Inkbox s'est spécialisée dans le développement de tatouages avec une durée de vie d'une à deux semaines en moyenne et dispose d'un portefeuille de plus de 10.000 tatouages semi-permanents. Le tatouage, réalisé à l'aide d'une encre à base d'une variété de plante appelée génipa, imprègne la peau pendant une heure avant d'apparaître progressivement dans les 24 heures suivantes, et dure le temps nécessaire à la régénération naturelle de la peau.

La société a également développé un feutre à tatouage.

Le montant final de l'acquisition intégrera un paiement différé calculé en fonction de la croissance future et de la rentabilité de l'entreprise, a précisé le groupe dans un communiqué.

L'opération est financée sur trésorerie par Bic.

"Il s'agit d'une acquisition très importante pour nous car elle nous permet d'ajouter une marque très jeune, active et créative, qui nous apporte également des compétences en matière de numérique, en particulier dans la vente directe aux consommateurs", a commenté Sophie Palliez-Capian, directrice chargée des parties prenantes et des relations institutionnelles.

L'entreprise intégrera la division Human Expression (expression humaine) du groupe, issue de son ancienne division Papeterie et élargie à "l'expression créative et numérique", notamment après l'acquisition de l'entreprise américaine Rocketbook, spécialisée dans les carnets intelligents réutilisables.

Inkbox a réalisé en 2021 un chiffre d'affaires de 24 millions d'euros, doublé en deux ans, avec une marge brute supérieure à 60%. L'entreprise vise un excédent brut d'exploitation positif en 2024.

Bic précise que l'entreprise gardera une autonomie de gestion et de création.

Le groupe français a vu ses ventes au troisième trimestre dépasser ses prévisions, ce qui lui avait permis de réviser ses objectifs 2021 à la hausse. Sur les neuf premiers mois de l'année, Bic a enregistré un chiffre d'affaires de 1,39 milliard d'euros, en hausse de 14,6% sur un an. Il doit publier son résultat annuel le 15 février.

Inkbox s'est spécialisée dans le développement de tatouages avec une durée de vie d'une à deux semaines en moyenne et dispose d'un portefeuille de plus de 10.000 tatouages semi-permanents. Le tatouage, réalisé à l'aide d'une encre à base d'une variété de plante appelée génipa, imprègne la peau pendant une heure avant d'apparaître progressivement dans les 24 heures suivantes, et dure le temps nécessaire à la régénération naturelle de la peau. La société a également développé un feutre à tatouage. Le montant final de l'acquisition intégrera un paiement différé calculé en fonction de la croissance future et de la rentabilité de l'entreprise, a précisé le groupe dans un communiqué. L'opération est financée sur trésorerie par Bic. "Il s'agit d'une acquisition très importante pour nous car elle nous permet d'ajouter une marque très jeune, active et créative, qui nous apporte également des compétences en matière de numérique, en particulier dans la vente directe aux consommateurs", a commenté Sophie Palliez-Capian, directrice chargée des parties prenantes et des relations institutionnelles. L'entreprise intégrera la division Human Expression (expression humaine) du groupe, issue de son ancienne division Papeterie et élargie à "l'expression créative et numérique", notamment après l'acquisition de l'entreprise américaine Rocketbook, spécialisée dans les carnets intelligents réutilisables. Inkbox a réalisé en 2021 un chiffre d'affaires de 24 millions d'euros, doublé en deux ans, avec une marge brute supérieure à 60%. L'entreprise vise un excédent brut d'exploitation positif en 2024. Bic précise que l'entreprise gardera une autonomie de gestion et de création. Le groupe français a vu ses ventes au troisième trimestre dépasser ses prévisions, ce qui lui avait permis de réviser ses objectifs 2021 à la hausse. Sur les neuf premiers mois de l'année, Bic a enregistré un chiffre d'affaires de 1,39 milliard d'euros, en hausse de 14,6% sur un an. Il doit publier son résultat annuel le 15 février.