Les emplois supprimés concerneraient la filiale Futurewei Technologies, en charge de la recherche et développement. Cette division emploie quelque 850 personnes et compte des sites dans les États du Texas, de Californie et de Washington.

Washington soupçonne Huawei d'espionner pour le compte de l'armée chinoise. L'administration américaine impose des sanctions au géant chinois des télécoms, placé sur liste noire en mai par les Etats-Unis au nom de la sécurité nationale. Ces sanctions ont été légèrement assouplies dernièrement alors qu'USA et Chine ont repris leurs négociations en vue de mettre fin à leur guerre commerciale.