Dans ce qu'il est convenu désormais d'appeler le nouveau normal, le bien-être au travail a été poussé à l'avant-plan, notamment celui à la maison. Car, on le sait, le télétravail n'est pas toujours simple à gérer. Cette question du bien-être est une véritable lame de fond et prend des atours bien différents : environnement de travail adapté, pratiques managériales centrées sur l'humain et le collaboratif, autonomisation, responsabilisation, équilibre vie privée-vie profes- sionnelle, gestion des risques psychosociaux, prévention des situations de stress, etc. De nombreuses entreprises vont désormais plus loin et s'intéressent à la santé même de leurs collaborateurs. Car même si certains ont mis du temps à s'en rendre (concrètement) compte, c'est une évidence depuis longtemps : un employé heureux, épanoui et en bonne santé est un employé performant. Une situation gagnant-gagnant, donc.
...

Dans ce qu'il est convenu désormais d'appeler le nouveau normal, le bien-être au travail a été poussé à l'avant-plan, notamment celui à la maison. Car, on le sait, le télétravail n'est pas toujours simple à gérer. Cette question du bien-être est une véritable lame de fond et prend des atours bien différents : environnement de travail adapté, pratiques managériales centrées sur l'humain et le collaboratif, autonomisation, responsabilisation, équilibre vie privée-vie profes- sionnelle, gestion des risques psychosociaux, prévention des situations de stress, etc. De nombreuses entreprises vont désormais plus loin et s'intéressent à la santé même de leurs collaborateurs. Car même si certains ont mis du temps à s'en rendre (concrètement) compte, c'est une évidence depuis longtemps : un employé heureux, épanoui et en bonne santé est un employé performant. Une situation gagnant-gagnant, donc. Chez GSK, où l'on souhaite se profiler comme une entreprise moderne, il existe par exemple une véritable cellule bien-être en entreprise qui agit tant au niveau belge que dans un cadre mondial concerté. Cette cellule organise de nombreuses activités. "Dans le cadre de l'initiative Feel Good, nous sensibilisons nos collaborateurs à de nombreux domaines comme la nutrition, les activités physiques, le stress ou le sommeil, explique Marie-Laure de Voghel, responsable des programmes Wellbeing sur les sites belges de GSK. Plusieurs fois par an, nous organisons des campagnes et des conférences. Nous lançons aussi des challenges de nombre de pas à effectuer sur plusieurs semaines au profit d'associations caritatives pour inciter les gens à bouger davantage. Il y a trois ans, notre pays a servi de pilote pour l'implémentation d'une appli bien-être, Healthy Life, qui, liée à un bracelet de type Fitbit, permet un tracking des pas et des activités sportives. Les collaborateurs peuvent ainsi recevoir des conseils quotidiens personnalisés en fonction de leurs centres d'intérêt et de leurs accomplissements : manger mieux, bouger davantage, etc. Cette appli est aujourd'hui en cours de déploiement dans d'autres sites GSK du monde entier." Dans le cadre de ces initiatives bien-être, GSK s'intéresse aussi de près à la nutrition. L'entreprise a beaucoup travaillé avec Sodexo, son fournisseur de catering, sur l'offre proposée dans les différents restaurants. Avec notamment des options saines permanentes et des salad bars. Parallèlement, elle organise des actions de sensibilisation en interne. Comme celles, au premier trimestre, sur le thème de nutrition et stress réalisées par des ambassadeurs "bien-être". Un thème de la nutrition qui s'est à nouveau imposé durant le confinement, quand la société s'est demandé comment soutenir les employés en télétravail. "Avec nos 9.500 employés, nous avons cherché quelque chose qui soit fun et accessible, poursuit Marie-Laure de Voghel. Nous aurions pu organiser un webinaire mais cela supposait un rendez-vous fixe avec des risques que tout le monde ne puisse y participer. Ou que d'autres voient cela comme une vidéoconférence de plus. Nous avons donc opté pour trois capsules vidéo de 10 minutes suivies d'une session live de questions-réponses. Avec, à chaque fois, un thème précis : 'dynamisme et énergie', 'le bonheur commence dans l'assiette' et 'trouver son poids de forme sans faire régime'. Ces vidéos ont été placées sur Workplace, notre appli de communication interne, et sur GSKTube, notre YouTube d'entreprise. Ce fut un énorme succès. Preuve que le sujet rassemble. Nous avons eu énormément de retours et nous sommes très contents de l'impact. Nous allons voir si un tel format peut être poursuivi dans le futur. Même