Le tribunal de l'entreprise de Liège avait prononcé la liquidation judiciaire des sociétés GBTH (groupe Bernard Tapie Holding) et AMS (Aircraft Management Services) appartenant à l'homme d'affaires et ancien ministre français. Mais Bernard Tapie a fait appel concernant ces dissolutions.

Selon un de ses avocats, Bernard Tapie a marqué son accord pour une liquidation volontaire de ces sociétés. Il demande de ne pas confirmer la liquidation judiciaire car il souhaite faire une fusion entre ces sociétés belges et certaines sociétés françaises. Son souhait est d'opérer un regroupement.

"Bernard Tapie s'était installé en Belgique à l'époque de la création de ces sociétés et s'y était domicilié. Mais son projet n'avait pas fonctionné et il avait repris le chemin de la France", a indiqué son avocate en plaidoiries.

Un liquidateur avait été nommé. Le Consortium de réalisation (CDR) était le principal créancier de Bernard Tapie et réclamait la dissolution de ces deux sociétés n'ayant plus d'actif net en gestion. Il accusait l'homme d'affaires de s'en servir pour masquer des flux de capitaux et échapper au remboursement de sa dette existant à la suite du litige entre lui et l'ex-Crédit lyonnais.

L'arrêt de la cour d'appel devrait intervenir au mois de mai.