Depuis quelques années déjà, les "millions" de clients belges avaient accès à Amazon dans leur propre langue, que ce soit via la boutique en ligne française Amazon.fr (qui existe depuis 2003), l'allemande Amazon.de, disponible en néerlandais depuis 2016, ou sur Amazon.nl, lancée en 2020. La première commande passée depuis la Belgique remonte, elle, à juin 2002.

En lançant sa propre plateforme en Belgique aussi, Amazon veut "offrir une grande valeur ajoutée avec un magasin local", a justifié à l'agence Belga Eva Faict. Cette Belge a participé dans le passé au lancement des boutiques en ligne turque et néerlandaise, entre autres, et dirige désormais la version belge en tant que "country manager".

La plateforme sera accessible via l'adresse amazon.com.be. Le nom de domaine Amazon.be est, lui, depuis des années entre les mains de l'assureur Bâloise. L'entreprise américaine ne souhaite pas indiquer s'il y a eu des négociations entre les deux parties. "Nous pensons que amazon.com.be est un excellent nom de domaine", a répondu Mme Faict, assurant que cette situation n'avait pas joué dans le délai qu'il a fallu au géant de l'e-commerce pour lancer ses activités en Belgique.

"Nous sommes convaincus que les clients nous trouveront. Jusqu'à présent, ils ont été en mesure de nous trouver, même de l'autre côté de la frontière", relève-t-elle, ajoutant que le fait que les Belges achètent sur les différentes boutiques d'Amazon depuis longtemps a "beaucoup" motivé l'entreprise à lancer une plateforme locale.

Des informations plus concrètes sur le lancement et la gamme de produits ne sont pas disponibles pour l'instant. "Tout sera ajusté pour le client belge", précise-t-on cependant. Il y aura également un service clientèle spécifique, accessible tant en français qu'en néerlandais ou en anglais.

En Wallonie, Amazon est déjà un acteur établi sur le marché du commerce électronique grâce à sa boutique française. En Flandre, il devra, par contre, faire face à la concurrence des boutiques en ligne néerlandaises bol.com et Coolblue. "Nous ne sommes pas trop préoccupés par la concurrence", affirme la country manager. "Le client est central pour nous. Tant que nous resterons fidèles à notre offre et à l'écoute de nos clients, ils continueront à nous trouver."

L'entreprise recherche désormais des PME belges pour proposer leurs produits sur la future boutique en ligne. Elles peuvent s'inscrire sur sell.amazon.com.be. Actuellement, plus de 1.000 petites et moyennes entreprises écoulent déjà leurs produits par l'intermédiaire d'une ou plusieurs des 21 boutiques en ligne étrangères d'Amazon.

En février, Amazon avait déjà annoncé l'ouverture de son premier centre de livraison belge à Anvers, où seraient traités les colis provenant des centres de tri des pays voisins. Employant une cinquantaine de personnes, il devrait ouvrir à l'automne.

Depuis quelques années déjà, les "millions" de clients belges avaient accès à Amazon dans leur propre langue, que ce soit via la boutique en ligne française Amazon.fr (qui existe depuis 2003), l'allemande Amazon.de, disponible en néerlandais depuis 2016, ou sur Amazon.nl, lancée en 2020. La première commande passée depuis la Belgique remonte, elle, à juin 2002. En lançant sa propre plateforme en Belgique aussi, Amazon veut "offrir une grande valeur ajoutée avec un magasin local", a justifié à l'agence Belga Eva Faict. Cette Belge a participé dans le passé au lancement des boutiques en ligne turque et néerlandaise, entre autres, et dirige désormais la version belge en tant que "country manager". La plateforme sera accessible via l'adresse amazon.com.be. Le nom de domaine Amazon.be est, lui, depuis des années entre les mains de l'assureur Bâloise. L'entreprise américaine ne souhaite pas indiquer s'il y a eu des négociations entre les deux parties. "Nous pensons que amazon.com.be est un excellent nom de domaine", a répondu Mme Faict, assurant que cette situation n'avait pas joué dans le délai qu'il a fallu au géant de l'e-commerce pour lancer ses activités en Belgique. "Nous sommes convaincus que les clients nous trouveront. Jusqu'à présent, ils ont été en mesure de nous trouver, même de l'autre côté de la frontière", relève-t-elle, ajoutant que le fait que les Belges achètent sur les différentes boutiques d'Amazon depuis longtemps a "beaucoup" motivé l'entreprise à lancer une plateforme locale. Des informations plus concrètes sur le lancement et la gamme de produits ne sont pas disponibles pour l'instant. "Tout sera ajusté pour le client belge", précise-t-on cependant. Il y aura également un service clientèle spécifique, accessible tant en français qu'en néerlandais ou en anglais. En Wallonie, Amazon est déjà un acteur établi sur le marché du commerce électronique grâce à sa boutique française. En Flandre, il devra, par contre, faire face à la concurrence des boutiques en ligne néerlandaises bol.com et Coolblue. "Nous ne sommes pas trop préoccupés par la concurrence", affirme la country manager. "Le client est central pour nous. Tant que nous resterons fidèles à notre offre et à l'écoute de nos clients, ils continueront à nous trouver." L'entreprise recherche désormais des PME belges pour proposer leurs produits sur la future boutique en ligne. Elles peuvent s'inscrire sur sell.amazon.com.be. Actuellement, plus de 1.000 petites et moyennes entreprises écoulent déjà leurs produits par l'intermédiaire d'une ou plusieurs des 21 boutiques en ligne étrangères d'Amazon. En février, Amazon avait déjà annoncé l'ouverture de son premier centre de livraison belge à Anvers, où seraient traités les colis provenant des centres de tri des pays voisins. Employant une cinquantaine de personnes, il devrait ouvrir à l'automne.