Selon Cleveland-Cliffs, un accord final a été conclu pour la reprise d'ArcelorMittal USA. Cela permet à l'entreprise américaine de devenir le plus grand producteur d'acier laminé plat d'Amérique du Nord.

En 2018 et 2019, la filiale américaine du géant indien de l'acier avait réalisé un chiffre d'affaires annuel moyen de 10,4 milliards de dollars.

L'opération permettra d'économiser environ 150 millions de dollars de coûts annuels pour les opérations combinées, d'améliorer les liquidités de Cleveland-Cliffs et devrait stimuler ses ventes sur le marché clé de l'automobile.

Les prix de l'acier aux États-Unis ont augmenté ces derniers mois, sous l'effet d'un resserrement de l'offre après que la production eut été revue à la baisse en raison d'une demande réduite et du confinement lié à la crise sanitaire.

ArcelorMittal prévoit d'utiliser 500 millions de dollars du produit en espèces pour racheter des actions, a précisé l'entreprise dans une déclaration séparée. En juillet, elle avait indiqué envisager des "changements structurels" pour s'adapter aux effets de la pandémie de coronavirus sur la demande mondiale d'acier. Le géant de la sidérurgie avait suspendu le paiement de dividendes au début de l'année et s'était précédemment fixé un objectif d'environ 2 milliards de dollars de ventes d'actifs pour aider à réduire la dette.

Selon Cleveland-Cliffs, un accord final a été conclu pour la reprise d'ArcelorMittal USA. Cela permet à l'entreprise américaine de devenir le plus grand producteur d'acier laminé plat d'Amérique du Nord. En 2018 et 2019, la filiale américaine du géant indien de l'acier avait réalisé un chiffre d'affaires annuel moyen de 10,4 milliards de dollars. L'opération permettra d'économiser environ 150 millions de dollars de coûts annuels pour les opérations combinées, d'améliorer les liquidités de Cleveland-Cliffs et devrait stimuler ses ventes sur le marché clé de l'automobile. Les prix de l'acier aux États-Unis ont augmenté ces derniers mois, sous l'effet d'un resserrement de l'offre après que la production eut été revue à la baisse en raison d'une demande réduite et du confinement lié à la crise sanitaire. ArcelorMittal prévoit d'utiliser 500 millions de dollars du produit en espèces pour racheter des actions, a précisé l'entreprise dans une déclaration séparée. En juillet, elle avait indiqué envisager des "changements structurels" pour s'adapter aux effets de la pandémie de coronavirus sur la demande mondiale d'acier. Le géant de la sidérurgie avait suspendu le paiement de dividendes au début de l'année et s'était précédemment fixé un objectif d'environ 2 milliards de dollars de ventes d'actifs pour aider à réduire la dette.