"Naturellement, l'attention est actuellement concentrée sur la lutte contre le Covid-19 mais le changement climatique reste un défi énorme à long terme qui exigera beaucoup d'attention et de développements ces prochaines décennies", a rappelé le CEO du groupe sidérurgique, Aditya Mittal.

La feuille de route d'ArcelorMittal évoque plusieurs moyens de parvenir à la neutralité carbone: la production d'acier à énergie verte, comme l'hydrogène, la production d'acier au carbone circulaire et le captage et le stockage du carbone.

ArcelorMittal Europe construit actuellement cinq usines de démonstration en Europe, soit deux en Belgique, deux en France et un Allemagne. A Gand, il s'agit des installations "Torero", qui visent à convertir les déchets de bois en bio charbon, remplaçant partiellement le charbon qui alimente actuellement le haut fourneau, et "Steelanol" qui captera les gaz résiduaires du haut fourneau et les convertira biologiquement en éthanol recyclé. Ces deux projets représentent un investissement total de 215 millions d'euros pour lequel ArcelorMittal a reçu un prêt de 75 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement (BEI).

ArcelorMittal Europe souligne les coûts énormes qu'implique cette transition et appelle à un soutien politique afin de maintenir la compétitivité de la sidérurgie européenne.

"Naturellement, l'attention est actuellement concentrée sur la lutte contre le Covid-19 mais le changement climatique reste un défi énorme à long terme qui exigera beaucoup d'attention et de développements ces prochaines décennies", a rappelé le CEO du groupe sidérurgique, Aditya Mittal. La feuille de route d'ArcelorMittal évoque plusieurs moyens de parvenir à la neutralité carbone: la production d'acier à énergie verte, comme l'hydrogène, la production d'acier au carbone circulaire et le captage et le stockage du carbone. ArcelorMittal Europe construit actuellement cinq usines de démonstration en Europe, soit deux en Belgique, deux en France et un Allemagne. A Gand, il s'agit des installations "Torero", qui visent à convertir les déchets de bois en bio charbon, remplaçant partiellement le charbon qui alimente actuellement le haut fourneau, et "Steelanol" qui captera les gaz résiduaires du haut fourneau et les convertira biologiquement en éthanol recyclé. Ces deux projets représentent un investissement total de 215 millions d'euros pour lequel ArcelorMittal a reçu un prêt de 75 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement (BEI). ArcelorMittal Europe souligne les coûts énormes qu'implique cette transition et appelle à un soutien politique afin de maintenir la compétitivité de la sidérurgie européenne.