Comeos s'en prend notamment aux mesures "sévères" anti-corona durant les premières semaines du mois d'août. Les commerçants ont en effet clairement accueilli moins de clients en août. L'abrogation de l'obligation de faire ses courses seul, la semaine dernière, a toutefois permis un léger rebond, mais insuffisant pour compenser les chiffres négatifs des semaines précédentes.

"La dégringolade des chiffres d'affaires n'est pas seulement due aux mesures plus strictes, mais aussi au report des soldes", estime la fédération. D'après elle, un grand nombre de clients sont allés à l'étranger en juillet faire leur shopping et le report a créé une confusion chez les consommateurs.

"C'est une tradition bien ancrée pour beaucoup de Belges : début juillet, ce sont les soldes d'été, début janvier, ce sont les soldes d'hiver. Déplacer les soldes d'hiver serait néfaste pour le commerce", met déjà en garde Comeos, alors que le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) a relayé samedi l'appel de détaillants à reporter la période de rabais hivernale au 15 janvier ou au début du mois de février, en fonction des ventes durant l'automne.

Selon le bilan de cette organisation, les soldes d'été se terminent avec des chiffres de vente bien dans le rouge et de 35 à 40% des stocks encore dans les rayons.

Quant à l'Union des classes moyennes (UCM), elle faisait état vendredi d'à peine un quart des commerçants satisfaits de la période qui s'achève. Les ventes sont globalement en recul de plus de 20% par rapport à l'année dernière et près d'un commerçant sur deux (49,4%) estime que son activité est en péril.

Comeos s'en prend notamment aux mesures "sévères" anti-corona durant les premières semaines du mois d'août. Les commerçants ont en effet clairement accueilli moins de clients en août. L'abrogation de l'obligation de faire ses courses seul, la semaine dernière, a toutefois permis un léger rebond, mais insuffisant pour compenser les chiffres négatifs des semaines précédentes. "La dégringolade des chiffres d'affaires n'est pas seulement due aux mesures plus strictes, mais aussi au report des soldes", estime la fédération. D'après elle, un grand nombre de clients sont allés à l'étranger en juillet faire leur shopping et le report a créé une confusion chez les consommateurs. "C'est une tradition bien ancrée pour beaucoup de Belges : début juillet, ce sont les soldes d'été, début janvier, ce sont les soldes d'hiver. Déplacer les soldes d'hiver serait néfaste pour le commerce", met déjà en garde Comeos, alors que le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) a relayé samedi l'appel de détaillants à reporter la période de rabais hivernale au 15 janvier ou au début du mois de février, en fonction des ventes durant l'automne. Selon le bilan de cette organisation, les soldes d'été se terminent avec des chiffres de vente bien dans le rouge et de 35 à 40% des stocks encore dans les rayons. Quant à l'Union des classes moyennes (UCM), elle faisait état vendredi d'à peine un quart des commerçants satisfaits de la période qui s'achève. Les ventes sont globalement en recul de plus de 20% par rapport à l'année dernière et près d'un commerçant sur deux (49,4%) estime que son activité est en péril.