

Au seul quatrième trimestre, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 19,98 milliards de dollars sur la période, soit moins que les 20,38 milliards attendus par les analystes, pour une perte nette de 634 millions.

Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, la mesure préférée des analystes de Wall Street, la perte s'est élevée à 1,75 dollar quand les analystes anticipaient un gain de 26 cents.

Le groupe est toutefois parvenu à dégager un flux de trésorerie disponible positif sur l'ensemble de l'année pour la première fois depuis 2018, un indicateur-clé dans son redressement après plusieurs années plombées par les crashs mortels de deux 737 MAX et la pandémie.

Boeing maintient ainsi ses prévisions de flux de trésorerie disponible pour 2023 ainsi que ses objectifs de cadence pour 2025: Boeing veut produire environ 50 appareils 737 MAX par mois d'ici 2025-2026, contre 31 actuellement, et dix long-courriers 787 Dreamliner par mois à cette échéance contre 5 actuellement.

"La demande dans l'ensemble de notre portefeuille est forte, et nous restons concentrés sur la stabilité de nos opérations et de la chaîne d'approvisionnement afin de respecter nos engagements en 2023 et au-delà", a commenté le patron de Boeing, Dave Calhoun, dans le communiqué.

2022 a été "une année importante dans notre redressement", a-t-il ajouté. Le groupe a livré 480 avions au total en 2022, sa meilleure performance depuis 2018, et engrangé 808 commandes nettes, ce qui n'a toutefois pas suffit à supplanter son concurrent Airbus.

L'avionneur américain reste dans le rouge pour la quatrième année consécutive, avec une perte nette de 4,9 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) en 2022 malgré une augmentation de son chiffre d'affaires de 7% à 66,6 milliards de dollars.Au seul quatrième trimestre, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 19,98 milliards de dollars sur la période, soit moins que les 20,38 milliards attendus par les analystes, pour une perte nette de 634 millions.Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, la mesure préférée des analystes de Wall Street, la perte s'est élevée à 1,75 dollar quand les analystes anticipaient un gain de 26 cents. Le groupe est toutefois parvenu à dégager un flux de trésorerie disponible positif sur l'ensemble de l'année pour la première fois depuis 2018, un indicateur-clé dans son redressement après plusieurs années plombées par les crashs mortels de deux 737 MAX et la pandémie.Boeing maintient ainsi ses prévisions de flux de trésorerie disponible pour 2023 ainsi que ses objectifs de cadence pour 2025: Boeing veut produire environ 50 appareils 737 MAX par mois d'ici 2025-2026, contre 31 actuellement, et dix long-courriers 787 Dreamliner par mois à cette échéance contre 5 actuellement. "La demande dans l'ensemble de notre portefeuille est forte, et nous restons concentrés sur la stabilité de nos opérations et de la chaîne d'approvisionnement afin de respecter nos engagements en 2023 et au-delà", a commenté le patron de Boeing, Dave Calhoun, dans le communiqué.2022 a été "une année importante dans notre redressement", a-t-il ajouté. Le groupe a livré 480 avions au total en 2022, sa meilleure performance depuis 2018, et engrangé 808 commandes nettes, ce qui n'a toutefois pas suffit à supplanter son concurrent Airbus.