C'est une véritable déferlante d'ennuis juridiques qui s'abat actuellement sur Apple. Alors qu'elle s'apprête à livrer bataille contre Facebook sur les nouvelles fonctionnalités de la dernière version d'iOS qui, depuis cette semaine, permettent aux utilisateurs d'empêcher que les applis utilisent leurs données, s'est ouvert ce lundi à Oakland (Californie)...

C'est une véritable déferlante d'ennuis juridiques qui s'abat actuellement sur Apple. Alors qu'elle s'apprête à livrer bataille contre Facebook sur les nouvelles fonctionnalités de la dernière version d'iOS qui, depuis cette semaine, permettent aux utilisateurs d'empêcher que les applis utilisent leurs données, s'est ouvert ce lundi à Oakland (Californie) le procès qui va l'opposer pendant trois semaines à Epic Games, l'éditeur du jeu à succès Fortnite. Un procès qui va être suivi par toute la planète, tant son verdict pourrait changer la donne dans la manière dont les magasins d'applications traitent les éditeurs. Au coeur du problème posé par le procès, la fameuse commission de 30% prélevée sur les transactions effectuées via l'App Store, le seul magasin disponible sur les iPhone. Epic Games accuse donc Apple de monopole sur la distribution des applis et de favoritisme pour ses propres services via cette commission que personne ne peut esquiver. Epic a essayé et proposé un prix réduit via un paiement interne à l'appli et s'est vu immédiatement banni de l'App Store. Même si cet essai, parfaitement orchestré, ressemble à s'y méprendre à un traquenard pour Apple, il n'en demeure pas moins que ce système pose question. D'ailleurs, la Commission européenne abonde dans le même sens puisque Margrethe Vestager, la commissaire à la Concurrence, vient de rendre un avis préliminaire qui accuse Apple d'abus de position dominante. C'est le marché de la musique en ligne qui est cette fois concerné. Saisie par une plainte de Spotify, la Commission critique le recours obligatoire au système de paiement d'Apple et la fameuse commission de 30% que les services internes à Apple, comme Apple Music, ne doivent pas payer.