Fin janvier, le directeur d'Infrabel Luc Lallemand avait quitté ses fonctions de CEO d'Infrabel pour occuper celle de la SNCF réseau, son équivalent français. Ann Billiau avait été nommée ad interim à la tête de l'entreprise mais elle quittera ce poste le 31 juillet.

Un chasseur de têtes mandaté par le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) avait établi une short-list de trois candidats potentiels: Laurent Jossart, Michaël Vanloubbeeck et Benoît Gilson.

Ancien journaliste, Benoît Gilson, occupe jusqu'à présent le poste de directeur de la stratégie et de la communication au sein de l'entreprise. Michaël Vanloubbeeck est quant à lui directeur de la SFPI, la Société fédérale de participations et d'investissements. Il était chef de cabinet de François Bellot de 2016 à 2019, précise le quotidien.

Les libéraux ne présenteront finalement qu'un seul candidat pour validation au Conseil des ministres: Benoît Gilson, le favori du président du MR, Georges-Louis Bouchez.

Le nouveau CEO sera désigné de manière temporaire et exercera les responsabilités jusqu'à ce que le prochain gouvernement désigne un CEO pour cinq ans.

Fin janvier, le directeur d'Infrabel Luc Lallemand avait quitté ses fonctions de CEO d'Infrabel pour occuper celle de la SNCF réseau, son équivalent français. Ann Billiau avait été nommée ad interim à la tête de l'entreprise mais elle quittera ce poste le 31 juillet. Un chasseur de têtes mandaté par le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) avait établi une short-list de trois candidats potentiels: Laurent Jossart, Michaël Vanloubbeeck et Benoît Gilson. Ancien journaliste, Benoît Gilson, occupe jusqu'à présent le poste de directeur de la stratégie et de la communication au sein de l'entreprise. Michaël Vanloubbeeck est quant à lui directeur de la SFPI, la Société fédérale de participations et d'investissements. Il était chef de cabinet de François Bellot de 2016 à 2019, précise le quotidien. Les libéraux ne présenteront finalement qu'un seul candidat pour validation au Conseil des ministres: Benoît Gilson, le favori du président du MR, Georges-Louis Bouchez. Le nouveau CEO sera désigné de manière temporaire et exercera les responsabilités jusqu'à ce que le prochain gouvernement désigne un CEO pour cinq ans.