Avec la raréfaction des vols, l'abandon de pistes, voire la fermeture totale de certains petits aéroports, ils s'y sont encore plus développés et ont même niché dans des endroits ...

Avec la raréfaction des vols, l'abandon de pistes, voire la fermeture totale de certains petits aéroports, ils s'y sont encore plus développés et ont même niché dans des endroits insolites comme des escaliers d'embarquement. Les oies sont devenues un véritable problème à l'aéroport de Portland et les cormorans causent de gros ennuis à Fiumicino, l'aéroport de Rome. Les bird strikes, qui peuvent anéantir un moteur, sont, en conséquence, en forte hausse. En Europe, au troisième trimestre de 2021, ces collisions ont augmenté de 18% par rapport à la même période en 2019. A Rome, il est question de 130% d'augmentation de mars 2020 à mars 2021! Et aux Etats-Unis, la Federal Aviation Administration (FAA) évoque une hausse de 41% au troisième trimestre 2021. Des chiffres impressionnants qui témoignent aussi des économies réalisées par les aéroports sur certains services pendant la pandémie.