Selon M. Schuyt, les difficultés rencontrées par Blokker ne sont un secret pour personne. Conséquences de plusieurs années éprouvantes: 63 magasins ont fermé leurs portes l'an dernier et un plan de relance a été mis sur pied. "Nous sommes au milieu de ce plan de relance, qui a pour objectif de restaurer la rentabilité", affirme-t-il.

L'assortiment des 128 magasins belges va notamment être renouvelé et actualisé, et des points de vente sont reconstruits. Et ce second point est un succès, affirme le patron. "Les magasins rénovés à Gand et dans sa périphérie enregistrent un chiffre d'affaires de 20% de plus. Dans le monde du retail, c'est important. Cela nous donne tellement de confiance que nous allons nous attaquer à la rénovation de l'ensemble de notre réseau."

A côté de cela, la marque travaille également ses coûts opérationnels. Une fermeture massive de magasins "n'est actuellement pas à l'ordre du jour", affirme Rob Schuyt. "Mais toutes les enseignes surveillent leur réseau de vente. Cela veut dire que nous fermerons encore des magasins, mais aussi que nous en ouvrirons d'autres." La direction de Blokker Belgique avait déjà démenti les informations de fermetures massives ou de départ du pays lors d'un conseil d'entreprise mardi, confirme un délégué syndical LBC (CNE). "Mais nous sommes toujours inquiets", glisse-t-il.

Selon M. Schuyt, les difficultés rencontrées par Blokker ne sont un secret pour personne. Conséquences de plusieurs années éprouvantes: 63 magasins ont fermé leurs portes l'an dernier et un plan de relance a été mis sur pied. "Nous sommes au milieu de ce plan de relance, qui a pour objectif de restaurer la rentabilité", affirme-t-il. L'assortiment des 128 magasins belges va notamment être renouvelé et actualisé, et des points de vente sont reconstruits. Et ce second point est un succès, affirme le patron. "Les magasins rénovés à Gand et dans sa périphérie enregistrent un chiffre d'affaires de 20% de plus. Dans le monde du retail, c'est important. Cela nous donne tellement de confiance que nous allons nous attaquer à la rénovation de l'ensemble de notre réseau." A côté de cela, la marque travaille également ses coûts opérationnels. Une fermeture massive de magasins "n'est actuellement pas à l'ordre du jour", affirme Rob Schuyt. "Mais toutes les enseignes surveillent leur réseau de vente. Cela veut dire que nous fermerons encore des magasins, mais aussi que nous en ouvrirons d'autres." La direction de Blokker Belgique avait déjà démenti les informations de fermetures massives ou de départ du pays lors d'un conseil d'entreprise mardi, confirme un délégué syndical LBC (CNE). "Mais nous sommes toujours inquiets", glisse-t-il.