Pendant six années, Valentin De Rodder a parcouru les routes belges et luxembourgeoises pour le compte de Tehava, un distributeur d'origine néerlandaise mais à portée internationale de vélos et d'accessoires. En 2018, soutenu par ses valeurs liées à la décroissance heureuse, à la solidarité et à la durabilité, il a rejoint le groupement de citoyens bénévoles qui a accompagné la naissance du Yar, la monnaie citoyenne du Tournaisis qui valorise le savoir-faire local et promeut une consommation respectueuse de l'environnement. Dans la foulée, il s'est remis professionnellement en question. Il a entamé un tour d'Europe en van qui l'a conduit dans 22 pays à la recherche de solutions d' upcycling ...

Pendant six années, Valentin De Rodder a parcouru les routes belges et luxembourgeoises pour le compte de Tehava, un distributeur d'origine néerlandaise mais à portée internationale de vélos et d'accessoires. En 2018, soutenu par ses valeurs liées à la décroissance heureuse, à la solidarité et à la durabilité, il a rejoint le groupement de citoyens bénévoles qui a accompagné la naissance du Yar, la monnaie citoyenne du Tournaisis qui valorise le savoir-faire local et promeut une consommation respectueuse de l'environnement. Dans la foulée, il s'est remis professionnellement en question. Il a entamé un tour d'Europe en van qui l'a conduit dans 22 pays à la recherche de solutions d' upcycling (revalorisation ou recyclage) liées au vélo. "J'ai découvert de chouettes idées qui restaient au stade de l'artisanat amateur, explique-t-il. Mais cela m'a convaincu de m'attaquer aux déchets, énormes, de l'industrie qui était la mienne, d'y ajouter les normes de l'industrie et de porter un projet aux couleurs sociales, solidaires et locales. Bicloo était née. Soit une marque de maroquinerie à base de chambres à air recyclées." Valentin De Rodder s'est lancé l'an dernier et a reçu ses premiers prototypes au mois de septembre. Il émarge désormais au chômage mais est stagiaire dans la propre entreprise qu'il crée via un engagement auprès d'Azimut Tournai, une coopérative d'activités qui soutient les entrepreneurs qui démarrent. Valentin récupère les chambres à air usagées d'une dizaine de points de vente de son ancien réseau commercial et les confie à l'atelier de confection d'une entreprise de travail adapté (Les Erables) pour en faire des pochettes de téléphone, portefeuilles, housses de PC, porte-cartes, etc. Ses jolis petits produits d'une solidité incroyable se trouvent désormais dans une vingtaine de points de vente (liste complète sur www.bicloo.be). A la mi-avril, il a conclu une première campagne de crowdfunding sur Ulule (8.068 euros récoltés, soit 161% de l'objectif). De quoi lancer la première série et envisager des investissements, dont une analyse marketing de son produit par un bureau spécialisé. "C'est très costaud, une chambre à air, et les possibilités sont infinies, poursuit Valentin De Rodder. C'est une matière première qui convient parfaitement à l'économie de fonctionnalité. J'espère arriver à recycler tous les déchets belges dans les trois à cinq ans. Bicloo c'est une vitrine destinée à conscientiser les industriels belges. Je fais déjà des housses à façon pour des PME. J'en appelle à l'intelligence collective pour voir quelles seraient les applications concrètes qui permettraient de recycler la chambre à air dans l'isolation, l'emballage ou que sais-je encore. J'ai eu un contact avec une brasserie qui l'imagine comme matériau d'un six-pack réutilisable. Idéalement, il faudrait, outre les magasins, créer une filière de récupération au départ des parcs à conteneurs. Ipalle, l'intercommunale de ma région, est réceptive et on imagine un test dans les cinq parcs de la région de Tournai. Au-delà de ça, je n'ai pas le débouché pour l'instant mais la matière première est là puisqu'un magasin de vélos jette 30 chambres à air par semaine." Chaque produit de Bicloo est identifié par un chiffre: il représente le grammage de caoutchouc synthétique qui est recyclé et sorti d'une phase polluante. Au fait, Bicloo vient de biclou, une vieille bicyclette en argot...