Ryanair s'attend maintenant à frôler voire à passer le cap du milliard d'euros (entre 950 millions et 1,05 milliard) contre une précédente fourchette se situant entre 800 et 900 millions d'euros. La compagnie à bas coûts a non seulement connu une belle période de fêtes, de nombreuses réservations entre janvier et avril ont également été enregistrées.

La filiale autrichienne, Laudamotion, ne connaît par contre pas le même succès. Les résultats sont inférieurs aux attentes en raison de la forte concurrence sur les prix avec Lufthansa, en Allemagne et en Autriche. La perte nette de cette année comptable, qui se clôture fin mars également, est évaluée à 90 millions d'euros.

Ryanair s'attend maintenant à frôler voire à passer le cap du milliard d'euros (entre 950 millions et 1,05 milliard) contre une précédente fourchette se situant entre 800 et 900 millions d'euros. La compagnie à bas coûts a non seulement connu une belle période de fêtes, de nombreuses réservations entre janvier et avril ont également été enregistrées. La filiale autrichienne, Laudamotion, ne connaît par contre pas le même succès. Les résultats sont inférieurs aux attentes en raison de la forte concurrence sur les prix avec Lufthansa, en Allemagne et en Autriche. La perte nette de cette année comptable, qui se clôture fin mars également, est évaluée à 90 millions d'euros.