Le nouveau patron de Renault, Luca De Meo, fait le ménage dans la gamme du constructeur français, en forte perte (-8 milliards d'euros en 2020). Il ne donnera pas son feu vert à un successeur de la petite Twingo. "Renault va abandonner le segment A", a-t-il expliqué lors d'une réunion avec des journalistes.
...

Le nouveau patron de Renault, Luca De Meo, fait le ménage dans la gamme du constructeur français, en forte perte (-8 milliards d'euros en 2020). Il ne donnera pas son feu vert à un successeur de la petite Twingo. "Renault va abandonner le segment A", a-t-il expliqué lors d'une réunion avec des journalistes. Le constructeur français n'est pas le seul à renoncer à la citadine à environ 12.000 euros. Le groupe Stellantis (ex-PSA) a arrêté la production des Opel Karl et Adam. Ford ne vend plus de Ford Ka en Europe. Même Audi envisage de ne plus continuer le modèle A1, qui est une minipremium. La motivation relève parfois d'une nouvelle répartition des investissements, l'électrification aspirant de gros moyens. La principale raison avancée est le coût d'adaptation des motorisations aux normes environnementales, difficile à répercuter sur les clients pour les petits modèles, sans parler des dispositifs de sécurité, qui peuvent alourdir les véhicules. Les réglementations européennes imposent aux constructeurs un plafond de 95 g d'émission par km (max.) en 2021, en moyenne, sur tous les véhicules de la gamme, la moitié en 2030. "Plus la voiture est petite, plus il est difficile d'atteindre les normes d'émission", a déclaré le président de Ford Europe à Automotive News Europe. La Commission européenne réplique en indiquant que des émissions plus basses génèrent une économie sur la consommation de carburant. Il y a bien sûr moyen d'électrifier les petites voitures, mais cela fait grimper leur coût. Une Renault Twingo, dont le prix de base se situe autour de 12.000 euros, approche les 20.000 euros dans sa version électrique, avec une autonomie limitée. A mesure que les normes d'émission vont devenir plus sévères, la liste des petits véhicules disponibles devrait fondre. Jusqu'ici, les constructeurs avaient trouvé des parades pour construire pas cher. Le groupe PSA (Stellantis) s'était associé à Toyota pour produire des Peugeot 108 et des Citroen C1 en Tchéquie. Renault avait conclu un partenariat avec Daimler pour produire la Twingo sur la même base que la Smart ForFour (quatre portes) en Slovaquie. Ces accords n'ont pas été renouvelés pour la nouvelle génération des modèles concernés. Ainsi, Toyota restera seul maître à bord dans l'usine tchèque où il produit l'Aygo, laquelle continuera sa carrière. Daimler a vendu Smart au groupe chinois Geely, qui continuera à fabriquer ce modèle en Chine. L'Asie pourrait s'avérer, par nécessité, plus ouverte aux petits modèles. Le Japon est toujours très friand de petites citadines, vu le manque d'espace, encore plus aigu qu'en Europe. Il y est souvent interdit de stationner en rue, du moins dans les villes, et les particuliers doivent disposer d'un espace de parking privé.