"J'avais un rendez-vous il y a des semaines et des semaines, et j'attendais de venir ici. Dès que j'ai vu qu'il y avait une ouverture, j'ai réservé", a expliqué à l'AFP Merete Soendergaard, une consultante informatique parmi les premières à avoir poussé les portes d'un salon de coiffure aux abords de la capitale Copenhague, à 08H00 précises.

Pour la responsable du salon, où les traditionnels magazines ont disparu, rouvrir est un plaisir mais aussi une gageure car il faut s'assurer du respect scrupuleux des consignes sanitaires.

Ainsi, chaque client doit se désinfecter les mains dès l'entrée et il doit ensuite revêtir un poncho à usage unique avant d'être coiffé. Matériel et surface sont récurés après chaque passage.

Idem chez les masseurs, tatoueurs mais aussi dans les cabinets dentaires, où il est demandé au patient s'il a - ou non - des symptômes pouvant être ceux de la maladie Covid-19 au moment de la prise de rendez-vous.

Dans les salles d'attente des pédo-dentistes, les jouets ont eux disparu.

- "Stratégie d'atténuation" -

La levée des restrictions, commencée le 15 avril avec l'ouverture des crèches, écoles maternelles et primaires, n'est pas synonyme de relâchement mais participe à la "stratégie d'atténuation" mise en place par le gouvernement et les autorités sanitaires.

Les Danois sont priés de garder leurs distances, deux mètres de préférence, et d'éviter les contacts. En outre, les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits et restaurants, bars, centres commerciaux, salles de sports et lieux publics sont fermés au moins jusqu'au 10 mai tout comme les collèges et lycées.

Les pouvoirs publics ont prévenu que leur réouverture était tout sauf acquise. Les rassemblements importants sont d'ailleurs prohibés jusqu'à fin août, ce qui a entraîné l'annulation de tous les festivals cet été.

"Il sera peut-être nécessaire de revenir en arrière et d'introduire des restrictions", a pour sa part averti vendredi la Première ministre Mette Frederiksen.

Dans les auto-écoles, les moniteurs reprennent le travail parfois avec appréhension, inquiets notamment du "risque éventuel de contamination" dans les voitures, a indiqué le président de la fédération des instructeurs d'auto-école, Bent Grue.

Depuis le début de l'épidémie, le Danemark a enregistré 7.711 cas déclarés et 364 personnes touchées par le nouveau coronavirus sont décédées.

Dans l'ensemble du pays, 103.366 personnes ont été testées. Le ministre de la Santé a promis d'étendre le dépistage à l'ensemble des personnes présentant des symptômes.

"J'avais un rendez-vous il y a des semaines et des semaines, et j'attendais de venir ici. Dès que j'ai vu qu'il y avait une ouverture, j'ai réservé", a expliqué à l'AFP Merete Soendergaard, une consultante informatique parmi les premières à avoir poussé les portes d'un salon de coiffure aux abords de la capitale Copenhague, à 08H00 précises.Pour la responsable du salon, où les traditionnels magazines ont disparu, rouvrir est un plaisir mais aussi une gageure car il faut s'assurer du respect scrupuleux des consignes sanitaires.Ainsi, chaque client doit se désinfecter les mains dès l'entrée et il doit ensuite revêtir un poncho à usage unique avant d'être coiffé. Matériel et surface sont récurés après chaque passage. Idem chez les masseurs, tatoueurs mais aussi dans les cabinets dentaires, où il est demandé au patient s'il a - ou non - des symptômes pouvant être ceux de la maladie Covid-19 au moment de la prise de rendez-vous. Dans les salles d'attente des pédo-dentistes, les jouets ont eux disparu.- "Stratégie d'atténuation" -La levée des restrictions, commencée le 15 avril avec l'ouverture des crèches, écoles maternelles et primaires, n'est pas synonyme de relâchement mais participe à la "stratégie d'atténuation" mise en place par le gouvernement et les autorités sanitaires.Les Danois sont priés de garder leurs distances, deux mètres de préférence, et d'éviter les contacts. En outre, les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits et restaurants, bars, centres commerciaux, salles de sports et lieux publics sont fermés au moins jusqu'au 10 mai tout comme les collèges et lycées.Les pouvoirs publics ont prévenu que leur réouverture était tout sauf acquise. Les rassemblements importants sont d'ailleurs prohibés jusqu'à fin août, ce qui a entraîné l'annulation de tous les festivals cet été."Il sera peut-être nécessaire de revenir en arrière et d'introduire des restrictions", a pour sa part averti vendredi la Première ministre Mette Frederiksen.Dans les auto-écoles, les moniteurs reprennent le travail parfois avec appréhension, inquiets notamment du "risque éventuel de contamination" dans les voitures, a indiqué le président de la fédération des instructeurs d'auto-école, Bent Grue.Depuis le début de l'épidémie, le Danemark a enregistré 7.711 cas déclarés et 364 personnes touchées par le nouveau coronavirus sont décédées.Dans l'ensemble du pays, 103.366 personnes ont été testées. Le ministre de la Santé a promis d'étendre le dépistage à l'ensemble des personnes présentant des symptômes.