Avec 791.542 véhicules neufs vendus, en pleine pénurie de puces électroniques, c'est le plus faible mois de mai enregistré par l'ACEA depuis le début de la série statistique en 1990, hors le cas particulier de 2020 marqué par la pandémie de Covid-19. La baisse sur un an, est toutefois un peu moins marquée qu'en mars et avril, où elle avait dépassé les 20%.

Parmi les principaux marchés, l'Italie affiche en mai -15,1%, l'Espagne -10,0%, l'Allemagne -10,2% et la France -10,1%. Le marché britannique a parallèlement reculé de 20,6%, tandis que la Belgique affiche -16,7%.

A contrario, les ventes ont augmenté en Bulgarie, à Chypre, en Roumanie, en Lettonie, en Grèce et en Suède.

Le marché européen vient de connaître les cinq plus mauvais mois de son histoire -toujours hors année 2020-, avec 3,7 millions de véhicules vendus (-13,7% sur un an).

Depuis le printemps 2021, le marché automobile est freiné en Europe et en Amérique par une série de problèmes logistiques, dont une pénurie de semi-conducteurs. Ces puces électroniques, principalement fabriquées en Asie, sont indispensables à la fabrication des téléphones et ordinateurs portables, mais aussi des voitures qui embarquent toujours plus de technologie.

Malgré des chiffres de ventes en baisse, les constructeurs ont engrangé des bénéfices au premier trimestre grâce à la hausse des prix des automobiles. Mais leurs chiffres de ventes ont continué à baisser.

Avec 791.542 véhicules neufs vendus, en pleine pénurie de puces électroniques, c'est le plus faible mois de mai enregistré par l'ACEA depuis le début de la série statistique en 1990, hors le cas particulier de 2020 marqué par la pandémie de Covid-19. La baisse sur un an, est toutefois un peu moins marquée qu'en mars et avril, où elle avait dépassé les 20%. Parmi les principaux marchés, l'Italie affiche en mai -15,1%, l'Espagne -10,0%, l'Allemagne -10,2% et la France -10,1%. Le marché britannique a parallèlement reculé de 20,6%, tandis que la Belgique affiche -16,7%. A contrario, les ventes ont augmenté en Bulgarie, à Chypre, en Roumanie, en Lettonie, en Grèce et en Suède. Le marché européen vient de connaître les cinq plus mauvais mois de son histoire -toujours hors année 2020-, avec 3,7 millions de véhicules vendus (-13,7% sur un an). Depuis le printemps 2021, le marché automobile est freiné en Europe et en Amérique par une série de problèmes logistiques, dont une pénurie de semi-conducteurs. Ces puces électroniques, principalement fabriquées en Asie, sont indispensables à la fabrication des téléphones et ordinateurs portables, mais aussi des voitures qui embarquent toujours plus de technologie. Malgré des chiffres de ventes en baisse, les constructeurs ont engrangé des bénéfices au premier trimestre grâce à la hausse des prix des automobiles. Mais leurs chiffres de ventes ont continué à baisser.