"Ivica Todoric, 66 ans, a été arrêté ce (mardi) matin par les agents de l'unité d'extradition de la police" londonienne, et devait comparaître dans la journée devant la justice, a indiqué Scotland Yard dans un communiqué.

La justice croate avait délivré un mandat d'arrêt il y a seize jours après une perquisition au domicile de Todoric à Zagreb. Le propriétaire du géant agroalimentaire Agrokor, en graves difficultés économiques, est soupçonné de malversations, d'abus de confiance, de faux et de ne pas avoir tenu les registres financiers à jour. Quatorze autres personnes, dont ses deux fils et d'anciens responsables de la société, sont également dans le collimateur de la justice croate. Ivica Todoric est à l'étranger et "reviendra quand cela sera nécessaire", avait fait savoir alors son avocat Cedo Prodanovic.

Selon un rapport publié la semaine passée, Agrokor affiche des pertes s'élevant à 1,5 milliard d'euros pour 2016. Le groupe emploie directement dans cette région du sud-est de l'Europe 60.000 personnes, dont les deux tiers en Croatie. Il faut y ajouter les emplois induits, notamment de producteurs agricoles. La société, plus gros employeur des Balkans, a également une activité en Bosnie, en Serbie et en Slovénie. L'Etat a pris le contrôle d'Agrokor pour tenter d'éviter un effondrement du groupe dont le chiffre d'affaires (6,7 milliards d'euros en 2016), représente environ 15% du Produit intérieur brut de la Croatie, dernier pays à avoir rejoint l'Union européenne.

"Ivica Todoric, 66 ans, a été arrêté ce (mardi) matin par les agents de l'unité d'extradition de la police" londonienne, et devait comparaître dans la journée devant la justice, a indiqué Scotland Yard dans un communiqué. La justice croate avait délivré un mandat d'arrêt il y a seize jours après une perquisition au domicile de Todoric à Zagreb. Le propriétaire du géant agroalimentaire Agrokor, en graves difficultés économiques, est soupçonné de malversations, d'abus de confiance, de faux et de ne pas avoir tenu les registres financiers à jour. Quatorze autres personnes, dont ses deux fils et d'anciens responsables de la société, sont également dans le collimateur de la justice croate. Ivica Todoric est à l'étranger et "reviendra quand cela sera nécessaire", avait fait savoir alors son avocat Cedo Prodanovic. Selon un rapport publié la semaine passée, Agrokor affiche des pertes s'élevant à 1,5 milliard d'euros pour 2016. Le groupe emploie directement dans cette région du sud-est de l'Europe 60.000 personnes, dont les deux tiers en Croatie. Il faut y ajouter les emplois induits, notamment de producteurs agricoles. La société, plus gros employeur des Balkans, a également une activité en Bosnie, en Serbie et en Slovénie. L'Etat a pris le contrôle d'Agrokor pour tenter d'éviter un effondrement du groupe dont le chiffre d'affaires (6,7 milliards d'euros en 2016), représente environ 15% du Produit intérieur brut de la Croatie, dernier pays à avoir rejoint l'Union européenne.