si ce n'est pas à l'ordre du jour, on aimerait aussi pouvoir proposer du coaching individualisé sur nos sites mais ce n'est pas simple à mettre en place vu la taille de l'entreprise. " Ce projet vidéo de GSK qui s'accompagnait de fiches et de recettes simples a été réalisé par Myriam Kamouh, une ancienne journaliste chez Metro et manager MarCom pour les Mutualités socialistes à Bruxelles, qui a graduellement opéré une reconversion professionnelle. "Quand ma fille est née, je me suis dit que mon occupation professionnelle devait vraiment avoir du sens pour que je me prive d'elle. Quand je travaillait aux Mutualités socialistes, je faisais déjà le lien entre alimentation et santé. Mais le déclic est venu dans la file d'un supermarché. J'ai regardé le caddie d'une maman et me suis rendu compte qu'elle n'achetait pour ses enfants que de l'industriel et de l'ultra-transformé. Il y avait là clairement matière à s'engager. Pour ramener du bon sens dans l'assiette des gens." Après une formation en nutrithérapie qui, outre l'optimisation des fonctions physiologiques, vise à prévenir ou guérir certains problèmes physiques et psychiques, Myriam Kamouh a lancé Green Coach Nutrition qui propose un accompagnement et un coaching privé mais aussi des workshops à destination des entreprises. Avec la volonté d'aider les uns et les autres à se tourner vers une alimentation plus saine et, par ricochets, à préserver la santé. "La nutrition n'a rien à voir avec la diététique, assène la coach. Il y a beaucoup d'a priori à cause de cela. Je suis déçue de la vision de la diététique des années 1980 avec ces régimes restrictifs qui stressent et mettent en échec. La nutrition, ce n'est pas cela. On ne se prive de rien mais on optimise en choisissant les bons ingrédients. Naturels et pas transformés. Quant aux entreprises, j'ai souvent la même crainte de départ et je précise toujours : non, je ne vais pas obliger tout le monde à manger du quinoa ( rires). Ce sont souvent des clients privés qui m'amènent au sein des entreprises. Pourquoi font- elles appel à moi ? Parce que les patrons ou les responsables RH se rendent compte que leurs employés mangent mal ou n'importe quoi, qu'ils grignotent toute la journée. Ce sont clairement des personnes déjà convaincues par les bienfaits de la nutrition. Ils souhaitent augmenter la concentration et l'énergie de leurs collaborateurs au quotidien. C'est clairement une question de performance. En même temps, chacun reçoit les clés pour mieux s'alimenter et en faire profiter sa famille." HMS à Nivelles est l'une des entreprises qui a fait appel à Myriam Kamouh. Spécialisée dans les routeurs industriels, l'entreprise s'appelait initialement Ewon avant d'être revendue en 2016 au groupe suédois dont elle est aujourd'hui une business unit. Depuis sa création par deux ingénieurs du Brabant wallon, elle a placé l'humain au centre de ses activités. "La nutrition fait partie d'un projet plus global lié au bien-être, explique Pascale De Greef, head of HR and facility. J'ai remplacé les snacks traditionnels par des produits plus sains comme des fruits frais ou secs. Nous offrons de la soupe fraîche bio trois fois par semaine et tous nos jus de fruits sont bios. Dans la même optique, nous avons reformaté nos bureaux pour plus d'ergonomie. Nous avons aussi initié des programmes avec une approche psy liée au stress ou au burn-out. J'ai aussi dans l'idée de créer une salle de sérénité avec fauteuil massant, histoire de pouvoir recharger ses batteries ou de s'offrir un break revitalisant. Je préfère que les parents de jeunes enfants passent un moment dans cette salle avant de commencer leur journée que d'arriver stressés à leur bureau. Le Covid a interrompu ce projet mais il va voir le jour. " Chaque année, Pascale De Greef initie un projet lié au bien-être. En 2020, le thème était la nutrition. Elle avait commandé trois sessions de lunch and learn à Myriam Kamouh. Un triptyque sur l'heure de midi qui allie théorie, pratique et débriefing. Là aussi, la pandémie a interrompu le projet. Mais l'engouement était réel : " Nous sommes 60 dans l'entreprise dont une vaste majorité d'ingénieurs civils, industriels ou en informatique ; 35 se sont inscrits à la première session. Vu le bouche à oreille et les retours très positifs, ils auraient dû être 45 au deuxième rendez-vous. Soit les trois quarts de l'entreprise. Il va de soi que nous continuerons dès que possible ". La nutrition et la santé, des thèmes qui intéressent aussi Carmeuse. Présent sur 90 sites dans 20 pays, le n°2 mondial de la chaux emploie certains