La semaine dernière, Dutch Retail Groep a annoncé la reprise des 123 magasins belges Blokker et leurs 670 travailleurs. Cette reprise doit mener à la transformation des magasins en échoppes discount Mega World. Une sécurité d'emploi a été annoncée à l'occasion de cette reprise.

Mais selon la secrétaire syndicale Inge De Beul du BBTK (Setca), beaucoup de questions subsistent sur la reprise, en particulier sur la sécurité d'emploi promise. "Cela a été promis mais rien n'a été couché sur papier", dit-elle. L'incertitude s'est encore accrue après les informations faisant état d'une enquête pour fraude et escroquerie contre Bron aux Pays-Bas.

Le syndicat socialiste veut des éclaircissements rapidement et demande une réunion en présence de l'ancien propriétaire et du repreneur. "Nous voulons une réponse cette semaine", ajoute Mme De Beul. Le syndicat n'a pas encore obtenu de réponse.

Les travailleurs ont posé des questions sur leur avenir, les conditions de travail et la stratégie commerciale du nouvel actionnaire.

"Malheureusement, ils n'ont obtenu aucune réponse sérieuse et concrète, la direction se permettant même de remettre à leur place les personnes qui insistaient un peu trop à leur goût afin d'obtenir des réponses. Au vu de ces éléments, les organisations syndicales sont perplexes quant au sérieux et à la fiabilité du nouveau propriétaire. De plus, l'inquiétude du personnel de Blokker est plus que légitimement grandissante", souligne le Setca.

Si la clarté demandée n'est pas obtenue, le Setca demandera une procédure de conciliation la semaine prochaine. Si cette conciliation ne donne rien, ce que prévoit le syndicat, alors un préavis de grève sera déposé et des actions pourraient suivre comme de possibles fermetures de magasins. Des actions spontanées du personnel ne sont pas exclues.

La semaine dernière, Dutch Retail Groep a annoncé la reprise des 123 magasins belges Blokker et leurs 670 travailleurs. Cette reprise doit mener à la transformation des magasins en échoppes discount Mega World. Une sécurité d'emploi a été annoncée à l'occasion de cette reprise. Mais selon la secrétaire syndicale Inge De Beul du BBTK (Setca), beaucoup de questions subsistent sur la reprise, en particulier sur la sécurité d'emploi promise. "Cela a été promis mais rien n'a été couché sur papier", dit-elle. L'incertitude s'est encore accrue après les informations faisant état d'une enquête pour fraude et escroquerie contre Bron aux Pays-Bas. Le syndicat socialiste veut des éclaircissements rapidement et demande une réunion en présence de l'ancien propriétaire et du repreneur. "Nous voulons une réponse cette semaine", ajoute Mme De Beul. Le syndicat n'a pas encore obtenu de réponse. Les travailleurs ont posé des questions sur leur avenir, les conditions de travail et la stratégie commerciale du nouvel actionnaire. "Malheureusement, ils n'ont obtenu aucune réponse sérieuse et concrète, la direction se permettant même de remettre à leur place les personnes qui insistaient un peu trop à leur goût afin d'obtenir des réponses. Au vu de ces éléments, les organisations syndicales sont perplexes quant au sérieux et à la fiabilité du nouveau propriétaire. De plus, l'inquiétude du personnel de Blokker est plus que légitimement grandissante", souligne le Setca. Si la clarté demandée n'est pas obtenue, le Setca demandera une procédure de conciliation la semaine prochaine. Si cette conciliation ne donne rien, ce que prévoit le syndicat, alors un préavis de grève sera déposé et des actions pourraient suivre comme de possibles fermetures de magasins. Des actions spontanées du personnel ne sont pas exclues.