Le Belgian Growth Fund (BGF) a été créé à l'initiative de l'ancien ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) dans l'optique de renforcer la puissance de frappe de la Belgique concernant le secteur du capital à risque.

A l'heure actuelle, les entreprises belges en croissance qui désirent lever plus de 20 millions d'euros pour financer leur expansion se tournent vers des investisseurs étrangers. Peu d'acteurs belges sont en effet capables de mettre ces montants sur la table. Le fonds BGF doit combler cette lacune.

Les 200 millions d'euros récoltés proviennent notamment des banques BNP Paribas Fortis, KBC et Belfius, ainsi que de l'assureur Ethias, précise De Tijd. Le bras financier de l'État, la Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI), et la société de participation de Flandre (Participatiemaatschappij Vlaanderen, PMV) ont également dénoué les cordons de leur bourse, tout comme AG Real Estate, la filiale immobilière de l'assureur AG. D'autres parties, plus modestes, se sont en outre montrées intéressées.

Le BGF table, à terme, sur un montant total de 300 à 450 millions d'euros.

Le Belgian Growth Fund (BGF) a été créé à l'initiative de l'ancien ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) dans l'optique de renforcer la puissance de frappe de la Belgique concernant le secteur du capital à risque. A l'heure actuelle, les entreprises belges en croissance qui désirent lever plus de 20 millions d'euros pour financer leur expansion se tournent vers des investisseurs étrangers. Peu d'acteurs belges sont en effet capables de mettre ces montants sur la table. Le fonds BGF doit combler cette lacune. Les 200 millions d'euros récoltés proviennent notamment des banques BNP Paribas Fortis, KBC et Belfius, ainsi que de l'assureur Ethias, précise De Tijd. Le bras financier de l'État, la Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI), et la société de participation de Flandre (Participatiemaatschappij Vlaanderen, PMV) ont également dénoué les cordons de leur bourse, tout comme AG Real Estate, la filiale immobilière de l'assureur AG. D'autres parties, plus modestes, se sont en outre montrées intéressées. Le BGF table, à terme, sur un montant total de 300 à 450 millions d'euros.