collaborateurs qui, par la force des choses, voyagent beaucoup. Des déplacements qui ont parfois des conséquences dramatiques. "Un de nos grands voyageurs s'est endormi au volant, se souvient Virginie Devillers, HR business partner HQ chez Carmeuse. Ce fut vraiment le déclic. Clairement, certains ont tendance à négliger leur santé : fatigue, stress, pratique sportive réduite, mauvaises habitudes alimentaires en déplacement, etc. Nous nous sommes dit qu'il fallait faire quelque chose pour les sensibiliser. Après un contact avec Myriam, j'ai été convaincue par son approche : sensibiliser sans effrayer, pas trop de détails et beaucoup de concret. Nous avons invité 35 personnes à un workshop de près de deux heures qui a largement débordé vu le nombre de questions. A côté de fiches et de recettes destinées aussi à la famille, Myriam a partagé avec nous ce qu'elle avait préparé et livré des conseils simples pour ne pas perdre le fil de sa nutrition même à l'étranger. Avec aussi des notions liées au sommeil ou au sport qu'on peut pratiquer seul et sans appareil dans une chambre d'hôtel." Preuve que la nutrition est tout sauf un gadget mais un élément essentiel d'une vie bien équilibrée tant à la maison qu'au travail, Carmeuse a choisi de ne pas en rester là. "Les retours ont été très positifs. L'idée était aussi de relier ce workshop à nos autres fils rouges de bien-être, à savoir le sommeil et la gestion du stress. Nos grands voyageurs ont été ravis que leur entreprise leur offre une telle opportunité au bureau. Du coup, évidemment, les autres collaborateurs souhaitent aussi avoir leur workshop ( rires). Il est vrai que la nutrition a alimenté beaucoup de conversations depuis lors. En fin de compte, c'est un sujet qui nous passionne tous. La leçon, c'est aussi que manger sainement n'est en rien compliqué et ne nécessite pas un investissement en temps démesuré. Donc, oui, nous allons poursuivre. Ça et nos autres investissements dans le bien-être. Comme les séances sur la résilience que nous avons organisées au plus fort de la pandémie." Clairement, l'éducation ou la formation à une nutrition saine et équilibrée a donc sa place au travail. Elle s'intègre parfaitement dans une culture d'entreprise centrée sur l'humain et tournée vers le bien-être, lui-même organisé simultanément en trois piliers : la bonne santé, la bonne forme physique et le bien-être psychique. Chez Carré Associates, une agence de communication d'une vingtaine d'employés centrée sur le retail, on a bien compris cette réalité. Et les résultats sont parfois surprenants. "Je suis passionnée de nutrition depuis longtemps et j'avais envie de partager cela avec mes collaborateurs, explique Julie Vandenbrande, la propriétaire. La nutrition, c'est important pour la santé ; et la santé de nos équipes est évidemment importante pour moi. Les workshops de Myriam ont lancé une véritable dynamique dans l'entreprise. Chacun cuisine désormais pour les autres chaque semaine. On s'organise en équipes afin que tout le monde mange sainement à midi plutôt que les habituels sandwiches ou les trucs qu'on commande. Nous avons une cuisine dans nos bureaux. Comme une petite salle de sport avec des tapis, des vélos et des rameurs. Même si tout le monde n'a pas cet état d'esprit-là au départ, l'émulation et l'effet de groupe jouent. Et désormais, tous les collaborateurs font du sport ou vont courir à midi, mangent sainement ou viennent travailler à vélo. Nous sommes ravis de pouvoir sensibiliser et finalement, convertir des employés à un mode de vie plus sain. Singulièrement des jeunes qui n'ont pas toujours conscience de ça."Même si elle n'est pas la seule sur le marché, loin s'en faut, Green Coach Nutrition plaît par son approche simple et multimodale. Ses offres répondent à des demandes spécifiques. Avec un vrai coaching destiné à modifier de façon pérenne les mauvaises habitudes. "Manger deux couques au chocolat avant d'aller travailler crée un pic d'hyperglycémie, conclut Myriam Kamouh. Avec production d'insuline et stockage du sucre en graisse corporelle. S'ensuit un pic d'hypoglycémie qui fait que vous allez à la machine à crasses deux heures après. Ces fluctuations ont évidemment des conséquences sur votre performance, votre concentration et votre énergie. Et ce cycle se poursuit sans arrêt. Mais une fois qu'on l'a identifié, on peut se motiver facilement pour manger autrement et de façon consistante. Mon ambition est de rendre tous mes clients autonomes avec des placards remplis de bons ingrédients et des substituts sains à leurs mauvaises habitudes."