Le géant du commerce en ligne a réalisé un chiffre d'affaires de 137,4 milliards, conforme à ses prédictions. Son bénéfice net a largement profité d'un retour sur investissement grâce à des participations dans le constructeur automobile Rivian, entré en Bourse en novembre.

L'action d'Amazon bondissait de 14% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York jeudi, après une journée en forte baisse.

Le groupe a indiqué dans son communiqué de résultats avoir connu son "meilleur weekend de shopping" pour la période de soldes qui va de Black Friday à Cyber Monday (le vendredi et le lundi après la fête américaine de Thanksgiving).

Les trois derniers mois de l'année ont aussi bien profité à AWS, son service de cloud (informatique à distance), notamment grâce à des contrats signés avec le Nasdaq et Meta pour ses réseaux et messageries Facebook, Instagram et WhatsApp, notamment.

AWS a généré 17,78 milliards de dollars de revenus sur la période, 40% de plus que l'année dernière.

Le groupe de Seattle a été l'un des grands gagnants de la pandémie. Les restrictions sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19 ont en effet conduit les consommateurs encore réticents à adopter en masse le e-commerce, à commencer par Amazon et ses promesses de livraison ultra rapides, et des services reposant sur le cloud, dont Amazon est le leader mondial.

Mais, comme de nombreuses enseignes de distribution, l'entreprise a été rattrapée par des problèmes sur la chaîne d'approvisionnement causés par les fermetures d'usines, l'inflation élevée et les difficultés à embaucher.

Au quatrième trimestre, son bénéfice opérationnel, indicateur clef de rentabilité, est ressorti à 3,5 milliards de dollars, moitié moins qu'il y a un an.

En octobre, le directeur financier Brian Olsavsky avait prévenu que les coûts et problèmes de recrutement, qui ont coûté environ deux milliards de dollars au groupe l'été dernier, pourraient représenter le double sur la fin d'année.

Pour le trimestre en cours, l'entreprise table sur des ventes comprises entre 112 et 117 milliards de dollars, soit une croissance de 3 à 8% sur un an.

En parallèle de la présentation de ses résultats, Amazon a annoncé l'augmentation du prix du service Prime aux États-Unis. L'abonnement annuel y coûtera 20 euros de plus dès le mois de mars.

Le géant du commerce en ligne a réalisé un chiffre d'affaires de 137,4 milliards, conforme à ses prédictions. Son bénéfice net a largement profité d'un retour sur investissement grâce à des participations dans le constructeur automobile Rivian, entré en Bourse en novembre. L'action d'Amazon bondissait de 14% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York jeudi, après une journée en forte baisse. Le groupe a indiqué dans son communiqué de résultats avoir connu son "meilleur weekend de shopping" pour la période de soldes qui va de Black Friday à Cyber Monday (le vendredi et le lundi après la fête américaine de Thanksgiving). Les trois derniers mois de l'année ont aussi bien profité à AWS, son service de cloud (informatique à distance), notamment grâce à des contrats signés avec le Nasdaq et Meta pour ses réseaux et messageries Facebook, Instagram et WhatsApp, notamment. AWS a généré 17,78 milliards de dollars de revenus sur la période, 40% de plus que l'année dernière. Le groupe de Seattle a été l'un des grands gagnants de la pandémie. Les restrictions sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19 ont en effet conduit les consommateurs encore réticents à adopter en masse le e-commerce, à commencer par Amazon et ses promesses de livraison ultra rapides, et des services reposant sur le cloud, dont Amazon est le leader mondial. Mais, comme de nombreuses enseignes de distribution, l'entreprise a été rattrapée par des problèmes sur la chaîne d'approvisionnement causés par les fermetures d'usines, l'inflation élevée et les difficultés à embaucher. Au quatrième trimestre, son bénéfice opérationnel, indicateur clef de rentabilité, est ressorti à 3,5 milliards de dollars, moitié moins qu'il y a un an. En octobre, le directeur financier Brian Olsavsky avait prévenu que les coûts et problèmes de recrutement, qui ont coûté environ deux milliards de dollars au groupe l'été dernier, pourraient représenter le double sur la fin d'année. Pour le trimestre en cours, l'entreprise table sur des ventes comprises entre 112 et 117 milliards de dollars, soit une croissance de 3 à 8% sur un an. En parallèle de la présentation de ses résultats, Amazon a annoncé l'augmentation du prix du service Prime aux États-Unis. L'abonnement annuel y coûtera 20 euros de plus dès le mois de mars.