Le distributeur de Hal considère que le paysage concurrentiel "exige une spécialisation dans la vente en ligne de produits non alimentaires". Comprenez que notre champion national n'est plus capable de rivaliser face aux étrangers Amazon, Coolblue ou Bol.com qui, pour le...

Le distributeur de Hal considère que le paysage concurrentiel "exige une spécialisation dans la vente en ligne de produits non alimentaires". Comprenez que notre champion national n'est plus capable de rivaliser face aux étrangers Amazon, Coolblue ou Bol.com qui, pour les deux derniers, sont justement en train de lancer l'offensive côté francophone. Colruyt continuera toutefois d'investir dans ses activités non alimentaires, via Dreamland et Dreambaby notamment. Certaines catégories de produits vendues sur Collishop seront d'ailleurs transférées sur le webshop de Dreamland, d'autres seront tout bonnement abandonnées. Un revirement stratégique qui n'aura, à en croire le distributeur, aucune conséquence sur l'emploi. Parallèlement, Colruyt entend profiter de l'essor du télétravail pour tester dans neuf communes de la capitale un nouveau service de livraison de plats préparés baptisé Rose Mary. Il est en effet possible aux habitants de ces communes de commander leur repas avant midi et de se le faire livrer le soir même par un coursier à vélo. Une équipe de quelques personnes dirigée par des chefs concoctent désormais des plats à réchauffer depuis la cuisine professionnelle de la Colruyt Group Academy d'Uccle. Avec ce nouveau service, Colruyt entend ne pas laisser ce marché aux restaurateurs passant par UberEats, Deliveroo et compagnie.