En fin de semaine dernière, AstraZeneca et la Commission européenne sont enfin arrivés à un accord concernant la livraison de 200 millions de doses supplémentaires. Celles-ci viennent s'ajouter aux 100 millions de doses déjà reçues au 30 juin dernier.

Que contient cet accord? D'une part, il signe la fin de la procédure judiciaire entamée à la fin du mois d'avril par la Commission. Cette dernière confirme avoir reçu les 50 millions de doses que le tribunal avait contraint le labo anglo-suédois à fournir avant fin septembre. D'autre part, il définit un calendrier précis pour les 200 millions de doses restant à livrer suivant le contrat signé en août 2020: 60 millions avant la fin du troisième trimestre, 75 millions supplémentaires avant la fin de l'année et le solde avant le terme du premier trimestre 2022.

Ces doses, selon la Commission, vont servir à approvisionner le reste du monde via la système de solidarité Covax (200 millions de doses de toutes marques sont promises avant la fin de l'année) et à mettre à niveau un certain nombre de pays de l'Est. Notamment la Bulgarie et la Roumanie qui avaient majoritairement opté pour le vaccin anglo-suédois moins cher et qui affichent des taux de vaccination atteignant péniblement les 30%.

En cas de retard, les deux parties ont convenu d'un rabais sur le prix fixé de chaque dose: soit 10% s'il s'agit d'un mois de retard, 25% pour deux mois et 45% pour trois mois ou plus.

Enfin, et c'était un point fondamental de désaccord entre les deux parties, tous les sites de production d'AstraZeneca, y compris les deux usines britanniques, sont désormais concernés par la livraison des doses.

En fin de semaine dernière, AstraZeneca et la Commission européenne sont enfin arrivés à un accord concernant la livraison de 200 millions de doses supplémentaires. Celles-ci viennent s'ajouter aux 100 millions de doses déjà reçues au 30 juin dernier. Que contient cet accord? D'une part, il signe la fin de la procédure judiciaire entamée à la fin du mois d'avril par la Commission. Cette dernière confirme avoir reçu les 50 millions de doses que le tribunal avait contraint le labo anglo-suédois à fournir avant fin septembre. D'autre part, il définit un calendrier précis pour les 200 millions de doses restant à livrer suivant le contrat signé en août 2020: 60 millions avant la fin du troisième trimestre, 75 millions supplémentaires avant la fin de l'année et le solde avant le terme du premier trimestre 2022. Ces doses, selon la Commission, vont servir à approvisionner le reste du monde via la système de solidarité Covax (200 millions de doses de toutes marques sont promises avant la fin de l'année) et à mettre à niveau un certain nombre de pays de l'Est. Notamment la Bulgarie et la Roumanie qui avaient majoritairement opté pour le vaccin anglo-suédois moins cher et qui affichent des taux de vaccination atteignant péniblement les 30%. En cas de retard, les deux parties ont convenu d'un rabais sur le prix fixé de chaque dose: soit 10% s'il s'agit d'un mois de retard, 25% pour deux mois et 45% pour trois mois ou plus. Enfin, et c'était un point fondamental de désaccord entre les deux parties, tous les sites de production d'AstraZeneca, y compris les deux usines britanniques, sont désormais concernés par la livraison des doses.